Prix saraca (l) : murano se plait sur les bords de seine

Autres informations / 20.09.2011

Prix saraca (l) : murano se plait sur les bords de seine

Sur deux

cents mètres de plus, Murano (Whipper) nous a offert une réplique de ses débuts

victorieux du 9 juin. Le cadre était le même, l’hippodrome de Maisons-Laffitte,

l’exercice demandé toujours en ligne droite et la tactique était identique,

tête et corde. Olivier Peslier découvrait ce pensionnaire de Bruno de Montzey

et, entre eux, l'entente a été parfaite. Le résultat ne s'est pas fait

attendre, d’autant plus qu’Olivier Peslier est l’un des jockeys les plus forts

du peloton s’il peut aller devant. D’ailleurs, aucun concurrent n’est revenu de

l’arrière. Les quatre premiers à la mi-course ont occupé les quatre premières

places à l’arrivée.

CRITERIUM

DE MAISONS-LAFFITTE EN VUE

Après la

course, l’entourage de Murano a indiqué que le Critérium de Maisons-Laffitte

(Gr2), le 1er novembre, pourrait être le prochain objectif de Murano. Cela

laisserait au cheval le temps de récupérer de cette victoire, ce qui n’avait

pas été le cas après ses débuts victorieux, comme l’a expliqué Jean-Pierre

Léopold, propriétaire du cheval : « Après ses débuts, il a couru le Prix du

Bois (Gr3). Mais il n’a pas fait sa valeur car il courait trop rapproché.

Ensuite, à Deauville, nous avions dit à Ioritz [Mendizabal son jockey, ndlr],

d’essayer de reprendre le cheval pour qu’il attende. Mais Murano s’est braqué

et il n’a pas respiré. En fait, Murano a beaucoup de vitesse naturelle. Il faut

le laisser faire, à sa main. »

OLIVIER

PESLIER : « ON SENT QUE CELA POUSSE DERRIERE ! »

Olivier

Peslier découvrait Murano et, après la course, il livrait ses impressions : «

Son entraîneur m’avait dit de le laisser faire, car le cheval s’était étouffé

en dernier lieu. Il est parti assez vite et, une fois devant, il a regardé et a

attendu les attaques. Il le fait bien. Au mirador, quand je l’ai un peu

sollicité, il a tout de suite bien répondu. Il a une petite action, mais on

sent que cela pousse derrière ! »

VANILOQUIO,

BRILLANT DEUXIEME

À

l’exception de sa prestation dans le Prix La Rochette (Gr3), Vaniloquio

(Acclamation) a toujours répondu présent. Cela a encore été le cas mardi où il

s’est classé au deuxième rang. Il a été brillant en début de parcours et cela

l’a empêché de lutter pleinement pour la victoire avec Murano. Vaniloquio

devance Robert le Diable (Dutch Art), qui s’est une nouvelle fois bien défendu

et qui a profité du terrain encore assez rapide pour réaliser sa valeur. Grande

favorite, Ponte Vespucci (Anabaa) n’a, pour sa part, pas montré son vrai

visage. Du moins on l’espère, car elle n’a pas vraiment changé de vitesse dans

la phase finale et prend une très décevante sixième place.

UN

INBREEDING 2 X 3 SUR SADLER’S WELLS

Débourré

et pré-entraîné au Haras du Saubouas – comme Dabirsim (Hat Trick), Murano se

démarque dans son pedigree par la présence de sadler’s Wells. Ce chef de race

est cité deux fois au troisième rang dans le pedigree de Murano. Il est le

deuxième produit d'Ask for Love (Montjeu), qui n’a pas couru. En remontant à la

troisième mère de Murano, Boubskaïa, on trouve des points intéressants :

elle-même est placée de Listed, mais, surtout, elle a produit Silverskaya

(Silver Hawk), lauréate du Prix de Royaumont (Gr3) et bonne compétitrice dans

"l’Arc" (Gr1). Boubskaïa a aussi produit Daneskaya, lauréate du Prix

d’Astarté (Gr1) et génitrice de Six Sense, placé de Gr1 au Japon.