Chantilly, prix de diane-longines (gr1) : galikova vs golden lilac que la meilleure gagne !

Autres informations / 12.06.2011

Chantilly, prix de diane-longines (gr1) : galikova vs golden lilac que la meilleure gagne !

C’est LE

match du premier semestre. Peut être même, qu’avec le recul nécessaire, il sera

celui de l’année.  Mais il est encore

trop tôt pour le dire. Galikova (Galileo) contre Golden Lilac (Galileo), c’est

l’affiche de rêve du Prix de Diane-Longines (Gr1). Depuis le succès de la

pensionnaire d’André Fabre dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) et la

décision de son entourage de la présenter dans le  “Diane”, les observateurs ne parlent que de

ce duel. Un match idéal entre deux pouliches emblématiques. Galikova est la

sœur de la championne universelle Goldikova (Anabaa), treize fois lauréate de

Grs1 et troisième des Oaks cantiliennes en 2008 derrière Zarkava (Zamindar).

Golden Lilac est la fille d’une autre championne, Grey Lilas (Danehill),

troisième également du Prix de Diane en 2004 avant d’enlever le Prix du Moulin

de Longchamp (Gr1). Goldikova comme Grey Lilas ont le point commun d’avoir

échoué à Chantilly par manque de tenue mais certainement pas par manque de

classe. D’autant que la première est par Anabaa et la seconde par Danehill,

deux étalons qui ont apporté beaucoup de vitesse à leurs produits. A l’inverse,

Galikova et Golden Lilac sont nées des oeuvres de Galileo (Sadler’s Wells) qui

leur a transmis suffisamment de fond pour tenir les 2.100m de l’hippodrome des

princes de Condé. Certes, seule la pouliche de la casaque Wertheimer &

Frère s’est déjà essayée sur la distance, à l’occasion du Prix Cléopâtre (Gr3)

mais Golden Lilac a donné l’impression de pouvoir prolonger encore son effort à

Longchamp, comme Divine Proportions (Kingmambo) lorsqu’elle avait enlevé la

Poule, puis le “Diane” en 2005. D’un point de vue du caractère, Galikova est

plus “facile”, plus “zen” que sa rivale. Toutes deux dotées d’une avant main

très puissante, elles possèdent un changement de vitesse imparable. Dans

le  “Cléopâtre”, Galikova s’en est servi

pour balayer ses rivales sans qu’Olivier Peslier ne l’accompagne vraiment. Tout

semble facile avec elle. Peut être plus qu’avec Golden Lilac, un peu plus

tendue dans un parcours, ce qui pourrait lui coûter cher si elle venait à ne

pas tenir 2.100m. Mais, dans la “Poule”, la pouliche du Gestu¨t Ammerland était

“affichée” à l’entrée de la ligne droite et, dans sa préparatoire, le Prix de

la Grotte, elle a réalisé un chrono– partiel - exceptionnel, frôlant les 72km !

Seule certitude : ces deux pouliches feraient de bien belles lauréates...

QUI POUR

ARBITRER LE MATCH ANNONCE ?

Il

arrive souvent, lorsque les sportsmen annoncent un match entre deux grands

chevaux, qu’un troisième larron vienne perturber la logique établie. Lauréate

du Prix de la Chapelle-en-Serval (B), à Chantilly, comme West Wind

(Machiavellian) lauréate ensuite du “Diane” 2007, Shareta (Sinndar) pourrait

bien endosser ce rôle. A l’image de Reliable Man (Dalakhani), vainqueur du Prix

du Jockey-Club (Gr1) pour le même entraînement d’Alain de Royer Dupré, Shareta

en sera à sa troisième sortie. Elle monte en puissance et son dernier succès,

lorsqu’elle a attaqué dans le tournant final, a été plus que séduisant. Mais

elle avait subi la loi de Galikova, pour sa rentrée, dans le Prix Astronomie

(B). À Chantilly, Shareta devançait Andromeda Galaxy (Peintre Célèbre) qu’elle

retrouvera. La protégée d’Élie Lellouche apprécierait un terrain assoupli, même

si la piste risque de sécher jusqu’à l’heure de la course.

LA LIGNE

DU “SAINT-ALARY”

Les deux

dernières lauréates du Prix de Diane, Sarafina (Refuse to Bend) et Stacelita

(Monsun) ont enlevé chacune le Prix Saint-Alary (Gr1) avant leur sacre

cantilien. Dernière gagnante de ce Gr1, Wavering (Refuse to Bend) va tenter de

les imiter. Même si elle verse souvent en fin de parcours, la pensionnaire

d’André Fabre commence à régler ce problème. Elle progresse mais, elle aussi, a

été battue par Galikova dans le Prix Cleopatre. Les lignes plaident donc pour

la soeur de Goldikova. Autres ressortissantes du “Saint-Alary”, Epic Love

(Dansili), deuxième et gagnante ensuite du Prix Vanteaux (Gr3) et Glorious

Sight (Singspiel), quatrième puis deuxième de la Poule d’Essai, peuvent prendre

une “bonne” place à l’issue d’un parcours sur mesure. Haya Landa (Lando) sera

également en lice après avoir gagné sa place en remportant sûrement une “B”.

Elle permettra à son entraîneur, Sylvie Audon, et à son jockey, Johann

Bensimon, de participer à leur premier Prix de Diane.

LES

ENTRAÎNEURS QUI L’ONT DÉJÀ GAGNÉ

Alain de

Royer Dupré, six fois : Shemaka, Vereva, Zainta, Daryaba, Zarkava &

Sarafina

André

Fabre, trois fois : Lypharita, Jolypha & Nebraska Tornado

Pascal

Bary : une fois : Divine Proportions

DE LA

“POULE” AU “DIANE”

Depuis

1960, 7 pouliches ont réussi le doublé Poule d’Essai des Pouliches - Prix de

Diane. Ce challenge, Golden Lilac (Galileo) va tenter à son tour de le réussir.

LES

JOCKEYS QUI L’ONT DÉJÀ REMPORTÉ

Gérald

Mossé, cinq fois : Resless Kara, Shemaka, Vereva, Zainta & Daryaba.

Christophe

Lemaire, trois fois : Divine Proportions, Stacelita & Sarafina.

Christophe

Soumillon, deux fois : Latice & Zarkava.

OLIVIER

PESLIER ET LE PRIX DE DIANE

Le Prix

de Diane (Gr1) est l’une des très rares grandes courses qui manque au palmarès

d’Olivier Peslier. Depuis dix-sept ans, il court après une première victoire

dans ce classique. Il est souvent monté sur le podium ces dernières années.

Voici le détail de ses prestations dans le Prix de Diane :