Longchamp, juddmonte grand prix de paris (gr1) : reliable man se confronte a treasure beach pour prendre plus de hauteur

Autres informations / 14.07.2011

Longchamp, juddmonte grand prix de paris (gr1) : reliable man se confronte a treasure beach pour prendre plus de hauteur

 « La présence de Treasure Beach au départ de

la course donne une vraie valeur au Grand Prix de Paris. Un succès dans ce Gr1

serait valorisant pour une future carrière d’étalon. » Alain de Royer Dupré a

expliqué lundi dernier, dans Equidia Turf Club, ce qui l’a motivé à courir le

Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Comme l’a souligné l’entraîneur cantilien,

un succès de son protégé Reliable Man (Dalakhani) face à Treasure Beach

(Galileo), vainqueur de l’Irish Derby et deuxième du Derby d’Epsom (Grs1)

derrière le français Pour Moi (Montjeu), grand absent du Grand Prix parisien,

serait du meilleur effet pour le futur du poulain du Pride Racing Club. Il

pourrait alors être considéré comme le meilleur 3ans européen. Et sa valeur

grimperait en flèche puisque figure déjà dans son escarcelle le Prix du Jockey

Club (Gr1) ainsi qu'un statut d'invaincu. De fait, Reliable Man n’a jamais

connu la défaite en trois sorties. D’abord des débuts plaisants puis une

confirmation dans le Prix du Mont Pagnotte (B) avant de remporter le Derby

français, le vrai, celui de Chantilly. Il passe un nouveau test jeudi, face à

Treasure Beach et d’autres nouveaux adversaires. La distance ne devrait pas

être un désavantage. Reste l’incertitude du parcours de Longchamp qu’il va

découvrir. Et la possible absence de train si aucun leader ne se dévoue.

Pensionnaire d’Aidan O’Brien, Treasure Beach est donc le rival désigné de

Reliable Man. Son parcours ce printemps est exemplaire. Il s’adapte à tous les

tracés et 2.400m est sa meilleure distance. Néanmoins, il a eu des combats durs

lors de ses dernières courses. Et il peut s’en ressentir à Longchamp, notamment

face à Reliable Man, plus ménagé durant ce premier semestre.

UN

DOUBLE INEDIT

Depuis

1997 et le doublé de Peintre Célèbre (Nureyev), aucun poulain n’a réussi à

gagner le Prix du Jockey Club et le Grand Prix de Paris. Aucun 3ans n’a donc

réussi ce doublé depuis la refonte du programme en 2005. Un constat qui

s’explique facilement par le fait qu’aucun vainqueur du "Jockey Club"

n’a tenté le doublé dans le Grand Prix depuis qu’il se court sur 2.400m. Le

Derby français a, il est vrai, plus souvent souri à des milers.

LES DAUPHINS

BUBBLE CHIC ET SEVILLE

Bubble

Chic (Chichicastenango) reste sur six premiers accessits lors de ses six

dernières courses. Deuxième du "Jockey Club", il a également terminé

à cette place dans le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) sur 2.000m à 2ans. La distance

classique ne sera donc pas un handicap pour lui. Toujours là, doté de beaucoup

de classe, il va attendre pour venir sur les autres au dernier moment. En

effet, à Chantilly, il s’était retrouvé un peu tôt en tête. Alesandro Botti,

fils de Giuseppe, entraîneur de Bubble Chic, a déclaré : « Le cheval s'est bien

remis du Prix du Jockey Club. Quand j'ai vu les partants probables, j'ai eu un

peu mal à la tête avec tous les pensionnaires d'André Fabre et d'Aidan O'Brien

engagés. Ça va être une vraie course, un test pour Bubble Chic sur 2.400m.

D'autant que le rythme va être sélectif avec les irlandais. Normalement, il va

attendre, vu qu'il débute sur la distance. » Plus que n’importe quel autre

concurrent, Bubble Chic mérite un succès de Gr1.

LES

DAUPHINS…

Également

deuxième d’un Derby, celui d’Irlande, derrière son compagnon d’entraînement,

Treasure Beach, Séville (Galileo) avait déçu son entourage à Epsom où il avait

fini non placé, après un mauvais départ. Deuxième des Dantes Stakes (Gr2), il

devrait jouer un premier rôle à Longchamp. Aidan O’Brien a aussi laissé sur les

rangs Markmanship (Galileo), qui a échoué nettement dans un Gr3 à Ascot. Il est

cependant associé à Ryan Moore.

MEANDRE

ET KREEM : UN ONZIEME GRAND PRIX POUR ANDRE FABRE ?

Titulaire

du record de victoires dans ce Gr1, avec dix succès, André Fabre présente deux

poulains, tous deux passés par la filière "logique" de préparation à

cette course : Méandre (Slickly) et Kreem (Hurricane Run). Le premier a laissé

une superbe impression lorsqu’il a gagné le Prix de l’Avre (L) sur le parcours

de jeudi. Enfermé à la corde, il a été déboîté en dehors pour venir assommer

ses rivaux dans les derniers mètres. Certes, l’opposition était peu relevée,

mais le style était là. Quant à Kreem, son mentor a effectué du travail

d’orfèvre avec lui, indiquant la bonne marche à suivre à ce fils de Hurricane

Run. Le rallongement de la distance lui a également fait le plus grand

bien,  comme en témoigne sa victoire dans

le Prix du Lys (Gr3). Visiblement transformé, il trouvera cependant une

opposition beaucoup plus forte que lors de ses précédentes sorties.

HISTOIRE

DE LA COURSE

Créée en

1863. Distance 3.000m de 1978 à 1986

2.000m

de 1987 à 2004

2.400m

depuis 2005

Temps

record du Grand Prix de Paris et de la piste (2.400m G.P.) : 2’24”30 établi par

Scorpion.

Au

palmarès, cinq chevaux vainqueurs proviennent d’Angleterre, et un seul

d’Irlande.

LE RÔLE

DU GRAND PRIX DE PARIS

On

entend ou on lit souvent que le Juddmonte Grand Prix de Paris est le Derby

français. Pourtant, au sein de la réorganisation du programme effective depuis

2005, il n’entre pas dans cette optique. Il est là pour servir de Gr1 de

sélection aux chevaux de 2.400m, le Derby restant, bien entendu, le Prix du

Jockey Club (Gr1). Situé un mois et demi après le “Jockey Club”, ce sont, en

toute logique, des chevaux un peu plus tardifs que dans l'épreuve précitée, qui

s’expriment dans le Grand Prix de Paris. D’ailleurs, le Grand Prix bénéficie

d’un chemin préparatoire qui lui est propre, avec le Prix de l’Avre (L) et le

Prix du Lys (Gr3), deux courses disputées sur 2.400m. Le Grand Prix n’est pas

là pour se substituer au  “Jockey Club”,

ni pour lui faire de l’ombre, il se présente comme un complément pour les

chevaux qui montrent des aptitudes à faire 2.400m.

LES

RECORDS

Jockey

Tom

Lane, 6 victoires : Stuart (1888), Fitz Roya (1890), Clamart (1891), Rueil

(1892), Ragotsky (1893), Perth (1899).

Entraîneur

André

Fabre, 10 victoires : Dancehall (1989), Subotica (1991), Homme de Loi (1992),

Fort Wood (1993), Grape Tree Road (1996), Peintre Célèbre (1997), Limpid

(1998), Slickly (1999), Rail Link (2006), Cavalryman (2009).

Propriétaire

Edmond

Blanc, 7 victoires : Nubienne (1879), Clamart (1891), Rueil (1892), Andrée

(1895), Arreau (1896), Quo Vadis (1903), Ajax (1904).