Prince of wales’s stakes (gr1) – royal ascot : rewilding et dettori creent l’exploit

Autres informations / 16.06.2011

Prince of wales’s stakes (gr1) – royal ascot : rewilding et dettori creent l’exploit

 « What a race, what a jockey ! » C’est ce que

nous pouvions entendre quand les Prince of Wales’s Stakes (Gr1) ont livré leur

verdict. Planteur (Danehill Dancer) ne succèdera pas à Byword (Peintre Célèbre)

et Vision d’État (Chichicastenango). Mais la course a tenu tout son suspens et

Rewilding (Tiger Hill), monté par le phénomène Lanfranco Dettori, est venu à

bout du grandissime favori et banker du meeting, So you Think (High Chaparral).

L’ancien pensionnaire d’André Fabre n’avait plus été revu depuis son sacre dans

le Dubai Sheema Classic (Gr1), soit une absence de près de trois mois. « C’est

l’une de mes plus belles batailles » s’exclamait Lanfranco Dettori. Le jockey

italien n’a pas manqué de gratifier le public d’Ascot de son inévitable saut de

l’ange et une clameur s’est élevée de la foule pour le saluer. Frankie Dettori

a réussi ce que personne ne pensait possible, venir à bout d’un cheval hors

norme. Parce que So you Think est un authentique champion et quand il s’est

détaché du peloton, personne n’imaginait qu’un de ses adversaires pouvait venir

le vaincre. Mais Rewilding a attendu tout au long du parcours, sans perdre

d’influx, et a refait, centimètre par centimètre, l’écart qui le séparait du

champion australien et irlandais d’adoption. « Je dois ajouter que le deuxième

n’a jamais renoncé, poursuit le jockey de Godolphin. C’était une lutte

impitoyable entre deux champions. C’est une joie partagée quand on a l’occasion

de voir une lutte pareille et c’est encore plus fort quand on en est l’acteur

principal. Je suis un privilégié. Rewilding est un très bon cheval et il a

montré son vrai visage aujourd’hui. Godolphin et Ballydoyle sont deux équipes

formidables et nous nous donnons corps et âmes à notre métier. C’est ce

pourquoi nous travaillons, obtenir ce type de spectacle dans des grandes

épreuves comme celle-ci. Ahmed Ajtebi a fait du bon boulot avec Debussy, c’est

avant tout un travail d’équipe. »

LE

CHEIKH MOHAMED DANS LA COLONNE ENTRAINEUR

Rewilding,

le champion de l’écurie Godolphin, a remporté le deuxième Gr1 de sa carrière.

Il avait obtenu le premier sur 2.400m à Meydan et c’est désormais sur les

2.000m d’Ascot qu’il s’impose. Ce cheval de grande classe avait été façonné par

André Fabre avant de traverser la Manche pour y rejoindre l’écurie de Mahmood

Al Zarooni. Mais l’entraîneur dubaïote a tenu à préciser : « Pour être franc,

je dois avouer que ce n’est pas moi qui entraîne le cheval, mais le Cheikh Mohamed

Al Maktoum. Il nous a toujours donné les instructions, tant sur le programme

d’entraînement que sur la façon de nourrir les chevaux. J’ai une très bonne

équipe qui travaille avec moi, je suis vraiment très content. Le Cheikh a

choisi cette course. Nous continuons d’apprendre avec lui. Il est venu ici il y

a plus de trente ans et a une bonne expérience des courses anglaises. Nous

suivons ses instructions et ça fonctionne. Désormais, le cheval va s’orienter

vers les "King George" et nous verrons bien ce qui arrivera. »

CHEIKH

MOHAMED AL MAKTOUM : « TOUTES LES COURSES PROCURENT BEAUCOUP DE PLAISIR, MAIS…

»

Très

enthousiaste après la course, le Cheikh Mohamed Al Maktoum s’est exprimé et n’a

pas caché sa joie. « Toutes les courses procurent beaucoup de plaisir, mais

celle-ci est vraiment particulière, parce que le cheval avait été préparé pour

cet objectif depuis sa victoire à Meydan. Il a beaucoup de vitesse, donc nous

avons pensé à le raccourcir sur cette distance et il l’a fait. Il était le

meilleur aujourd’hui. Ce cheval a besoin d’un entraînement particulier et son

entraîneur s’est parfaitement exécuté. »

REWILDING

A BESOIN DE SOUFFLER ENTRE SES COURSES

Rewilding

n’avait plus été vu en compétition depuis son succès à Meydan dans le Sheema

Classic. D’un Gr1 à un autre, il a largement enrichi son palmarès et le temps

qui a coulé entre les deux courses lui a été très bénéfique. « Il a besoin de

beaucoup de repos entre ses courses, a expliqué Simon Crisford, racing manager

de Godolphin. C’est ce qu’on a appris après le St Leger l’année dernière.

Rewilding est probablement un cheval qui a été sous-estimé. Sa performance à

Dubaï était fantastique et aujourd’hui il a été brillant. »

AIDAN

O’BRIEN : « LA DEFAITE DE SO YOU THINK EST DE MA FAUTE »

La

superstar australienne So you Think a fait tout ce qu’elle pouvait pour obtenir

un troisième succès de suite en Europe, mais n’a pu contrer l’attaque décisive

de Rewilding. « La défaite de So you Think est de ma faute, a confié un Aidan

O’Brien désabusé. Je crois que je ne l’ai pas assez travaillé le matin et il

est rentré avec une atteinte. Il a gagné ses deux premières courses tellement

facilement que je n’ai pas voulu changer son programme. Ses travaux ont

toujours été incroyablement impressionnants. Les Eclipse Stakes sont une

possibilité pour lui, nous verrons bien comment il récupère et nous en

parlerons à ce moment-là. »

PLANTEUR

EN A TROP FAIT

Seul

français engagé dans l’épreuve, le représentant de l’écurie Wildenstein,

Planteur, a dû se contenter de la quatrième place, coiffé dans les dernières

foulées par Sri Putra (Oasis Dream) pour un meilleur accessit. Parti de la

stalle trois, Christophe Soumillon l’a aussitôt placé dans le sillage du

favori, So you Think, la bonne roue de la course. Mais c’est exactement ce que

voulait faire Tom Queally, le partenaire de Twice Over (Observatory), qui

s’était élancé quant à lui de la stalle la plus à l’extérieur. Planteur et

Twice Over se sont alors battus toute la course– le dernier nommé étant couché

sur le français – et ont consommé leur "carburant" bien avant la

phase finale. « C’est dommage, Christophe s’est battu avec son cheval toute la

course parce qu’un adversaire est venu le contrarier, analysait Élie Lellouche.

Il était sur le bridon tout au long du parcours. C’est difficile d’en garder

sous la pédale quand ça se passe comme ça et il a logiquement cédé pour finir.

» Malgré tout, Planteur a fini à la quatrième place de ce Gr1, tandis que Twice

Over ne peut pas en dire autant, concluant son parcours à la cinquième place, mais

dix longueurs derrière le protégé d’Élie Lellouche.