Vente de yearlings d’aout : un marche solide, grace a une population variee d’acheteurs

Autres informations / 25.08.2011

Vente de yearlings d’aout : un marche solide, grace a une population variee d’acheteurs

Cette

dernière journée de vente, la deuxième de la partie deux, s’est achevée avec un

prix moyen inférieur à celui de mercredi. C’était prévisible, en raison d’une

qualité d’animaux un peu en deçà de celle du premier jour, par le hasard du

tirage au sort. Elle a tout de même été marquée par un top price à 240.000 €,

pour la soeur de Dabirsim (Hat Trick), achetée par Édouard de Rothschild. C’est

une fille de Slickly, un étalon qui a déjà donné au président de France Galop

le lauréat du Grand Prix de Paris Méandre. Au-delà de ce sommet, le vrai motif

de satisfaction est le taux de vendus, proche de 79 %. « Cet indicateur

remarquable est le signe que la demande est restée constante jusqu’à la fin de

la vente, explique Éric Hoyeau, PDG d’Arqana. Beaucoup de Français, entraîneurs

et courtiers, Paris comme province, sont intervenus ce jeudi, mais ce n’était

pas uniquement un marché franco-français, car les étrangers se sont également

montrés actifs. Le format en deux parties a quelque part "démystifié"

le mois d’août. » Au cumul des deux jours, la partie deux s’achève avec un taux

de vendus de 78,5 % et une moyenne à 55.000 €. L’an dernier, les deux derniers

jours avaient vu un prix moyen proche de 51.000 €, avec un taux de vendus de

67%. Les acheteurs ont été plus variés cette année.

UN

REBOND MODERE, MAIS SATISFAISANT DANS LE CONTEXTE GLOBAL

Globalement,

la vente d’août s’achève avec un taux de vendus en nette progression (74,89 %

contre 67,62 %). Le prix moyen est sensiblement équivalent (95.924 € contre

94.500 €), et le chiffre d’affaire s’élève à 32.941.000 €, contre 29.162.500 €

l’an dernier. Dans un contexte international peu réjouissant, ce rebond modéré

est satisfaisant. « Nous sommes repartis de l’avant, ajoute Olivier Delloye, et

ce n’est pas dû à quelques investisseurs providentiels ou des lots stars, mais

grâce à la diversité des acheteurs, qui a permis la solidité de notre marché. »

Il y avait trois grandes nouveautés cette année : le format, la date et le

nouvel établissement. Après une première journée où chacun cherchait ses

marques et avec quelques logiques cafouillages, la nouvelle salle a donné

satisfaction. « Il y a encore quelques réglages à faire, mais les gens ont vite

trouvé leurs repères, explique Éric Hoyeau. Nous allons réfléchir aux

ajustements à apporter sans nous précipiter. »Le positionnement des ventes en

fin de meeting a également représenté un atout pour l’atmosphère globale. « Les

dix jours de décalage sont également très importants pour la préparation des

yearlings », ajoute Éric Hoyeau. Enfin, le format en deux parties, sans journée

d’hypersélection, est bien adapté au marché deauvillais. La recette d’octobre a

été appliquée à la vente d’août.

POURSUIVRE

LA PROSPECTION DE NOUVEAUX PROPRIETAIRES : UNE PRIORITE

Deauville

est traditionnellement la première vente sur le calendrier européen. Elle est

donc très observée à l’international et ces résultats positifs sont une bonne

nouvelle pour les ventes à venir. Une constante est revenue lorsque nous

interrogions les acheteurs sur l’avenir des yearlings : une grande majorité

devrait rester en France. Et même chez les sujets destinés à l’export,

outre-Manche principalement, les acheteurs annonçaient déjà leur envie de venir

courir en France. C’est l’illustration de l’attrait de la France pour faire

courir des chevaux. « Nous avons entre les mains un atout extraordinaire dont

nous devons encore mieux tirer profit, analyse Éric Hoyeau. Le travail de

prospection de nouveaux propriétaires, étrangers comme français, est une

priorité. Il s’agit d’un vrai chantier d’ampleur que nous devons mener en

équipe, car les propriétaires font vivre toute l’industrie. La décision

d’investir dans un nouvel établissement participe de cet effort. C’est le genre

de détail qui compte lorsque l’on veut séduire de nouveaux investisseurs

potentiels.»

