Le grand pedigree - dancing rain

Autres informations / 09.06.2011

Le grand pedigree - dancing rain

Remporter

les Oaks de bout en bout n’est pas à la portée de n’importe quelle pouliche, ni

d’ailleurs de n’importe quel jockey… Dancing Rain a réalisé l’exploit avec

courage, aidée en cela par un Johnny Murtagh particulièrement inspiré !

17E

GAGNANT DE GR1 POUR DANEHILL DANCER…

Nous

avions déjà évoqué Danehill Dancer à l’occasion de la belle victoire de

Planteur dans le Prix Ganay (Gr1). Soulignons que ce top 2ans est simplement

devenu l’un des meilleurs étalons européens, et que la victoire classique de

Dancing Rain porte son crédit à 17 gagnants de Gr1 [hémisphère Sud inclus,

ndlr], sur un registre d’aptitudes allant du sprint à la distance classique. À

ce sujet, Danehill Dancer avait signé une gagnante des VRC Australian Oaks

(Gr1) sur la distance de 2.500m avec Arapaho Miss. Or, le pedigree de cette

dernière présente une certaine analogie avec celui de dancing rain, puisque

toutes deux sont inbred 4x4 sur Northern Dancer et présentent plusieurs

citations de Natalma en sus de deux courants du classique ribot, via His

Majesty et Hoist the Flag. Simple coïncidence, ou source possible de leur tenue

respective ?

Du côté

du croisement, Danehill Dancer a honoré une douzaine de filles d’Indian Ridge,

obtenant avec elles un total de 3 black type dont notamment Medicine Path,

troisième du Racing Post Trophy (Gr1) d'Authorized. Une affinité significative,

que confirme d’ailleurs le pedigree de Nahoodh, une gagnante des Falmouth

Stakes (Gr1) issue de la première production de Clodovil (Danehill) et dont la

mère est également par Indian Ridge.

INDIAN

RIDGE, UNE ASCENDANCE VIEILLE COMME HEROD…

Le

sprinter et excellent étalon Indian Ridge, disparu en 2006 à l’âge de 24ans,

représente en Europe l’un des tout derniers espoirs de pérennisation de la

lignée mâle du patriarche Herod, un des trois principaux fondateurs de la race

pure avec Eclipse et Matchem. Trois de ses fils ont produit un gagnant de Gr1 à

ce jour : Compton Place (père du sprinter Borderlescott), Definite Article

(responsable du stayer Vinnie Roe), et Namid, stationné chez nous (au haras du

Hoguenet). Ce dernier a d’ailleurs produit le top-sprinter Total Gallery (Prix

de l’Abbaye de Longchamp) avec une petite-fille de Danzig, soit un croisement

similaire à celui de Dancing Rain, mais en mode inverse. Précisons enfin que

cette dernière est le huitième gagnant de Gr1 à porter au crédit des filles

d'Indian Ridge après Airwave (Air Express), Halfway to Heaven (Pivotal),

Kingsgate Native (Mujadil), Nahoodh (Clodovil), Nightime (Galileo), Reel Buddy

(Mr Greeley) et Wilko (Awesome Again). On notera surtout que 7 d’entre eux sont

issus d’étalons de la lignée mâle de Northern Dancer…

UNE

FAMILLE MATERNELLE FRANÇAISE…

La

souche maternelle de Dancing Rain (famille 1-t) s’est implantée en France au

début du XXe siècle et fait encore preuve d’une excellente vivacité

aujourd’hui, comme en témoignent les bons Récital (Critérium de St Cloud 2010),

Corre Caminos ("Ganay") ou encore Laverock ("Ispahan", G.P.

