Vichy, grand prix de vichy-auvergne - 7e etape du defi du galop (gr3) : cirrus des aigles imperial

Autres informations / 20.07.2011

Vichy, grand prix de vichy-auvergne - 7e etape du defi du galop (gr3) : cirrus des aigles imperial

On

n’attendait que lui et, une fois de plus, Cirrus des Aigles (Even Top) a

répondu présent et a fait plaisir à ses supporters. Venu prendre l’avantage peu

après le passage de route, il n’a rencontré aucune opposition dans la phase

finale, gagnant arrêté alors qu’il rendait du poids à tous ses rivaux. C’était

la moindre des choses que l’on pouvait attendre de lui mercredi. "Fighting

Cirrus" venait aussi courir à Vichy car il ne tenait plus en place à la

maison. Et il en a profité pour gagner le troisième Gr3 (après la Coupe et le

"Prince d’Orange") de sa carrière et son cinquième Groupe. « C’était

comme un galop, pour Cirrus, aujourd’hui, commentait Corine Barande-Barbe. Cela

lui a bien plu, même si, dans la ligne droite, il regardait les lumières.

Cirrus des Aigles aime la compétition et il adore les applaudissements. Pour la

suite de son programme, nous verrons. C’est lui qui décide de toute façon. Il

est engagé à York dans les International Stakes et il sera également engagé

dans le Prix Gontaut-Biron à Deauville. » Cirrus des Aigles a fait plaisir à

tout le monde en effectuant ce déplacement gagnant à Vichy. Ce vrai cheval de

Groupe devient l’un des meilleurs gagnants d’une étape du Défi du Galop et du

Grand Prix de Vichy, qui est l’un des rares Groupes français à se tenir en

province. « C’est un crack, tout simplement, résumait Franck Blondel. Il fait

toutes les distances et va sur tous les terrains. C’est un cheval d’exception.

»

RENCONTRE

AVEC LES PROPRIETAIRES DE CIRRUS DES AIGLES

Associée

sur la propriété de Cirrus des Aigles, Madame Dupouy était présente à Vichy

pour soutenir son champion. Rencontrée après la course, elle nous a raconté son

expérience dans les courses : « Cela ne fait que depuis 2006 que je suis

propriétaire. Nous ne sommes pas du milieu des courses et c’est une vraie

chance d’avoir un cheval comme Cirrus des Aigles. Nous avons commencé dans les

courses avec Mesnil des Aigles, le grand frère de "Cirrus". Cela

s’était très bien passé avec lui. Je trouve que Cirrus des Aigles a un

comportement humain. Nous avons une relation humaine avec lui et il sait se

faire comprendre. Il est très attachant et il aime vraiment la compétition. Il

a toujours progressé et récupère très vite. Il s’ennuie, d’ailleurs, quand il

ne court pas. Pour moi, Cirrus des Aigles est un grand sportif. Il a le

comportement des champions d’autres disciplines. Ce que j’aime également, c’est

que le public adore Cirrus des Aigles. Je voyais encore avant la course des

enfants qui parlaient de lui. Il est vraiment très populaire. » Et comme le

rappelait Corine Barande-Barbe : « Cirrus des Aigles prouve que les bons

chevaux ne sont pas réservés aux grands propriétaires et aux grands élevages.

Avec de la passion, même un "petit propriétaire" peut tomber sur un

champion. »

BONNE

RENTREE D’AGENT SECRET

Plus

revu depuis le Prix d’Harcourt (Gr2), Agent Secret (Pyrus) effectuait sa

rentrée dans ce Grand Prix de Vichy. Tenant du titre, il a animé l’épreuve à un

train relativement peu soutenu et s’est bien battu dans la ligne droite, même

s’il n’a rien pu faire contre Cirrus des Aigles. Il n’a donc pas à rougir de

cette deuxième place. Il faut également signaler que ce classement permet à

François Rohaut de reprendre la tête à Élie Lellouche au classement des

entraîneurs dans le Défi du Galop. « Le meilleur a gagné, analysait François

Rohaut. On voulait surtout qu’Agent Secret ait l’appui de la lice extérieure.

Pour la suite de son programme,  rien

n’est défini. Car l’an dernier, il avait mal couru à Deauville dans le

"Gontaut-Biron". »

SAGA

DREAM POURSUIT SA PROGRESSION

Venu des

gros handicaps, Saga Dream (Sagacity) courait son premier Groupe mercredi. Venu

à l’intérieur des autres concurrents, il a fourni une excellente valeur, venant

arracher la troisième place dans les derniers mètres de course. Son entraîneur,

Freddy Lemercier, nous a expliqué : « Il court super pour sa première

participation à un Groupe. J'avais des craintes, car il n'avait pas son terrain

et changeait de jockey, mais Stéphane s'en est très bien servi. De plus, il a

besoin de courses qui roulent, ce qui n'a pas été vraiment le cas. Il a donc

été pris de vitesse au démarrage avant de bien se ressaisir. En dernier lieu, à

Compiègne, il n'avait pas fait sa course car cela n'avait pas du tout avancé.

On pense au Prix Dollar, mais il ne faut pas que le terrain soit trop

pénible... »

LA GENESE

DE CIRRUS DES AIGLES

Co-éleveur

du poulain avec son cousin Benoît Deschamps, Yvon Lelimouzin nous avait raconté

l’histoire de son élève après sa victoire dans le Prix du Conseil de Paris

(Gr2) 2009 : « Cirrus des Aigles a été élevé à Hudimesnil, dans la Manche, où

j’ai entre quatre et cinq poulinières. J’ai choisi l’étalon Even Top

(Topanoora) pour Taille de Guêpe (Septième Ciel) en voyant une cassette vidéo

de ses courses [2e notamment des 2.000 Guinées, ndlr] avant sa présentation au

Lion-d’Angers. Je me suis dit que l’on avait là un vrai cheval de course. Du

coup, nous lui avons mis une jument, la mère de Cirrus des Aigles. Je voulais

lui apporter de la vitesse, étant donné que c’est une jument un peu lourde. Et

ça a donné “Cirrus”. Ce qui est impressionnant, c’est son calme. » Ajoutons que

Taille de Guêpe a donné un autre gagnant, Mesnil des Aigles (Neverneyev),

lauréat de sept courses, et qu’elle est pleine de Sinndar (Grand Lodge).

 

LE MOT

DE BERNARD FERRAND, VICE-PRESIDENT DU DEFI DU GALOP

« De

très nombreux dirigeants du Défi du Galop étaient présents à Vichy ce soir. La

victoire de Cirrus des Aigles, très attendue, a été impressionnante, et l’on

peut presque regretter qu’il ne soit pas qualifié pour poursuivre la

compétition du Défi du Galop. La belle aventure de ce challenge continue, à la

satisfaction de tous. »