 

LES

FAITS MARQUANTS

LA SOEUR

DE DABIRSIM POUR EDOUARD DE ROTHSCHILD

#392

FEMELLE 240.000 € SLICKLY & RUMORED, PAR ROYAL ACADEMY

Acheteur

: Suprina

Vendeur

: Haras de Grandcamp

Le

succès impressionnant de Dabirsim (Hat Trick) dans le Prix Morny (Gr1)

représentait la meilleure des publicités pour sa soeur, qui était présentée par

le Haras de Grandcamp. La bataille a été rude, et c’est Patricia Boutin

(Suprina) qui l’a emportée face à Alan Cooper, pour 240.000 €. Elle a commenté

: « Je l’ai achetée pour Édouard de Rothschild, et elle ira à l’entraînement

chez André Fabre. André et Elizabeth Fabre l’aimaient beaucoup, moi aussi,  donc la décision a été rapide à prendre. Bien

entendu, c’est

la soeur

d’un gagnant de Gr1, mais la pouliche elle-même est très jolie. Édouard de

Rothschild apprécie beaucoup les produits de Slickly. » Slickly est en effet le

père de Méandre, qui a gagné le Grand Prix de Paris (Gr1).

 

UN ACHAT

COUP DE COEUR DE PATRICIA BOUTIN

#417

FEMELLE 105.000 € ZAMINDAR & SUPER ANNA (ANABAA)

Acheteur

: Suprina

Vendeur

: Haras des Capucines

Deuxième

produit d’une soeur de Super Célèbre (Peintre Célèbre), lauréat de Prix de

Noailles (Gr2) et deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1) de Dalakhani, cette

pouliche a été adjugée à 105.000 € à Patricia Boutin (Suprina). Elle a expliqué

: « La pouliche me plaisait beaucoup, j’étais allée la voir au Haras des

Capucines, chez qui j’avais déjà acheté Zagora (Green Tune). Je l’ai achetée de

manière un peu impulsive, donc je n’ai pas encore de client défini, mais elle

devrait rester à l’entraînement en France. J’aime beaucoup son attitude et son

regard. Je pensais la payer un peu moins cher… »

 

LE

CHEIKH AL NAHYAN ACHÈTE UN FILS DE L’UNE DE SES POULINIÈRES

#385

MALE 155.000 € HOLY ROMAN EMPEROR & ROSAMIXA, PAR LINAMIX

Acheteur

: Blandford Bloodstock Ltd

Vendeur

: Haras de Grandcamp

Richard

Brown, de Blandford Bloodstock, a enlevé ce joli poulain gris issu d’une soeur

de Rajsaman (Linamix), dont c’est le deuxième produit. Il a dû monter jusqu’à

155.000€. Il a déclaré : « Je l’ai acheté pour le Cheikh Sultan bin Khalifa al

Nahyan, qui a déjà investi dans une pouliche de Raven’s Pass le premier jour.

Il a acheté la mère du poulain, et comme c’est une très belle famille, il veut

être sûr de la destinée de ces produits. Je ne sais pas encore chez quel

entraîneur il va aller, mais il est possible qu’il reste en France. »

 

LES

JAPONAIS TOUJOURS PRESENTS

#444

MALE 100.000 € GOLD AWAY & YOUNG MAJESTY, PAR MARIA’S MON

Acheteur

: Big Red Farm

Vendeur

: Haras du Quesnay

Les

Japonais de Big Red Farm (qui ont notamment élevé le lauréat du Tenno Sho (Gr1)

2009, Meiner Kitz) ont acheté ce fils de Gold Away, premier produit d’une

jument restée inédite en compétition mais soeur de Colony Band (Dixieland

Band), deuxième du Prix des Réservoirs (Gr3). C’est la souche maternelle de Fabulous

Hostess, gagnante du Prix de Royallieu (Gr2), et des Prix Fille de l’Air et

Corrida (Grs3). Plus tôt dans la journée, ils avaient acheté une femelle de

King’s Best, le lot 359, issue d’une soeur de Récital (Montjeu), Corre Caminos

(Montjeu) et Racinger (Spectrum). Ils l’ont payée 27.000 €.

