Prix de fontenoy (f) : le bon sursaut de maradini

Autres informations / 17.09.2011

Prix de fontenoy (f) : le bon sursaut de maradini

Attaqué

par le grandissime favori Navarre (Dansili), à mi-ligne droite, Maradini

(Galileo) a bien réagi en reprenant sûrement le meilleur pour remporter le Prix

de Fontenoy (F). Poulain tendu au rond de présentation et un peu allant dans le

parcours, il est néanmoins capable de placer un bon changement de vitesse dans

la ligne droite. Il en a apporté la preuve dans cette épreuve. « Comme certains

poulains qui se tendent au rond de présentation avant de se calmer derrière les

stalles, Maradini s’est détendu avant le départ, nous a déclaré son entraîneur

Alain de Royer Dupré. Il était un peu perdu et inquiet en se rendant au départ.

J’avais demandé à Christophe [Lemaire, son jockey, ndlr] d’aller devant et

d’avancer et, au final, c’est certainement cela qui lui permet d’obtenir un bon

résultat. C’est un bon poulain, qui a toujours bien travaillé, sans être

démonstratif. » D’abord attentiste au centre du peloton, Maradini s’est

rapproché avec beaucoup de vitesse à l’amorce du tournant, pour se porter en

tête, flanqué de Sexion d’Assault (Royal Assault) à la corde. Maradini s’est

bien allongé à l’entrée de la ligne droite. Mais, dans son sillage, Navarre

faisait un canter. Son jockey Maxime Guyon ne s’est pas servi de sa cravache,

mais Navarre semblait avoir la mesure de ses rivaux. C’était sans compter sur

le sursaut de Maradini qui a contré nettement son attaque. Tous deux ont

néanmoins très bien débuté. Maradini a de la marge car il est un peu tendu.

Quant au frère de Byword (Peintre Célèbre) et Proviso (Dansili), Navarre, il

n’a pas été cravaché et il a paru plus surpris que vraiment battu.

SWEET

IRON REALISE DE PROBANTS DEBUTS

Après

avoir galopé à la corde, en position d’attente, Sweet Iron (Mr Greeley) est

arrivé avec des ressources sur la ligne des chevaux de tête, à la hauteur du

Pavillon. Son pilote Olivier Peslier a attendu le dernier moment pour lui

donner une claque. Le protégé de Carlos Laffon-Parias a alors bien compris ce

qu’on lui demandait pour terminer bon troisième. « Il court très bien et

réalise des débuts corrects, même si le rythme n’a pas été très rapide », nous

a précisé Pierre-Yves Bureau, manager des Wertheimer & Frère,

propriétaire-éleveur de Sweet Iron.

LE FRERE

DE MARQUIX ET SCEPTRE ROUGE

Élevé

par son propriétaire, Son Altesse Aga Khan, Maradini appartient à une souche de

l’élevage Lagardère. Il est le frère de Marquix (Linamix), gagnant de ses deux

premières courses et deuxième du Prix Frédéric de Lagrange (L) et de Sceptre

Rouge (Red Ransom), lauréat du Prix Herod (L) et cinq fois placé de Listed.

Mère de Maradini, Marque Royale (Royal Academy) a remporté deux courses dont le

Prix des Lilas (L). Deuxième mère de Maradini, Mrs Arkada (Akarad) a terminé

deuxième du Prix Saint-Alary (Gr1) et gagné le Prix Isola Bella (L) à Evry.