Longchamp, prix la rochette (gr3) : sofast le bien nomme

Autres informations / 05.09.2011

Longchamp, prix la rochette (gr3) : sofast le bien nomme

Quelle

formidable impression de vitesse ! Sofast (Rock of Gibraltar) a fini à la

vitesse du vent pour venir s’imposer dans le Prix La Rochette (Gr3). Le poulain

de Freddy Head est revenu de très loin pour aller chercher le duo de fuyards

composé de Mac Row (Le Vie Dei Colori) et American Devil (American Post). Après

sa bonne tentative dans le Darley Prix Morny (Gr1), l’entourage de Sofast avait

décidé de le courir à l’arrière-garde du peloton afin de laisser libre cours à

sa vitesse pour finir. Sofast a plus que bien répondu à son entourage et a une

nouvelle fois étonné son entraîneur. « Je dois dire qu’il me surprend un peu.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit capable d’une telle performance aussi

tôt. J’étais inquiet à mi-ligne droite et il est allé très vite pour finir. On

avait décidé d’attendre et de se servir de sa pointe de vitesse pour finir. Je

pense qu’il a encore une marge de progression, il a été favorisé par

l’allongement de la distance et va maintenant défendre ses chances dans le Prix

Jean-Luc Lagardère (Gr1). » Lorsque Sofast s’est porté à hauteur de Mac Row et

American Devil, il les a laissés sur place. Pourtant, la qualité de ces deux

poulains n’est plus à prouver. American Devil, invaincu en deux sorties avant

le départ de cette épreuve, a pris ses responsabilités de bonne heure. Il est

entré en tête dans la dernière ligne droite, mais a été surpris par

l’accélération soudaine de Mac Row. Ce dernier lui a rapidement pris

l’avantage, mais American Devil a réagi, luttant toute la ligne droite à sa

hanche. Aucun des deux poulains n’a baissé les armes et tous deux ont fini dans

cet ordre et dans la même foulée.

OLIVIER

PESLIER : « SOFAST A ENCORE BESOIN D’APPRENDRE »

Interrogé

au cheval émetteur à l’issue de l’épreuve, Olivier Peslier, le jockey de

Sofast, n’a pas tari d’éloges. Si Freddy Head était un peu inquiet à mi ligne

droite finale, son jockey savait très bien, quant à lui, ce qu’il avait dans

les mains : « Bien avant l'arrivée, je sentais que j'avais le dessus. Il fait

toujours des petits bonds. C'est un cheval qui est long et grand et il a besoin

de s'équilibrer. Lors de ses débuts, il se mettait des coups en galopant, il

n'était pas toujours à l'aise. Il a encore besoin d'apprendre. Dans le

"Morny", il n'avait qu'une course dans les jambes, il n'avait pas de

métier. Cela ne l'a pas empêché de lutter pour la troisième place. C'est un

poulain que j'aime bien, sur lequel je fonde pas mal d'espoirs. »

DU MIEUX

POUR MAC ROW

Mac Row

est un cheval pétri de qualité, mais a souvent fait des difficultés en course,

se montrant parfois très brillant. S’il a un peu tiré durant le parcours, le

rallongement de la distance lui a certainement été favorable. « C’est beaucoup

mieux, ce qu’il montré aujourd’hui, nous a confié Jean-Claude Rouget. C’est un

cheval compliqué, mais il gagne le droit de courir le "Lagardère". »

AMERICAN

DEVIL PORTAIT LE POIDS DE LA COURSE

American

Devil était le grand favori de l’épreuve et sa troisième place peut sembler

décevante, mais il y a tout de même du positif dans cette défaite. Les

circonstances de course l’ont contraint à aller devant et emmener le peloton.

American Devil avait appris à courir caché en dernier lieu et aurait sans doute

pu doser un peu mieux son effort s’il avait eu un leader pour l’épauler.

Lorsqu’il a été attaqué, il a été pris de vitesse, mais a aussitôt fait preuve

de ténacité en se défendant jusqu’au passage du poteau. Aujourd’hui, il

évoluait avec le statut de favori et avait pris ses responsabilités en fonction

de ce paramètre. Mais il était le seul des sept participants à effectuer sa

rentrée et devrait donc beaucoup progresser sur cette course.

UNE

SOUCHE MATERNELLE DE VITESSE

Élevé

par ses propriétaires, l’écurie Wertheimer & Frère, Sofast provient d’une

souche de vitesse. Sa mère,  Beautifix

(Bering), a gagné quatre courses, dont le Prix de la Vallée d’Auge (L) sur

1.000m à Deauville. Sofast est son premier produit à avoir vu le jour.

Beautifix est la sœur de Miximaa (Anabaa), troisième du Prix Yacowlef dès ses

débuts (L). La troisième mère de Sofast, Raise a Beauty (Alydar), a gagné une

course en France. Mais, surtout, elle a produit Iron Mask, très bon sprinter

aujourd’hui étalon qui a remporté pour l’entraînement de Christiane Head-Maarek

un Gr1 à Singapour. Raise a Beauty est aussi la mère de Futurista, récente

deuxième du Prix Madame Jean Couturié (L) à Vichy. Cette souche provient de

Stick to Beauty, une jument américaine qui a très bien produit. Elle est

notamment la mère de Gold Beauty, champion 3ans sur le sprint aux États-Unis.

Elle est aussi la mère de Dayjur, qui a gagné le Prix de l’Abbaye de Longchamp,

les Nunthorpe Stakes et le Sprint Cup (Grs1).