Prix de liancourt (l) : l’equipe "wildenstein" attaque en force

Autres informations / 02.09.2011

Prix de liancourt (l) : l’equipe "wildenstein" attaque en force

L’Écurie

Wildenstein sera bien représentée dans le Prix de Liancourt (L), tremplin

éventuel vers le Qatar Prix de l’Opéra (Gr1). Elle dispose en effet de trois pouliches,

dépendant de trois entraînements différents, et issues toutes trois de la

grande famille des "A" de l’élevage des "Bleus". Présentée

par Alain de Royer Dupré, Adventure Seeker (Bering) possède la meilleure carte

de visite. Cette petite-fille de la championne All Along (Targowice), gagnante

du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), a terminé deuxième à trois longueurs de

Galikova (Galileo) dans le Prix Cléopâtre (Gr3). Elle reste sur sa quatrième

place dans le Prix de Malleret (Gr2), une performance qui comporte des excuses.

De fait, le rythme n’avait pas été très sélectif et elle avait attendu avant de

venir bien finir. Représentant l’entraînement d’Élie Lellouche, Andromeda

Galaxy (Peintre Célèbre) a conclu cinquième du Prix de Diane - Longines (Gr1) alors

qu’elle figurait parmi les pouliches en vue. Pour ses débuts à Longchamp, dans

le Prix de Chaillot (F), elle avait laissé une superbe impression.

Malheureusement, lors de sa dernière sortie, elle n’a pas répété cette valeur,

passant de "tout à rien" en l’espace de deux cents mètres. Elle

mérite d’être revue. Le point commun entre les trois pouliches de l’Écurie

Wildenstein est qu’elles ont toutes débuté cette année. Et la troisième

pouliche à représenter ces propriétaires ne déroge pas à la règle. Il s’agit

d’Aquamarine (Deep Impact), entraînée par Mikel Delzangles, vainqueur de cette

Listed avec Shalanaya (Lomitas), gagnante de "l’Opéra" par la suite.

Aquamarine n’a en effet débuté que le 7 juillet à Clairefontaine, par une

victoire. Sur le même hippodrome normand, elle est restée invaincue pour sa

deuxième sortie. En plein progrès, elle affrontera pour la première fois un lot

aussi relevé et aurait peut-être préféré une distance plus longue.

PIRIKA

EST DE RETOUR

En début

de printemps, nombre d’observateurs voyaient en Pirika (Monsun) une pouliche de

"Diane". Sa prometteuse deuxième place dans le Prix Pénélope (Gr3)

lui donnait le droit d’y participer. Mais elle a déçu dans le

"Cléopâtre". Absente depuis, elle effectue sa rentrée et sur sa vraie

valeur, elle possède une première chance.

NONSUCH

WAY, UNE AUTRE PROSPECT CLASSIC

Troisième

du Montjeu Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1), Nonsuch Way (Verglas) pouvait

participer au Prix de Diane, sur la foi de cette performance. Mais son

entourage a préféré éviter le classique cantilien très relevé. Comme nombre de

ses adversaires, elle a eu le profil d’une pouliche classique ce printemps. Sa

troisième place dans le Prix Madame Jean Couturié (L) est excusable, d’autant

que la lauréate, Pacifique (Montjeu), s’est ensuite classée deuxième du Prix

Minerve (Gr3). Autre pouliche à suivre, Hot Blood (Galileo) n’est autre que la

soeur d’Hurricane Run (Montjeu), vainqueur entre autres du Prix de l’Arc de

Triomphe et des King George and Queen Elizabeth Stakes (Grs1). Comme son

illustre frère, Hot Blood est entraînée par André Fabre et défend les intérêts

du Gestu¨t Ammerland. Récente brillante lauréate à Clairefontaine, elle a

laissé une belle impression à cette occasion. Elle passera un test important,

même si une place serait déjà un plus pour sa carrière de poulinière.

Également, il faudra observer Aspasia de Mileto 

(Hurricane Run), qui a gagné la Poule espagnole avant de terminer

troisième du Derby ibérique. Dans le Prix de Thiberville (L), elle s’était bien

ressaisie pour conserver la cinquième place.