Compiègne et le defi du galop se mobilisent pour les otages via "liberez-les

Autres informations / 22.06.2011

Compiègne et le defi du galop se mobilisent pour les otages via "liberez-les

Antoine Gilibert, Président de la Société des courses de

Compiègne, a souvent associé les réunions de course de son hippodrome à des

opérations menées par des associations caritatives. Le mardi 28 juin, aura lieu

l’une des plus belles réunions de l’année sur l’hippodrome de la Solle, celle

de la sixième étape du Défi du Galop. Le Quinté Plus du jour sera associé à

l’association Libérez-les. Cette association soutient la cause d’Hervé

Ghesquière, Stéphane Taponier et leurs accompagnateurs, qui sont retenus en

otage en Afghanistan. Le jour de la course, leur détention atteindra les 546

jours, soit plus de dix-sept mois. « L’épreuve support de Quinté Plus apporte

une visibilité nationale aux courses, confie Antoine Gilibert. Nous avons voulu

profiter de ça pour soutenir l’association Libérez-les. La détention des

journalistes français dure depuis trop longtemps et si cela peut aider

l’association qui les soutient, nous nous devons d’apporter notre pierre. »

 

un événement très médiatisé

La cause de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière touche le

microcosme médiatique en son cœur et reçoit une médiatisation très forte.

Chaque événement qui approche de près ou de loin cette cause est immédiatement

repris par les différents médias, ce qui ne devrait pas échapper à cette

réunion de course à Compiègne. « Nous avons tout de suite reçu le soutien de

France 3, que ce soit sur le plan national ou régional, poursuit le président

Gilibert. Les dirigeants de France Télévision seront d’ailleurs présents sur

notre site, ainsi que Florence Aubenas, qui a été victime d’une prise d’otage,

mais aussi les familles respectives des otages. D’autres associations qui

soutiennent les mêmes causes seront présentes à Compiègne, je pense notamment à

Otages du Monde ou Reporters sans Frontières. Nous avons l’habitude de soutenir

les associations et celle-ci nous tenait particulièrement à cœur. »

 

une fête avant tout

Si la cause soutenue par la Société des courses de Compiègne

est une tragédie pour les victimes et leur entourage, elle ne doit pas empêcher

le spectacle proposé par l’hippodrome de Compiègne d'avoir lieu. Les moyens ont

été mis en place pour donner une visibilité maximale à l’association

Libérez-les. Des tee-shirts aux couleurs de celle-ci, au nombre de six cents,

seront distribués au personnel de l’hippodrome ainsi qu’aux accompagnateurs des

chevaux. L’association dispose aussi d’un stand, où il sera proposé aux

visiteurs de signer des pétitions. Peu après l’issue du Prix Libérez-les, des

parachutistes sauteront au-dessus de l’hippodrome pour atterrir au pied des

tribunes, tout en brandissant de larges banderoles floquées de l’accroche de

l’association. C’est un événement spectacle qui se prépare, mais qui a surtout

pour vocation de faire parler des otages, afin qu’ils ne soient à aucun moment

oubliés par un public qui devrait être encore plus nombreux qu’à l’accoutumée.

« On s’attend à ce qu’il y ait beaucoup de monde à Compiègne. Il y vient

toujours plus de 5.000 personnes et on espère que ce chiffre doublera. C'est

une journée portes ouvertes, l’entrée est gratuite et 2.000 tickets de jeu de 2

€ seront distribués aux premiers visiteurs, ainsi que 10.000 bracelets

"Libérezles". On prête tous nos moyens à cette organisation et on

espère qu’il y aura un réel impact. D’autres animations sortant du thème

principal seront organisées, comme une démonstration de l’école du cirque de Compiègne,

un concours d’élégance, ou encore une loterie. »