 

LA

FAMILLE DE DOBBY ROAD POUR NICOLAS CLEMENT

# 363

MALE 92.000 € ANABAA & PLACE VENDOME, PAR DR. FONG

Acheteur

: Nicolas Clément

Vendeur

: Haras de Colleville

Le lot

363 a été la première bataille de cette dernière journée de ventes. Nicolas

Clément a obtenu ce lot pour 92.000 €. Il s’était retrouvé à la lutte avec

David Powell qui a placé une dernière enchère à 90.000 €. Ce fils d’Anabaa est

un fils de Place Vendôme, qui s’est placée au niveau Listed à Deauville et

Longchamp. On retrouve dans sa généalogie le bon 2ans Dobby Road, qui a

remporté le Prix d’Arenberg (Gr3), avant de prendre la troisième place du Grand

Critérium (Gr1). « C’est la dernière génération des produits d’Anabaa,  il faut en profiter et ce poulain est

vraiment très bien, nous a confié Nicolas Clément. Il vaut bien ce prix et je

me souviens que la mère galopait un peu. Ces ventes ont été difficiles pour

moi, elles sont très sélectives et il y avait beaucoup de monde sur ce qui se

faisait de bien. Je n’ai pas toujours acheté ce que je voulais, mais il y a

encore les ventes d’octobre où la sélection est de plus en plus intéressante. »

 

SYLVAIN

VIDAL FAIT TOUJOURS CONFIANCE A COULONCES CONSIGNMENT

# 382

MALE 85.000 € AFTER MARKET & RINSKIA, PAR BERING

Acheteur

: Syvain Vidal

Vendeur

: Coulonces Consignment

Ce lot

était le seul produit du jeune étalon américain After Market à se présenter sur

le ring de Deauville. Le sire de Lane’s End Farm, dans le Kentucky, est un fils

de Storm Cat. Vainqueur de deux Grs1 sur distances intermédiaires, ses premiers

produits ont 2ans et quelques-uns ont déjà gagné en Amérique du Nord. Ce beau

poulain bai brun est de la famille du bon Simplex (Rainbow Quest), qui avait

fini deuxième du Critérium de Saint-Cloud (Gr1). « Ce poulain est magnifique,

confie Sylvain Vidal, il a une robe très flatteuse et se déplace bien. Il est

très signé Storm Cat, c’est ce qui nous a beaucoup plu et c’est un poulain qui

est issu d’une famille qu’on connaît bien. Bernières, une proche parente, court

sous les couleurs de Gérard Augustin-Normand et elle nous a donné quelques

satisfactions. Ce poulain est aussi remarquablement bien élevé. Nous aimons

beaucoup travailler avec le Haras de Coulonces, qui nous a permis de gagner de

grandes courses avec Le Havre. »

 

PRIME

EQUESTRIAN CONTINUE SON MARCHE

# 235

MALE 150.000 € ACCLAMATION & COMPULSIVE QUALITY,

par

Elusive Quality

Acheteur

: Prime Equestrian

Vendeur

: Haras d’Etreham

L’écurie

Prime Equestrian s’est montrée très active depuis le début des ventes d’août et

particulièrement le troisième jour. Ce lot est un fils d’Acclamation

relativement tardif, puisque né au milieu du mois de mai. Les produits

d’Acclamation sont revenus au premier plan cette année. L’entraîneur Richard

Hannon a dans ses boxes un de ses produits, Harbour Watch, qui est à l’heure

actuelle le meilleur 2ans anglais. Le lot 235 est le troisième produit d’une

fille d’Elusive Quality qui n’a pas couru. Dans sa généalogie, on retrouve Baroud

d’Honneur, un double vainqueur de Gr3 sur distances intermédiaires.

