Prix eugene adam-grand prix de maisons-laffitte (gr2) : les anglais a l’assaut de la ligne droite mansonnienne

Autres informations / 24.07.2011

Prix eugene adam-grand prix de maisons-laffitte (gr2) : les anglais a l’assaut de la ligne droite mansonnienne

Le Prix

Eugène Adam-Grand Prix de Maisons-Laffitte (Gr2) a changé de statut cette

année. Entre 2008 et 2010, son allocation était de 400.000 euros, plus que de

nombreux Grs1. L’objectif était clair : faire passer cette épreuve de Gr2 à Gr1

pour palier la suppression du Prix Lupin (Gr1). Malheureusement, il n’a pas été

atteint et le Prix Eugène Adam a retrouvé son ancienne allocation, tout en

conservant son rang et son parcours de 2.000m en ligne droite. Un tracé qui

convient parfaitement aux anglais, titulaire de trois des quatre dernières éditions.

Cette année, deux britanniques seront en lice : Colombian (Azamour) et Pisco

Sour

(Lemon Drop Kid). Le premier dépend de l’entraînement de John Gosden et porte

les couleurs de la princesse Haya de Jordanie, comme Debussy (Diesis),

vainqueur en 2009, après avoir échoué dans le Derby d’Epsom (Gr1). Colombian a

également participé à un Derby, mais avec plus de réussite, concluant quatrième

du Prix du Jockey Club (Gr1), après avoir longtemps fait illusion pour la

troisième place.  Auparavant, il n’avait

remporté qu’un maiden à Chester et la ligne du Derby français n’a pas vraiment

brillé dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Mais ce Prix Eugène Adam

est fait pour des poulains comme lui, quelque peu tardifs, qui s’affirment avec

le temps. Le second cité a gagné sûrement les Tercentenary Stakes (Gr3), à

Royal Ascot, après un échec enregistré dans le Derby d’Epsom, et s’annonce

comme un bon poulain. Son mentor Hughie Morrison a déclaré à la presse anglaise

: « C’est la bonne voie pour mon protégé. Il est logique qu’il tente sa chance

dans un Gr2 après une victoire dans un Gr3. D’autant que ce Gr2 est le seul

pour le moment sur le calendrier. Nous sommes venus en France avec lui l’année

dernière [8e du Critérium International, ndlr] mais il manquait de tenue. Il a

désormais de l’expérience. Je souhaiterais que la piste ne soit pas trop

rapide, mais pas trop lourde non plus. » S’il réalise une bonne performance,

Pisco Sour pourrait disputer le Prix Guillaume d’Ornano (Gr2).

VALIYR

EMMENE LE TEAM FRANCE

Tenant

du titre avec Shimraan (Rainbow Quest), Alain de Royer Dupré présentera Valiyr

(Alhaarth), récent deuxième du Prix Daphnis (Gr3) et assurément la meilleure

chance tricolore. En constants progrès, Valiyr a remporté le Prix Matchem (L),

avant de conclure plaisamment derrière son compagnon d’entraînement, le fuyard

Ziyarid (Desert Style), dans le Gr3 évoqué. Ce dernier engagé dans les

Secretariat Stakes (Gr1), à Arlington, Valiyr poursuit seul sa route en France.

Poulain maniable, avantage important sur un tracé rectiligne, il devra

néanmoins se sortir d’une piste très souple. Doté de tenue, Absolutly Yes

(Country Reel) est capable de tenir plus de 2.000m, un point positif compte

tenu du parcours spécifique emprunté dimanche. Lauréat du Prix de Guiche (Gr3),

il a confirmé sa qualité en se classant troisième du Prix Daphnis. Avec l’aide

d’un bon parcours, il peut lutter pour les premières places. Deux poulains ont

couru la Poule d’Essai et seront en piste dimanche : Glaswegian (Selkirk) et

Barocci (Deep Impact). Tous deux ont échoué dans le classique français même si

le pensionnaire d’Élie Lellouche y a conclu sixième. C’est d’ailleurs Barocci

qui peut tirer le plus d’avantage d’une distance de 2.000 mètres qu’il va

pourtant découvrir. Glaswegian doit avant tout se rassurer. Quant à Slow Pace

(Distorted Humor), il a pour lui d’avoir enlevé le Prix de Suresnes (L), sur

cette ligne droite. Enfin Cool Dude (Lemon Drop Kid), s’il est en pleine

ascension, ambitionnera d’abord une place.

 

QUI EST

EUGENE ADAM ?

Né en

1840 et décédé en 1904, Eugène Adam a été le fondateur de la Société Sportive

d’ Encouragement,  officialisée le 25 mai

1887. Il en devient le premier Président. Le siège de la Société Sportive

d’Encouragement était sis au 37, rue Lafayette, puis au 3, rue des Mathurins,

puis en 1899, au 4, rue Halévy, jusqu’à l’achat, le 2 juillet 1912, d’un hôtel

particulier au 133, rue du Faubourg Saint-Honoré. Eugène Adam présida la

société jusqu’à sa mort et la dirigea habilement, obtenant la prospérité sur

ses trois hippodromes de Maisons-Laffitte, d’Enghien et de Saint-Ouen. À la

création de la société, Eugène Adam était âgé de 47 ans. Ni brillant cavalier,

ni membre du Jockey Club ou du Nouveau Cercle, c’était un homme d’affaires de son

temps, séduit par le sport hippique florissant auquel il témoigna son

attachement en entretenant une écurie d’obstacle qui se distingua en 1889 lors

de la victoire de Vanille dans la Grande Course de Haies d’Auteuil. Sa casaque

était grenat, manches et toque rose. Les autres membres fondateurs de la

Sportive d’Encouragement étaient Robert Papin et Alfred de Rollepot. Les autres

membres du comité furent E. Porte, X.Girardin, A. Daudé, Michel Cullerier, le

Docteur Pierre Gelez, Pierre Manceau.