Ascot (gb), king george vi and quen elizabeth stakes (gr1) : l’exploit de nathaniel… dans une arrivee dramatique

Autres informations / 23.07.2011

Ascot (gb), king george vi and quen elizabeth stakes (gr1) : l’exploit de nathaniel… dans une arrivee dramatique

Que

retenir des King George and Queen Elizabeth VI Stakes (Gr1) version 2011 ?

D’abord, la victoire du 3ans Nathaniel (Galileo), supplémenté. Il réédite

l’exploit d’Alamshar (Key of Luck) dernier 3ans vainqueur de cet “Arc anglais”,

en 2003. Par la même occasion, il imite son père, le top étalon Galileo, lauréat

de ce Gr1 en 2001. Ensuite, la deuxième place de Workforce (King’s Best), qui a

versé sur sa gauche dans les trois cents derniers mètres, pour finir à la

limite du rail extérieur. Et, enfin, la blessure fatale de Rewilding (Tiger

Hill), qui a conclu ces King George sur une triste note. A tel point que les

applaudissements, lors du retour aux balances de Nathaniel, ont été à peine

perceptibles. Entraîneur de Nathaniel, John Gosden était pourtant auprès de

Rewilding après sa fracture à un canon : « J’ai assisté le lad du cheval

jusqu’au bout. » Il est ensuite revenu sur la victoire de son protégé : «

William [Buick,  jockey de Nathaniel,

ndlr] a monté une course intelligente. Il a vraiment très bien gagné. Et il

adore l’hippodrome d’Ascot ! Nous avons eu la chance d’avoir une piste souple

et si cela n’avait pas été le cas, il n’aurait pas couru. Workforce est un

champion qui a eu une carrière idéale avec le doublé “Derby-Arc”. Avec un peu

de chance, j’espère que nous pourrons de nouveau le battre, en octobre, à

Longchamp. Mais, là encore, nous devrons le supplémenter pour prendre part à la

course. »Lady Rothschild avait dû débourser 75.000£ pour supplémenter son

poulain Nathaniel et il devrait l’être encore dans l’Arc. Mais c’est un pari

réussi pour l’entourage de Nathaniel. Anecdote amusante, un autre poulain de

3ans, appartenant à la famille Rothschild, devrait recourir à un engagement

supplémentaire dans le championnat du monde des pur sang. Il s’agit bien sûr de

Méandre (Slickly), gagnant du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Régulier et

en constante progression, Nathaniel venait de gagner les King Edward VII Stakes

(Gr2), le Derby de Royal Ascot. Il reste invaincu sur cette piste en deux

courses.

LE

DEROULEMENT DE LA COURSE

Avec

cinq partants seulement, on pouvait s’attendre à un déroulement de course

particulier. Et nous l’avons eu. Censé être le leader de Rewilding, Debussy

(Diesis) a pris les devants mais à faible allure. Nous avons alors assisté à un

concours de tête en l’air en début d’épreuve entre Debussy et Nathaniel qui

galopaient aux premiers rangs. Workforce et St Nicholas Abbey (Montjeu)

suivaient ensuite précédant Rewilding, qui filait le pensionnaire de Sir

Michael Stoute. Ahmed Ajtebi a décidé de lâcher la tête de Debussy peu avant la

mi-course. Nathaniel s’est alors bien calé dans son sillage. Les choses n’ont

pas bougé jusqu’à l’entrée de la ligne droite, moment choisi par William Buick

pour lancer son partenaire. Workforce s’est rapproché en pleine piste.

