La rocambolesque affaire mick passoa par notre correspondante dans l’ouest, marine thevenet

Autres informations / 23.09.2011

La rocambolesque affaire mick passoa par notre correspondante dans l’ouest, marine thevenet

Exclusif

JDG. Mick Passoa (Jimble), entraîné depuis le début de sa carrière par Laurent

Viel, est en ce moment au cœur d’une terrible lutte pour sa propriété. Pour

France Galop, le cheval appartient à Laurent Viel ; mais concrètement, il est

entre les mains de son éleveur-propriétaire Luc Avril, qui a lui aussi des

arguments à faire valoir. Voici le récit inédit de cette incroyable affaire.

EPISODE

N°1 : UN CONTRAT DE LOCATION…

Mick

Passoa débute sa carrière d’obstacle en 2007 chez Laurent Viel, à qui son

éleveur-propriétaire Luc Avril l’a confié. Pendant les deux premières années,

c’est un bon ouvrier qui finit par montrer le bout de son nez à Paris,

terminant deux fois placé en septembre 2008 à Auteuil avant d’être au départ du

Prix Orcada (Gr3), 6e. En 2010, après un arrêt d’un an environ, le cheval

retrouve les hippodromes. Il est toujours entraîné par Laurent Viel mais a

changé de propriétaire. Sur les programmes des courses, apparaît désormais le

nom de Mme Brunehilde Hermange. Pourquoi ? Parce que, dans le temps où il a été

arrêté, Luc Avril a signé un contrat de location le liant à Laurent Viel. Le

propriétaire renonce à une majorité des gains du cheval en échange d’une

pension gratuite. L’entraîneur, qui croit énormément dans le potentiel de Mick

Passoa, propose à sa propriétaire, Brunehilde Hermange, de partager son statut

de bailleur avec lui. Un nouveau contrat de location, avec option d’achat, est

alors envoyé par Laurent Viel, incluant Brunehilde Hermange, à France Galop.

Laurent Viel informe Luc Avril de ce changement de situation, mais seulement

par voie orale.

EPISODE

N°2 : JEAN-PAUL GALLORINI, PRIS EN OTAGE

Mick

Passoa enchaîne les résultats prometteurs cette année. Luc Avril décide de

récupérer son cheval et argue du vice de forme du contrat de location. En

effet, il n’a en sa possession que le contrat initial de location… dans lequel

n’apparaît pas officiellement Brunehilde Hermange. Cette modification rendrait

caduc le contrat initial. Luc Avril, qui se considère dans ses droits, décide

alors d’emmener son cheval dans les écuries de Jean-Paul Gallorini vendredi

dernier. Jean-Paul Gallorini, contacté par téléphone, interroge tout de même

Luc Avril sur le pourquoi de ce changement d’entraîneur. Luc Avril lui explique

sa version des faits. Puis Jean-Paul Gallorini, dans une démarche

confraternelle, appelle Laurent Viel (ce que ce dernier nous a confirmé), pour

vérifier que tout est "ok" pour lui. Comme l’entraîneur de Sennones

ne s’y oppose pas, il accepte de prendre le cheval en pension. Face à cette

situation imprévue, et croyant en Mick Passoa, Laurent Viel décide de lever

l’option d’achat prévue par le contrat initial afin d’en devenir le

propriétaire. Chose faite lundi dernier dans les bureaux de France Galop.

L’entraîneur sennonais, alors propriétaire du cheval officiellement selon

France galop, se rend à Maisons-Laffitte avec son camion en compagnie d’un

huissier pour récupérer Mick Passoa chez Jean-Paul Gallorini. Il repart

bredouille car "Gallorini", assez logiquement si l’on se place de son

point de vue, refuse de rendre le cheval à une autre personne que celle qui le

lui a confié, à savoir Luc Avril. Au passage, Jean-Paul Gallorini note que

Laurent Viel aurait pu lui téléphoner avant de débarquer avec un huissier,

comme lui-même avait pris la peine de le faire avant d’accepter Mick Passoa en

pension…

EPISODE

N°3 : RETOUR AU PRE POUR MICK PASSOA

Dès le

lendemain, très agacé par toute cette histoire qu’il juge totalement stupide,

Jean-Paul Gallorini appelle Luc Avril et lui demande de venir chercher son

cheval dans les plus brefs délais. Mick Passoa quittera effectivement les boxes

de l’entraîneur mansonnien mercredi matin. L’affaire est désormais entre les

mains des juges. Quant à Mick Passoa, il serait au pré… chez son éleveur Luc

Avril.