Qatar prix foy (gr2) : sarafina face au risque d’une course tactique

Autres informations / 10.09.2011

Qatar prix foy (gr2) : sarafina face au risque d’une course tactique

La

championne Sarafina (Refuse to Bend) aurait pu s’engager dans le Qatar Prix

Vermeille (Gr1). C’était d’ailleurs le premier choix de son entourage. Mais sa

compagne de couleurs et d’entraînement Shareta (Sinndar) a été privilégiée pour

le Gr1 des femelles. Finalement, Sarafina sera au départ du Qatar Prix Foy

(Gr2) face à trois rivaux seulement, ce qui promet une course tactique.

D’autant que les deux japonais Nakayama Festa (Stay Gold) et Hiruno d’Amour

(Manhattan Cafe) n’ont pas couru respectivement depuis dix et quatre mois. Ils

ne seront donc pas enclins à diriger les opérations sauf, peut-être, le second

nommé qui galope généralement à proximité du groupe de tête. Dernier adversaire

de Sarafina, St Nicholas Abbey (Montjeu) peut, lui, mener l’épreuve. C’est

ainsi qu’il avait enlevé le Coronation Cup (Gr1). Lors de sa victoire dans le

Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1), la pensionnaire d’Alain de Royer Dupré

sarafina avait attendu à l’arrière-garde, bien qu’un peu brillante, dans une

course sans train. Cela ne l’avait pas empêchée de revenir l’emporter au prix

d’un effort final magnifique. Comme une vraie jument de classe, Sarafina peut

tout faire, même si elle n’a pas l’habitude d’aller devant, elle peut très bien

faire parler la classe dès le départ. Mais le mot d’ordre final, pour elle

comme pour ses rivaux, sera de ne pas avoir de combat dur, à trois semaines du

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Une course dans laquelle Sarafina aura

une revanche à prendre après sa troisième place malheureuse en 2010. De fait,

elle avait été mise « à plat ventre» à l’entrée de la ligne droite avant de

placer un changement de vitesse redoutable.

DEUX

JAPONAIS AUX PROFILS DIFFERENTS

Deuxième

de l’Arc l’an passé, en échouant de peu, Nakayama Festa avait frôlé l’exploit :

offrir une première victoire dans le Gr1 français au Japon. Ensuite, il a tenté

sa chance, sans succès, dans le Japan Cup (Gr1). Absent depuis, il fera sa

grande rentrée, tout en étant loin d’être affûté. De plus, le protégé de

Yoshitaka Ninomiya a pris un peu de caractère avec l’âge, étant plus difficile

à entraîner. Mais il aura pour lui de connaître Longchamp, ce qui n’est pas le

cas d’Hiruno d’Amour, l’autre japonais dans la course. Ce dernier, vainqueur du

Tenno Sho (Gr1) sur 3.200m, n’est jamais sorti de son pays. Mais il a satisfait

son entourage pour son dernier travail à Chantilly et sa classe ne fait aucun

doute.

ST

NICHOLAS ABBEY RATTRAPE LE TEMPS PERDU

Annoncé

comme un phénomène à 2ans, âge auquel il a brillé dans le Racing Post Trophy

(Gr1), St Nicholas Abbey (Montjeu) n’a pu confirmer à 3ans. Sixième des 2.000

Guinées (Gr1), il n’a pas recouru à l’âge classique. Cette année, il a

impressionné dans le Coronation Cup par son changement de vitesse. Dans les

King George and Queen Elizabeth Stakes (Gr1), il a déçu en finissant seulement

troisième, mais la course avait connu un dénouement particulier. Associé cette

fois à Christophe Soumillon, il s’annonce redoutable, étant plus prêt que les

deux concurrents nippons.

HISTOIRE

DE LA COURSE

Création

: 1955. Ouvert aux 3 ans jusqu’en 1966

Groupe 3

à la création des Patterns et promu Gr2 en 1998

Temps

record du Prix Foy : 2’28”60 (2003), Ange Gabriel.

Dix

victoires de chevaux entraînés à l’étranger dont neuf en provenance

d’Angleterre et un du Japon. Deux victoires de chevaux entraînés dans la Sarthe

(Limnos 1998, Ange Gabriel 2003).

Huit

victoires pour André Fabre (record).

Neuf

victoires pour la famille Wildenstein dont celles d’Allez France (2), de Sagace

(2), d’Aquarelliste et

Policy

Maker (record).

Dernier

auteur du doublé Foy - Arc : Sagace, en 1984.

En 1992,

Subotica, battu dans le Prix Foy, avait remporté ensuite l’Arc.