Les chevaux japonais de dimanche

Autres informations / 08.09.2011

Les chevaux japonais de dimanche

Dimanche,

trois chevaux japonais vont courir à Longchamp en vue de se préparer pour le

prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). On en connaît un, Nakayama Festa

(Stay Gold), deuxième de l’édition 2010 de "l’Arc". En revanche, nous

allons découvrir le 3ans Nakayama Knight (Stay Gold) et le 4ans Hiruno d’Amour

(Manhattan Café). Les trois chevaux sont dans l'Hexagone et nous avons

rencontré les entraîneurs basés en France chez qui ils sont placés.

 

TONY

CLOUT : « NAKAYAMA FESTA N’EST PAS ENCORE PRET »

Comme

l’an dernier, Nakayama Festa est chez Tony Clout. Dimanche, le cheval va

effectuer une grande rentrée, car il n’a pas été revu depuis le Japan Cup (Gr1)

2010. « Il s’est accidenté dans le Japan Cup, c’est pour cela qu’il n’a pas été

revu depuis, nous a appris Tony Clout. Son entourage vise" l’Arc" et

Nakayama Festa est arrivé début août en France. Il s’entraîne avec Nakayama

Knight et Ball Prince, un cheval que j’ai sous ma responsabilité et qui porte

la casaque Izumi. Nakayama Festa n’est pas encore à 100 % et, dimanche, il

risque de manquer encore un peu. » Dans l’établissement de Tony Clout se trouve

également Nakayama Knight. Il a gagné un Gr3 sur 1.800m, puis a terminé

cinquième de la Poule d’Essai et enfin quatrième du Derby (Grs1). « Il a couru

des courses de qualité et c’est un bon cheval, nous a expliqué Tony Clout. Sa

course de dimanche va lui permettre de faire connaissance avec Longchamp et

aussi de voir son adaptation aux courses françaises. Dimanche, nous aurons une

meilleure idée de la condition de Nakayama Festa et de l’adaptation de Nakayama

Knight aux courses françaises. »

 

SATOSHI

KOBAYASHI : « HIRUNO D’AMOUR EST L’UN DES TOPS CHEVAUX D’AGE JAPONAIS »

Vainqueur

du Tenno Sho (Gr1), Hiruno d’Amour est placé chez Satoshi Kobayashi, entraîneur

japonais installé à Chantilly. « Il est arrivé au mois d’août, nous a raconté

l’entraîneur. Il a bien voyagé, mais les deux trois premiers jours ont été difficiles

avec lui. Désormais, tout va bien et il s’est bien acclimaté. Il avait déjà du

travail en partant du Japon et, chez nous, il s’entraîne régulièrement sur le

gazon des Aigles. Mercredi matin, il a fourni son dernier travail avant le Prix

Foy. C’est son jockey habituel, Shinji Fujita, qui va d’ailleurs le monter

dimanche, qui l’a travaillé. Il en était content. Dimanche, le Prix Foy va lui

permettre de prendre ses marques à Longchamp et avec les courses françaises.

Mais il faut savoir qu’il a gagné le Tenno Sho sur 3.200m, ce qui correspond à

un 2.400m en France. Également, il possède des origines françaises dans sa

branche maternelle. Au Japon, il est dans le top-trois chez les chevaux d’âge.

»