 

# 239

FEMELLE 120.000 € MOTIVATOR & DALNA, PAR ANABAA

Acheteur

: Prime Equestrian

Vendeur

: Haras du Quesnay

Cette

pouliche de motivator détient l’un des meilleurs courants de sang de l’élevage

"Head" au Haras du Quesnay. Sa mère, Dalna, est une gagnante du Prix

Miesque (Gr3) et sa deuxième mère, Devalois (Nureyev), a remporté les EP Taylor

Stakes (Gr2 à l’époque). Cette famille est pleine de vitesse, on y retrouve

Dedication (Highest Honor), qui a remporté le Prix de la Forêt (Gr1), ou encore

Dunkerque, son propre frère, qui a gagné un Gr3 sur 1.400m.

 

COUP DE

MARTEAU A 100.000 € POUR LA MARQUISE DE MORATALLA

#309

MALE 100.000 € FOOTSTEPSINTHESAND & LA BOISSERIE, PAR DANSILI

Acheteur

: Marquise de Moratalla

Vendeur

: Haras du Logis Saint-Germain

Après

une longue bataille, notamment avec François Rohaut qui tenait encore ce

poulain à 95.000 € alors que le marteau était quasiment tombé… c’est finalement

la marquise de Moratalla qui a enlevé ce fils de Footstepsinthesand. C’est Jan

Kruithof qui levait la main en compagnie de Thierry Doumen. Ce dernier nous a

raconté : « C’est un beau poulain, avec beaucoup de présence et qui est

dynamique. Il est et fait très course et appartient à une famille vivante. Il a

un beau croisement.  Ensuite, l’avenir

parlera. C’est déjà bien de repartir avec un beau poulain. »

 

LE TOP

DES VENDEURS JOUR 4

#

Vendeur                                          Lots

    Prix

                                                           vendus

moyen            C.A.

1

Grandcamp                                     12

       66.417 €          797.000 €

2 Cadran

                                           10

       43.550 €          435.500 €

3

Capucines                                       5

         70.000 €          350.000 €

4

Reboursière et de Montaigu           8          36.000 €          288.000 €

5 Petit

Tellier                                     6

         35.500 €          213.000 €

 

LE TOP

DES ACHETEURS JOUR 4

#

Acheteur                                         Lots

    Prix

                                                           achetés

moyen            C.A.

1

Suprina                                            2

         172.500 €        345.000 €

2 Vidal

Sylvain                                  6

         49.167 €          295.000 €

3 Rouget

Jean-Claude                       5          53.000 €          265.000 €

4

Ferland Christophe                         5

         42.800 €          214.000 €

5

Clément Nicolas                             2

         86.000 €          172.000 €

 

PAROLES

DE VENDEURS

ERIC

LHERMITE, HARAS DE GRANDCAMP

« On

n’avait que deux lots le premier jour. C’est vrai que ce jour-là, le marché

était un peu froid. Le hasard de la lettre a fait que les meilleurs chevaux

étaient le deuxième jour. Les acheteurs se sont fixés sur ce jour-là en étant

très sélectifs. Les lots un peu en-dessous ont eu du mal à se vendre. Comme

souvent il y a de l’argent sur ce qu’il se fait de mieux et moins sur les

produits plus intermédiaires. Le format de deux jours de sélection est beaucoup

mieux qu’une journée d’hyper sélection qui faisait fuir une bonne partie des

acheteurs et faisait peur aux vendeurs. Cette année, c’est beaucoup plus lisse.

À titre personnel, nous avons présenté 33 lots pour 28 vendus, amiable compris.

Comme chaque année, il y a de petites déceptions, mais aussi de belles

surprises, ce qui équilibre un peu les choses. La dernière journée a été très

bonne pour nous. On a fait les deux tops du jour 4. Il est clair que la

victoire de Dabirsim dans le "Morny" et celle d’un fils de Slickly

dans le Grand Prix de Paris ont compté énormément dans le top price du dernier

jour.  Concernant le nouvel

établissement, je pense qu’il reste des améliorations à faire. Notamment sur le

ring et surtout sur la sécurité des hommes et des chevaux. Pour les vendeurs,

cette nouvelle structure est beaucoup plus agréable. Il y a un réel confort de

déplacement. Où que l’on soit placé, on peut faire des choses. Les efforts

d’Arqana sur les gros acheteurs ont porté leurs fruits. Finalement, le marché

de Deauville s’est plutôt bien maintenu. »