Darley irish oaks (gr1) : dancing rain vs wonder of wonders : la revanche des oaks d’epsom

Autres informations / 17.07.2011

Darley irish oaks (gr1) : dancing rain vs wonder of wonders : la revanche des oaks d’epsom

Dans les

Oaks d’Epsom (Gr1) disputées le 3 juin, Dancing Rain (Danehill Dancer) a joué

un drôle de tour à ses rivales. Le chrono de 2’41’’73 est là pour le prouver :

elle a endormi ses adversaires avant de repartir sûrement dans la ligne droite.

Son jockey Johnny Murtagh a sa part, importante, dans ce succès. William

Haggas, qui entraîne Dancing Rain, a d’ailleurs expliqué à la presse anglaise :

« Nous allons voir dimanche si son succès à Epsom était simplement dû à une

monte géniale de Johnny Murtagh ou bien si la pouliche est très bonne. Elle a

besoin de courses rythmées. Si ce n’est pas le cas, elle va devant. Elle est

bien revenue d’Epsom. Elle a déjà bien couru en terrain souple comme en bon

terrain. Je pense qu’elle a un moteur idéal pour aller dans le bon terrain,

mais nous ne pouvons rien faire pour la météo. » Elle va tenter d’imiter

Sariska et Snow Fairy, les deux dernières auteures du doublé “Oaks

d’Epsom-Irish Oaks”. Dimanche, dans les Darley Irish Oaks (Gr1), elle

retrouvera sa dauphine Wonder of Wonders (Kingmambo), issue d’une petite fille

de la championne et Matronne Urban Sea (Miswaki), gagnante du Prix de l’Arc de

Triomphe (Gr1) 1993 et mère notamment de Sea the Stars et Galileo. Wonder of

Wonders est donc la nièce de ces deux cracks, d’où son nom de “merveille des

merveilles”. Sa génitrice All Too Beautiful (Sadler’s Wells) avait terminé

deuxième des Oaks d’Epsom, comme elle, avant de conclure quatrième de leurs

équivalentes irlandaises. Mais Wonder of Wonders doit améliorer son classement

anglais. A Epsom, elle est partie en pleine piste et a attaqué de loin.

Associée cette fois à Ryan Moore, elle doit décrocher cette course – ultime

opportunité classique européenne.

BLUE

BUNTING, UNE AUTRE RESSORTISSANTE D’EPSOM

Gagnante

des 1.000 Guinées anglaises (Gr1), Blue Bunting (Dynaformer) a terminé

quatrième à Epsom, gênée par le faux train, comme l’a rappelé son entraîneur

Mahmood Al Zarooni : « Nous avons toujours pensé, bien avant les Guinées,

qu’elle avait la qualité pour tenir 2.400m. Le rythme élevé l’a vraiment aidée

à Newmarket. Je ne veux pas dire qu’elle a été malchanceuse à Epsom, mais

l’allure n’a pas été assez sélective. Les pouliches comme elles, qui attendent

avant de venir finir, préfèrent les rythmes soutenus. Elle a déjà prouvé

qu’elle était une pouliche de classe et elle peut le refaire. Elle aime le

terrain rapide, mais a gagné sur des pistes souples dans sa jeunesse. Elle a

bien récupéré d’Epsom, maintenant, il lui faut juste de la chance. » Rappelons

qu’elle a conclu devant Misty for Me (Galileo), lauréate des Pretty Polly

Stakes (Gr1), en Grande-Bretagne.

LAUGHING

LASHES SUIT LE PROGRAMME IRLANDAIS

Inexistante

dans les Guinées anglaises, Laughing Lashes (Mr Greeley) s’est rachetée en

terminant troisième dans l’équivalent irlandais. Depuis, elle a été réservée

pour ses Irish Oaks comme l’a confié son mentor Jessica Harrington : « Elle est

restée bien depuis sa troisième place dans les Guinées irlandaises. Le plan a

toujours été d’aller directement sur les Oaks du Curragh. C’est une pouliche

très grande, très solide, c’est pourquoi elle n’a pas beaucoup de courses au

compteur cette année. Nous pensons évidemment à sa campagne automnale. »

BANIMPIRE

APRES ASCOT

En

progrès constants depuis ce printemps, Banimpire (Holy Roman Emperor) a

remporté les Ribblesdale Stakes (Gr2) et prend donc en chemin la caravane

classique. Son entraîneur Jim Bolger a confié à la presse anglaise : « J’espère

qu’elle est restée dans le même état de forme que dernièrement car elle devrait

alors bien courir. C’est une pouliche que nous aimons, sur laquelle on peut

compter. Elle est courageuse et possède du talent. »