La vie d’un yearling, du sevrage aux ventes d’aout

Autres informations / 18.08.2011

La vie d’un yearling, du sevrage aux ventes d’aout

Du

sevrage aux ventes d’août, les poulains et pouliches qui sont destinés à passer

sur le ring connaissent une préparation spécifique. Tous les ans, le haras

d’Etreham se positionne comme le plus gros consigner des ventes d’août Arqana

et, logiquement, nous sommes allés à la rencontre de Nicolas de Chambure pour

découvrir ce qui constitue la préparation de ses yearlings.

LE

SEVRAGE

Au haras

d’Etreham, le sevrage commence tôt, à partir du mois d’août pour les chevaux

les plus précoces. Ceux-ci sont alors répartis, en fonction de leur sexe, dans

deux annexes distinctes. Les chevaux vivent ensemble et évoluent tout le temps

dehors... jusqu’à l’arrivée de la saison froide. À partir de novembre et,

jusqu’à la fin de l’hiver, les chevaux sont rentrés tous les soirs et ils

retournent au pré au début du printemps seulement. Durant l’hiver, ils sont

déjà habitués au contact de l’homme. Ils commencent à être pansés et reçoivent

les premières visites des courtiers et des propriétaires. Dès la naissance, ils

voient le maréchal-ferrant toutes les trois semaines – un rythme qui passera à

tous les quinze jours lors de la préparation aux ventes -.

DE LA

SELECTION A LA PREPARATION

Les

yearlings les plus précoces sont rentrés une première fois à la fin du mois de

mai pour ceux qui font partie de la sélection d’août. Ils retournent ensuite au

pré durant un petit mois. C’est seulement en juillet qu’ils commencent leur

préparation pour les ventes. À Etreham, il n’y a pas de différence, sur le plan

de l’élevage, entre un poulain destiné à la vente et un autre. Seuls les

détails de préparation les distinguent des autres. Du sevrage aux ventes, les

poulains tournent entre trois et quatre paddocks différents. Les terres du

haras n’apportent pas les mêmes apports nutritifs en fonction des saisons et de

la richesse des sols. Lors de la préparation, les mâles évoluent dans des

paddocks individuels alors que les femelles restent ensemble. Les mâles sont

souvent plus joueurs et peuvent être agressifs entre eux. C’est donc par simple

principe de précaution qu’ils sont séparés avant les ventes.

LA

PREPARATION

La

préparation aux ventes d’août a lieu au mois de juillet. Il s’agit d’une hausse

d’activité très légère qui ne peut pas être considérée comme un travail. Chaque

cheval dispose d’un programme adapté en fonction de ses besoins. La journée

type de préparation se décompose de la façon suivante :

- la

matinée au pré

- 40

minutes de séance de marche, en main ou de longe, en fin de matinée

-

pansage, en début d’après-midi

- box

l’après-midi

Les

chevaux sont douchés une fois par semaine et reçoivent une visite vétérinaire à

la fin du mois de juillet (préparation du dossier vétérinaire pour les ventes,

ndlr). La dernière semaine avant les ventes, ils sont tous douchés une dernière

fois avant d’en venir aux finitions. Les chevaux sont passés au peigne fin, de

la queue jusqu’aux oreilles !

LES

CRITERES DE SELECTION

Un

poulain sélectionnable pour les ventes c'est avant tout un cheval qui dispose

d’un bon papier généalogique. Le haras d’Etreham est toujours très rigoureux

sur ce point. Mais, ce critère n’est pas suffisant pour qu’un poulain puisse

passer sur le ring des ventes d’août. Les chevaux doivent être suffisamment

précoces, ce qui ne signifie pas forcément qu’ils doivent être nés le plus tôt

possible. Ils doivent également être suffisamment avancés, physiquement, pour

pouvoir supporter la phase de préparation.

44

CHEVAUX PRESENTES EN 2011

Avec

quarante-quatre chevaux présentés aux ventes d’août, Etreham est le plus gros

consigner de cette vacation. Le haras prépare des chevaux pour des clients mais

il faut aussi savoir que, sur cette quarantaine de chevaux, vingt-cinq sont nés

et élevés au haras d’Etreham. Il faut toutefois noter que cette année, Etreham

a été encore plus sélectif que les années précédentes dans le choix des chevaux

présentés. D’une cinquantaine de chevaux présentés l’année dernière, le chiffre

devrait être réduit à une quarantaine.

UNE

EQUIPE RENFORCEE POUR LES VENTES

Si les

ventes ne sont qu’une étape dans la vie d’un cheval de course, c’est un moment

capital pour les vendeurs, un instant durant lequel tout doit être parfait.

Dans cet objectif, le haras d’Etreham est obligé d’étoffer ses effectifs

humains. Outre l’équipe de base, qui travaille toute l’année au haras, six à

sept nouveaux collaborateurs sont recrutés pour travailler durant la période

des ventes. Il y a alors un homme pour trois chevaux présentés. L’équipe est

jeune mais particulièrement expérimentée dans le domaine. Tous ont déjà une

expérience du cheval ou des ventes.