Lanfranco Dettori a choisi de déboîter Rewilding, qui a accéléré pendant cent

mètres, avant de s’accidenter, faisant chuter son jockey. La lutte s’est alors

circonscrite entre Nathaniel et Workforce. Le premier a pris quelques longueurs

d’avance tandis que Workforce s’est mis à pencher sur sa gauche dans la phase

finale alors que son jockey, Ryan Moore, le cravachait pourtant du bon côté. St

Nicholas Abbey était battu pour la victoire. Au passage du poteau, Nathaniel

s’est imposé très sûrement, devant Workforce, 

qui aurait certainement pu le menacer en allant droit. Auréolé de sa

première victoire dans les “King George”, 

William Buick a confié : « Tout d’abord, je tiens à dire que je suis

désolé pour Rewilding et son entourage. Ce n’est jamais réjouissant de voir ce

genre de choses arriver à un champion. Mon partenaire a galopé en première

ligne puisque Ahmed Ajtebi ne comptait pas prendre les devants en début de

course. J’ai été heureux de voir qu’il prenait l’avantage avant le tournant.

Mon partenaire a su se montrer supérieur. C’est un cheval qui est de mieux en

mieux. Aujourd’hui, il a démontré combien il était bon. J’ai toujours su qu’il

l’était mais je ne pensais pas qu’il arriverait au top niveau si tôt. Dans la

phase finale, je ne pouvais voir Workforce qui était hors de mon champ de vision.

Vous devez respecter un tel adversaire dans un parcours, mais Nathaniel a été

droit contrairement à Workforce, ce qui nous a aidés pour finir. »

UNE

PREMIERE CONCLUSION EN VUE DE L’AUTOMNE : LES 3ANS SONT MEILLEURS QUE LEURS

AINES

La

victoire de Nathaniel, seul 3ans au départ de l’Arc anglais, confirme qu’il

faut oser affronter ses aînés même dans une course réputée difficile pour les

jeunes éléments. Mais, surtout, elle confirme que les 3ans sont meilleurs que

leurs aînés. De fait, nous avions deux des meilleurs chevaux d’âge européens en

lice avec Workforce et St Nicholas Abbey. Deux chevaux qui comptent parmi les

favoris de notre Arc. Et Nathaniel les a dominés sûrement. Une note cocardière

cependant : le succès du protégé de John Gosden favorise les poulains

tricolores. En effet, il avait été dominé à Chester par Treasure Beach

(Galileo),  deuxième de Pour moi

(Montjeu) dans le Derby d’Epsom (Gr1) et quatrième du Grand Prix de Paris

derrière Méandre. On peut donc logiquement penser que les pensionnaires d’André

Fabre, Pour Moi et Méandre, sont les deux meilleurs 3ans européens et qu’ils

seront redoutables dans l’Arc...

ASCOT,

UNE PISTE MAUDITE POUR WORKFORCE ?

L’an

passé, alors âgé de 3ans, Workforce avait échoué dans ces “King George”,

finissant cinquième. C’était jusqu’à maintenant son seul essai à Ascot. Pour sa

deuxième course sur la piste royale, le pensionnaire de Sir Michael Stoute n’a

pu s’imposer. Et il a réservé une mauvaise surprise à son entourage en versant

pour finir. Chose qu’il n’avait jamais fait jusqu’à maintenant. Néanmoins,

Workforce est revenu de sa course avec une coupure à une jambe. Quant à St

Nicholas Abbey, lointain troisième, il a attendu avant de faire un effort

insuffisant dans la ligne droite. Son mentor Aidan O’Brien a déclaré à la

presse britannique : « James [O’Brien, jockey de St Nicholas Abbey, ndlr] a

monté une superbe course. Ils sont allés à un rythme régulier et nous n’avons

aucune excuse. »

LE

DERNIER COMBAT DE REWILDING

C’était

malheureusement la dernière course du champion Rewilding. Le cheval de

Godolphin avait débuté sous l’entraînement d’André Fabre, terminant notamment

deuxième du Prix Noailles (Gr2) derrière Planteur (Danehill Dancer). Passé

ensuite sous l’entraînement de Saeed bin Suroor, il avait conclu troisième du

Derby d’Epsom (Gr1) avant de gagner, cette année, les Prince of Wales’s

Stakes  (Gr1) et le Dubaï Sheema Classic

(Gr1).