Maisons-laffitte, prix robert papin (gr2) : un galop public signe family one

Autres informations / 25.07.2011

Maisons-laffitte, prix robert papin (gr2) : un galop public signe family one

 « Je n’ai pas eu d’émotions pendant la course,

mais c’est après que sont arrivés les frissons. C’est un crack!» Yann Barberot

est enthousiaste. Et pour cause ! Son pensionnaire, Family One (Dubai

Destination), a enlevé de toute une classe le Prix Robert Papin (Gr2), sans

forcer son talent. Le professionnel deauvillais remporte ainsi son premier Gr2

avec Family One, à l’instar de l’Écurie Ascot, propriétaire-éleveur du poulain.

Déjà, le 3 juillet dernier, Family One avait offert un premier Groupe à son

entourage dans le Prix du Bois (Gr3), une course qui a révélé sept vainqueurs

du "Robert Papin" depuis 2000. Les deux derniers 2ans à avoir réussi

le doublé "Bois-Papin" sont deux pouliches exceptionnelles : Natagora

(Divine Light) en 2007 et Divine Proportions (Kingmambo) en 2004. Family One va

tenter de marcher sur leurs traces, surtout sur celles de la seconde nommée,

qui avait également gagné le Prix Morny (Gr1) dans la foulée. Ce sera

d’ailleurs le futur objectif de Family One, qui y passera un vrai test face à

une opposition beaucoup plus relevée. En effet, paradoxalement, même si

l’épreuve de dimanche était un Gr2, elle semblait moins relevée que le Prix du

Bois, un Gr3. Mais parfois, il ne faut pas faire attention à l’opposition et se

fier au style d’une victoire. Et Family One nous a démontré qu’il possédait

beaucoup de classe. D’abord placé en deuxième position derrière l’anglais Bear

Behind (Kodiac), Family One a été déboîté à la Girafe. Il a alors fourni un

changement de vitesse impressionnant pour laisser sur place ses adversaires,

repartant même lorsque son jockey, Ioritz Mendizabal, lui a mis une claque à

cent mètres du but. « Il a gagné toute la course et me procure vraiment de

grosses émotions, nous a confié Yann Barberot, félicité tous les professionnels

deauvillais. Il n’y avait pas beaucoup d’opposition. Il l’a fait avec facilité.

Dans le parcours, je voyais Ioritz tirer dessus et j’avais un peu peur. Je

voulais qu’il fasse parler la classe. » Jockey de Family One, Ioritz Mendizabal

a expliqué : « Je n’ai pas voulu aller devant et j’ai préféré patienter

derrière l’animateur pour ne pas lui donner une course dure. À deux cents

mètres du poteau, je savais déjà que j’avais course gagnée. »

LA BELLE

AVENTURE DE L’ECURIE ASCOT CONTINUE

« Ça y

est, c’est fait ! On tremble de partout ! » Les époux Dufaut, animateur de

l’Écurie Ascot, sont sur un nuage en attendant le retour de leur poulain, issu,

qui plus est, de leur élevage. Et ils peuvent continuer à rêver car les limites

de Family One sont inconnues. En effet, il compte quatre victoires et une

deuxième place en cinq sorties. Mais lors de sa seule défaite, il avait

quelques excuses. Le plus surprenant, mais qui est aussi encourageant avec

Family One, c’est qu’il était déjà sur la scène pour les premières courses de

2ans. Et il est encore là au plus haut niveau. C’est souvent un signe qui ne

trompe pas quant à la qualité d’un 2ans.

LOUVE

ROUGE REPOUSSE SES LIMITES

Troisième

du Prix des Rêves d’Or (L) mardi dernier, Louve Rouge (Gold Away) surprend les

observateurs. Elle termine deuxième de ce Prix Robert Papin, après avoir évolué

dans les "réclamers". Son expérience l’a certainement aidée, d’autant

que son jockey, Johan Victoire, l’a montée parfaitement, en filant le plus

longtemps possible ses rivaux. Son mentor, Cédric Boutin, nous a déclaré : « On

est battu par le cheval de la course, c'est très bien ce qu'elle fait

aujourd'hui. Elle venait de courir il y a cinq jours à Vichy et avait repris le

chemin de Paris le jour même. C'est une petite pouliche, mais elle récupère

très vite et surtout elle donne toujours tout son coeur sur la piste. »

Propriétaire de la pouliche, Stephan Hoffmeister a ajouté :  « Je pensais qu'on allait courir pour la

cinquième et dernière place, mais Cédric était certain de finir dans le

trio.  C'est lui qui a eu raison, on est

très content. »

MAC ROW,

TROISIEME APRES SES FACETIES DERRIERE LES STALLES

Magnifique

d’état au rond de présentation, Mac Row (Le Vie dei Colori) s’est montré tendu

derrière les stalles. Il s’est renversé, a fait tomber son jockey, Christophe

Lemaire, ce qui lui a sans doute fait perdre son influx. Malgré tout, il a été

courageux pour conserver la troisième place.

LE

PREMIER PRODUIT DE LA BONNE ASCOT FAMILY

Comme

son nom l’indique, Family One est le premier produit d’Ascot Family (Desert

Style). Très bonne à 2ans (Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles, L), Ascot

Family a également bien couru à 3ans, prenant notamment les troisièmes places

des Prix Amandine et du Cercle (Ls). François Dufaut nous avait confié que la

poulinière avait perdu sa pouliche suivante, par Sinndar, au sevrage, puis

qu’elle était restée vide. Elle est actuellement pleine d’Excellent Art. Ascot

Family est une soeur de la bonne Flanders (Common Grounds), lauréate de Listed

outre-Manche et mère de Louvain (Sinndar), gagnante de Gr3 aux États-Unis mais

aussi deuxième des "Jouvenceaux et des Jouvencelles" (L). Au haras,

Louvain a donné Louvakhova (Maria’s Mon), en vue cet hiver à Cagnes, ainsi

qu’un mâle de Medaglia d’Oro engagé dans le Derby d’Epsom 2012.