Prix de diane-longines , aucun double "cleopatre-diane" depuis 1976 : oui, et alors ?

Autres informations / 10.06.2011

Prix de diane-longines , aucun double "cleopatre-diane" depuis 1976 : oui, et alors ?

À

l’approche du Prix de Diane-Longines (Gr1), chacun cherche à peser le pour et

le contre entre les deux filles de Galileo, Golden Lilac et Galikova.

Inévitablement, au rang handicaps supposés de Galikova, des observateurs citent

cette statistique (prétendue) implacable : les gagnantes du Prix Pénélope ne

réussissent pas dans le Prix de Diane. En étudiant le palmarès des deux

courses, on remarque que Pawneese est la dernière titulaire de ce doublé, en

1976. Et avec un peu de recherche supplémentaire, on constate aussi qu’elle

avait aussi gagné le Prix Pénélope et annexé les Oaks d’Epsom avant de vaincre

à Chantilly… Pas mal, non ? Bien sûr, cette statistique ne parle pas en faveur

de Galikova. Et alors ? Une année ne fait pas l’autre, les chevaux sont tous

différents et une analyse, même rapide, du palmarès du Prix Cléopâtre permet de

comprendre pourquoi, depuis 1976, aucune pouliche n’a réussi ce fameux doublé.

Avec un peu de recul, tout s’explique. L’an dernier, Sandbar a terminé bonne

troisième du "Diane". Elle simplement été battue par Sarafina (Refuse

to Bend) et Rosanara (Sinndar) qui étaient meilleures qu’elle. La gagnante du

"Cléopâtre" 2009, Flying Cloud, n’a pas couru à Chantilly. En 2008,

il manquait un petit quelque chose à Leo’s Starlet pour rivaliser avec les

Zarkava, Gagnoa et Goldikova… Pouliche "compliquée", Vadapolina n’a

jamais pu fournir sa vraie valeur dans les Grs1 qu’elle a courus. Grande soeur

de Galikova – et donc de Goldikova –,Gold Round, en 2000, avait mis du temps à

gagner son Groupe et préféré courir les Oaks d’Epsom. On peut remonter ainsi

beaucoup d’années et trouver des explications très logiques à cette fameuse

question: pourquoi la lauréate du "Pénélope" ne gagne-t-elle pas le

Prix de Diane ? La réponse en fait est toute simple. Disputé corde à gauche, le

Prix Pénélope n’est pas un chemin tout à fait naturel pour préparer le

classique cantilien. Freddy Head a choisi celui-ci pour Galikova et elle a bien

plus les moyens que ses aînées de lui donner raison.