Prix jean prat (gr1) : toutes les composantes reunies pour un grand "jean prat

Autres informations / 03.07.2011

Prix jean prat (gr1) : toutes les composantes reunies pour un grand "jean prat

Un

brillant lauréat des Jersey Stakes (Gr3), à Royal Ascot, Strong Suit (Rahy),

supplémenté pour l’occasion, un dauphin du crack Frankel (Galileo), Zoffany

(Dansili), et un poulain sur la montante, gagnant de la préparatoire, Mutual

Trust (Cacique). Autant d’éléments qui font de l’édition 2011 du Prix Jean Prat

(Gr1) une "grande" épreuve en perspective. Ce Gr1 remplit

parfaitement le rôle qui lui a été attribué dans le nouveau programme

classique, en 2005. Dernière grande course pour les milers de 3ans avant

d’affronter leurs aînés, il permet d’attirer des éléments des deux "Poule

d’Essai" ou encore des chevaux en provenance de Royal Ascot, de par sa

position dans le calendrier. Très attendu après sa récente victoire enregistrée

durant le meeting royal, Strong Suit a séduit les observateurs en Angleterre.

Il a tout d’abord dirigé le peloton derrière le fougueux animateur avant de se

retrouver devant, sans faire d’efforts. A mi-ligne droite, il a quelque peu

penché mais il a sûrement filé au poteau, sans être réellement inquiété. Il

prouvait alors qu’il était redevenu le bon cheval qu’il avait été, à 2ans,

lorsqu’il gagnait les Coventry Stakes (Gr2). Son entraîneur, Richard Hannon,

tenant du titre du "Jean Prat" avec Dick Turpin (Arakan),  a expliqué après la course : « On ne

l’entendait pas respirer quand il nous passait devant, mais Richard [Hughes,

son jockey, ndlr] m’a dit plusieurs fois qu’il tirait beaucoup. Je ne

comprenais pas sa performance à Newbury [6e des Greenham Stakes, ndlr] donc on

a inséré une caméra dans ses naseaux, qu’on a fait descendre dans ses bronches.

On a constaté ce qui n’allait pas et on a pu le soigner. » Strong Suit peut

désormais exprimer tout son potentiel. Même s’il n’a jamais abordé le mile, son

mentor a toujours pensé qu’il était un poulain de "Guinées", qu’il

n’a pu courir à cause de sa condition physique. Et les Jersey Stakes, qu’il a

enlevés, se disputaient sur 1.400m en ligne droite, ce qui rallonge la

distance.

ZOFFANY,

APRES AVOIR CONCLU A LA HANCHE DE FRANKEL

Certes,

il ne faut pas tomber dans le piège d’un raisonnement qui consisterait à

affirmer qu'être dauphin de Frankel assure automatiquement la victoire à un

cheval mais Zoffany n’est pas n’importe qui. Deuxième des St James’s Palace

Stakes (Gr1), à trois quarts de longueur du crack de Sir Henry Cecil, le

pensionnaire d’Aidan O’Brien avait effectué un effort d'autant plus remarquable

qu’il découvrait les 1.600 mètres.À 2ans, il avait dominé de haute lutte Strong

Suit dans les Phoenix Stakes (Gr1). La piste légère devrait l’avantager et il

ne faut pas le négliger car il est, au moins, aussi bon que Strong Suit.

LE

"GRAND" TEST POUR MUTUAL TRUST

Invaincu,

en trois sorties, Mutual Trust n’a cessé de monter de catégorie, repoussant

aisément ses limites. Vainqueur du Prix Paul de Moussac (Gr3), sur le parcours

du Prix Jean Prat, ils'est imposé avec de la marge. Mais, dimanche, il

affrontera un lot très relevé et devra afficher de nouveaux progrès pour

espérer inquiéter Strong Suit et Zoffany, ce qui reste possible... Pour lui, il

a sa capacité à s’adapter à toutes les tactiques puisqu’il peut mener comme

attendre. Il appréciera aussi le bon terrain. La ligne du "Paul de

Moussac" est aussi représentée par Venomous (Red Ransom), sixième. Ce jour

là, il avait patienté parmi les derniers, mais, comme nombre d’attentistes, il

n’avait pu revenir, tout en effectuant un bon effort. Cette fois, il ne sera

pas aidé d’un leader et sa performance dépendra du train de la course et de la

possibilité de pouvoir refaire du terrain sur cette piste cantilienne...

GLORIOUS

SIGHT, LA POULICHE MODELE

Troisième

du Prix de Diane-Longines (Gr1), deuxième de la Poule d’Essai des Pouliches

(Gr1), Glorious Sight (Singspiel) est une pouliche exemplaire. Elle est

toujours à la recherche d’un premier succès de Groupe. Ce dimanche, elle aurait

tout aussi bien pu courir le Prix Chloé (Gr3), mais son mentor, Robert Collet

avait déjà une partante dans ce Groupe. Avec l’aide d’Olivier Peslier, elle

peut être de nouveau la bonne surprise de cette épreuve. Également au départ,

Temps au Temps (Invincible Spirit) a terminé quatrième de la Poule d’Essai,

après quelques ennuis de trafic. Initialement, son entourage prévoyait de lui

faire disputer les St James’s mais le poulain a toussé. Et il a finalement été

dirigé sur ce Prix Jean Prat. Présenté par l’Ecurie Godolphin, Neebras (Oasis

Dream) a fini quatrième derrière Frankel et Zoffany à Ascot, mais ses

performances antérieures ne font pas de lui un poulain confirmé à ce niveau.

HISTOIRE

DE LA COURSE

Créé en

1858, le Prix Jean Prat s’est couru sur 2.000m, 1.850m et 1.800m. Il est passé

sur 1.600m en 2005 quand la distance du "Jockey Club" a été réduite

de 300 mètres. En 2008, il a enregistré un nombre record de partants : 16. Le

temps record de l’épreuve sur 1.600m revient à Turtle Bowl (1’36’’10), premier

vainqueur de la nouvelle version alors que le record de la piste a été établi

par Spirito Del Vento en 2007 dans le Prix du Chemin de Fer du Nord (1’34’’60).