Qatar prix gladiateur (gr3) : ley hunter trouve enfin son groupe

Autres informations / 11.09.2011

Qatar prix gladiateur (gr3) : ley hunter trouve enfin son groupe

Au début

de l’année, Ley Hunter (Kingmambo) avait laissé une remarquable impression en

se classant deuxième du Prix d’Harcourt (Gr3), préparatoire au Prix Ganay -Air

Mauritius (Gr1), mais sur la distance de 2.000m. Depuis le début de l’été, Ley

Hunter avait été rallongé sur des distances propres aux stayers, mais le

protégé d’André Fabre avait toujours été décevant. Ley Hunter avait pris

quelques accessits mais semblait loin d’un premier succès et, contre toute

attente, c’est ce dimanche, dans un terrain devenu collant suite aux précipitations

de la journée, qu'il trouve son jour dans un Groupe. Pourtant, son père,

Kingmambo, n'est pas réputé pour donner de l’aptitude aux pistes souples à ses

produits. Néanmoins, Ley Hunter a tracé une formidable ligne droite pour

coiffer Tac de Boistron (Take Risks) sur le poteau. « Il court superbement,

confie son jockey, Mickaël Barzalona. Le fait de filer les premiers l'a

encouragé. Il s'impose de peu mais sûrement. » Ley Hunter était la deuxième

chance théorique d’André Fabre, compte tenu des récentes performances de

Brigantin (Cozzene), mais l’assouplissement et un parcours millimétré auront

finalement donné raison au représentant de l’écurie Godolphin.

TAC DE

BOISTRON MANQUE DE PEU SON ENTREE PARMI L’ELITE

La

candidature de Tac de Boistron dans ce Prix Gladiateur avait comme un air de

déjà vu. En effet, les frères Tripier-Mondancin avaient couru et remporté cette

épreuve l’année dernière avec Gentoo (Loup Solitaire), qui, comme Tac de

Boistron, venait aussi des gros handicaps. Tac de Boistron est un vrai cheval

de terrain lourd, qui se transforme lorsque la pluie fait son apparition. Il a

été servi tout au long de la journée, mais a manqué de peu son entrée parmi

l’élite, concluant à une courte tête du vainqueur. Tac de Boistron a toutefois

gagné le droit de participer au Gr1 dans trois semaines et ses chances seront

les mêmes que ce dimanche si le terrain reste aussi souple. Son entourage y a

cru jusqu’au bout, comme l’a confié son entraîneur, Alain Lyon : « On est à la

fois déçu et content. Le cheval a fait une vraie bonne valeur, mais il est

battu sur le poteau. C’est un cheval qui a une vraie aptitude au terrain lourd

et on espère que ça va continuer dans ce sens-là. Il a eu une course parfaite,

presque trop, parce qu’il a tendance à se reprendre lorsqu’il est devant. Il

fallait tenter le coup aujourd’hui et ça s’est bien passé. Il devrait courir le

Prix du Cadran (Gr1), tout comme Gentoo peut-être. Mais lui ne courra que s’il

retrouve son niveau. »

SHAMANOVA

VA ENCORE DEVOIR ATTENDRE

À la

recherche d’une première victoire de Groupe, Shamanova (Danehill Dancer) va

encore devoir attendre pour l’obtenir. La seule jument du lot a pris une très

bonne troisième place, alors qu’elle est réputée pour être moins performante

sur des pistes assouplies. Pourtant, la pensionnaire d’Alain de Royer Dupré a

toujours refait du terrain pour finir et a manqué un meilleur classement pour

une encolure seulement. Elle devance finalement Silver Valny (Vertical Speed),

le lauréat du Grand Handicap de la Manche, et Celtic Celeb (Peintre Célèbre),

l’animateur de l’épreuve.

UN FILS

DE LAILANI

Élevé

par Gainsborough Farm Inc., Ley Hunter est le quatrième produit de Lailani

(Unfuwain), une petite championne qui a enlevé sept courses de suite dont les

Irish Oaks, les Nassau Stakes et le Flower Bowl Invitational (Grs1) sous les

couleurs de Maktoum Al Maktoum. Deuxième mère de Ley Hunter, Lailati (Mr

Prospector) est à l’origine de Copper Carnival (Petit Loup), vainqueur de

Listed à Lyon-Parilly sur 2.400m. Il s’agit de la famille de Faithful Son

(Zilzal), vainqueur des Prince of Wales’s Stakes (Gr2) et deuxième des

International Stakes et des Eclipse Stakes (Grs1). On remarquera dans le

pedigree de Ley Hunter son inbreeding 2 x 3 sur mr Prospector.