De bon augure avant deauville : les ventes de saratoga font mieux que se defendre

Autres informations / 09.08.2011

De bon augure avant deauville : les ventes de saratoga font mieux que se defendre

La

journée de lundi a été difficile sur la plupart des places boursières

mondiales, notamment aux États-Unis. Autant dire que Fasig Tipton, organisateur

des ventes de Saratoga, avait des raisons de s’inquiéter au moment de lancer

deux jours de ventes de yearlings. Mais le ciel n’est pas tombé sur la tête de

nos amis américains: tous les indicateurs sont bons, du taux de vendus au moyen

en passant par le chiffre d’affaires. 

Évidemment, un homme est largement responsable de cette tenue ; c’est le

Cheikh Mohamed, qui soutient le business dans le monde entier et en particulier

chez Fasig, détenu par une société d’investissement de Dubai. L’homme fort du

Golfe Persique a investi 4,1 M$ en ce premier jour, soit un quart du chiffre

total de la vente. C’est beaucoup, mais ce n’est pas ainsi que s’explique la

hausse de tous les indicateurs car, l’an dernier, le Cheikh Mohamed et son

frère Hamdan avaient investi la même somme, à 100.000 $ près. Ainsi, le

président de Fasig-Tipton, Boyd Browning, a pu s’offrir une déclaration sur

mesure : « Le Cheikh Mohamed a joué un rôle décisif, mais il ne faut pas dire

qu’il était seul dans la salle. » John McCormack n’aurait pas offert 950.000 $

en échange du lot 53, fils de Bernardini, pour le compte du Cheikh Mohamed. On

le croit. Pour le reste, rien n’a échappé au principal acteur de la vente. Par

exemple, le top du jour a été adjugé 1,2 M$ à John Ferguson. Il s’appelle

Superfection. C’est le demi-frère du gagnant de Kentucky Derby (Gr1) Super

Saver (Maria’s Mon)… et il est par l’étalon “maktoumisé” Medaglia d’Oro. Mais

les liens entre le yearling et la famille régnante de Dubaï ne s’arrêtent pas

là, comme l’a expliqué John Ferguson au TDN : « Dans le pedigree, on retrouve

un jeune étalon dont nous espérons beaucoup : Girolamo (A.P. Indy). (…) C’est

une famille fantastique. Cheikh Mohamed a adoré le poulain dès l’instant où il

l’a vu. » Le propriétaire du yearling, WinStar Farm, a fait une affaire d’anthologie

ce jour de novembre 2006 où il a acquis la mère de Superfection, pleine de

Super Saver, pour la somme de 160.000 $. Ces bons résultats sont de bon augure

pour Deauville. La vente de Saratoga donne souvent le ton, quelques jours avant

la grande vente française. Le petit tableau reproduit en fin d’article est

assez amusant. Il ne reste plus à espérer que Deauville va continuer à imiter

Saratoga en 2011 !