Jean-pierre garçon : « nous allons créer un haras familial »

Autres informations / 17.09.2011

Jean-pierre garçon : « nous allons créer un haras familial »

Responsable

du haras de la Reboursière et de Montaigu depuis 26 ans, Jean-Pierre Garçon

quitte la maison d’Aliette Forien pour s’installer, en famille, dans une ferme

située dans l’Orne entre Trun et Vimoutiers.

JOUR DE

GALOP. – IL Y A DU CHANGEMENT DANS VOTRE VIE ?

Jean-Pierre

Garçon. – À 51 ans, je viens de faire le choix de quitter le haras de la

Reboursière et de Montaigu, où j’ai passé vingt-six ans, pour créer mon propre

haras. Avec mon épouse, nous avons acheté une ferme de soixante hectares entre

Trun et Vimoutiers. Ça faisait longtemps que nous cherchions quelque chose et

nous avons finalement trouvé. C’est une ancienne ferme de bovins et il y a

beaucoup de travaux à effectuer avant qu’on puisse s’installer. Tout est à

créer, c’est un grand challenge vers lequel nous nous lançons. Ma femme

comporte déjà une dizaine de poulinières à elle et nous allons commencer d

cette matière, tout en prospectant des clients. Nous allons créer un haras à

vocation commerciale.

QU’EST

CE QUI VOUS A DECIDE A PRENDRE CETTE DECISION ?

C’est

mon fils Guillaume. Il est passionné d’élevage et a parcouru le monde en

faisant divers stages dans le métier. Il revient en France et nous allons

monter notre projet, ensemble, afin de créer un haras familial. Idéalement,

nous espérons voir la fin des travaux pour la fin de l’année afin de commencer

à travailler au haras dès le mois de janvier. Je pense que je ne me serais pas

lancé dans une telle aventure sans que mon fils soit intégré au projet. Nous

nous entendons très bien et sa présence à mes côtés est motivante.

QU’EST

CE QUE VOUS RETENEZ DE VOTRE EXPERIENCE A LA REBOURSIERE ?

Ça a été

vingt-six années d’enrichissement permanent. Pendant toute cette période, j’ai

été le responsable du haras et je connais désormais tous les métiers de

l’élevage, du poulinage à la préparation aux ventes, en passant par

l’étalonnage. Passer vingt-six ans dans la même entreprise, c’est assez rare.

La Reboursière est un haras multicartes et j’étais occupé à gérer tous ces

pôles.