del Jockey Club). Elle remonte à la classique Djebellica, qui remporta les

Irish Oaks en 1951 avant de tracer au haras : citons parmi ses illustres

descendants les noms des gagnants de Gr1 Bon Mot ("Arc de Triomphe"),

Carlemont (Sussex St.), Las Meninas (1000 Guineas), Le Balafré ("Jean

Prat"), Markofdistinction (Queen Elizabeth II St.), Princesse Lida

("Morny"), Tennyson (Grand Prix de Paris), Tidra ("Saint

Alary"),Wenduyne (Irish 1000 Guineas), etc. Une liste non exhaustive,

signature d’une vraie famille classique ! Outre Cambremont (lauréat de la Poule

d’Essai des Poulains), Djebellica a produit l’excellente Torbella, une pouliche

inbred 2x3 sur Tourbillon qui réalisa l’exploit de battre les mâles dans les

Dewhurst Stakes (Gr1) à l’âge de 2 ans. C’était en 1957, et aucune autre

femelle ne fut en mesure de l’imiter depuis... Torbella est la cinquième

mère de

Dancing Rain. Mais il n’est pas nécessaire de remonter si loin pour trouver du

classicisme dans le pedigree de Dancing Rain puisque sa mère, Rain Flower, dont

elle est le septième foal, est tout simplement une trois quarts soeur du

gagnant de Derby Dr Devious (Ahonoora)… Leur propre mère, Rose of Jericho, fut

elle-même une génitrice de qualité, ayant conçu 5 chevaux de Groupe dont le

sprinter semi-classique Archway (Thatching), le sprinter classique japonais

Shinko King, le lauréat des Ormonde Stakes (Gr3 - 2700m) Royal Court (Sadler’s

Wells), le placé de Gr2 Hill Country (Danehill), et bien sûr Dr Devious.

DR

DEVIOUS, UN BIEN BEAU CADEAU…

Nommé

ainsi en hommage à un vétérinaire irlandais quelque peu "atypique"

(le célèbre Gus O’Demmy), Dr Devious connut un destin assez singulier. Leader

de sa génération à 2ans après son succès dans les Dewhurst Stakes (Gr1), il fut

acquis par Mme Craig (propriétaire d’une grande chaîne de restaurants et de

boutiques diététiques aux USA) pour la bagatelle de 2,5 millions de dollars...

Celle-ci avait dépêché son entraîneur sur le vieux continent pour qu’il lui

ramène un sujet capable de remporter le Kentucky Derby. Elle voulait faire un

cadeau surprise à son mari à l’occasion de son 60e anniversaire… Pour le 59e,

elle lui avait offert une cravate ! Dr Devious se montra malheureusement

inefficace sur le dirt du Kentucky Derby (concluant 7e devant Arazi), mais il

apporta à son nouvel entourage la satisfaction d’une victoire dans le Derby

(Gr1), puis dans les Irish Champion Stakes (Gr1) face à son grand rival St

Jovite. Il fut exporté comme étalon au Japon où il stationna durant quatre

saisons avant de revenir en Irlande, pour finalement trouver sa place en Italie

où il signa trois titres consécutifs de tête de liste des étalons pères de

gagnants. Il a produit la lauréate du Prix de l’Opéra (Gr1) Kinnaird avec une

fille de Be my Guest (Northern Dancer), et le triple gagnant de Gr1 Collier

Hill avec une petite-fille de Danzig…

RAIN

FLOWER : 100% DE BLACK TYPE AVEC SES FEMELLES…

Demeurée

inédite en course (comme sa propre mère) mais forte de sa parenté classique

avec un gagnant de Derby, Rain Flower fut honorée d’un somptueux carnet de bal,

riche de trois fiancés d’élite : Sadler’s Wells, qu’elle rencontra trois fois

mais avec lequel elle n’obtint qu’un seul gagnant ; Danehill, d’où deux

rencontres soldées par deux vainqueurs (dont une gagnante de Listed) ; Danehill

Dancer, avec lequel elle a engendré quatre foals : deux gagnants (dont Dancing

Rain), un mâle de 2ans, et un yearling, mâle lui aussi. Très prolifique (elle a

donné naissance à neuf foals en neuf ans !), il est intéressant de souligner que

Rain Flower a engendré deux gagnants de Stakes avec ses deux seules femelles...

La première, Sumora (Danehill), a remporté sa Listed en Angleterre sur 1.000m,

et l’autre, pourtant sa trois quarts soeur, est devenue la gagnante des Oaks

2011, sur 2.400m…Dancing Rain semble ainsi témoigner d’aptitudes assez proches

de celles de Dr Devious : tenue, courage, aptitude à la piste d’Epsom… Il nous

aurait pourtant été très difficile de statuer sur sa capacité à tenir la

distance des Oaks avant le coup, en raison d’un pedigree très contrasté où se

mêlent des sprinters (Danehill Dancer, Ahonoora) et des sujets de tenue

(Alleged, Sicambre). Mais sur le plan de la qualité, le haut niveau d’affinité

du croisement dont elle est issue s’est bel et bien confirmé sur la piste !

UNE

"PLUIE DANSANTE" ATTENDUE…

Si

"Dancing Rain" n’était pas attendue à pareille fête sur le parcours

d’Epsom, nous aimerions bien aujourd’hui voir une "pluie dansante"

tournoyer sur les herbages de nos haras et sur les pistes de nos champs de

course… Un nom bien prémonitoire pour une année de sècheresse !

Thierry

Grandsir (DNA Pedigree)