Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Qatar prix niel (gr2) : andre fabre vs alain de royer dupre

Autres informations / 11.09.2011

Qatar prix niel (gr2) : andre fabre vs alain de royer dupre

Le Qatar

Prix Niel (Gr2) est la course préparatoire idéale en vue du Qatar Prix de l’Arc

de Triomphe (Gr1). Depuis 2000, quatre poulains ont fait le doublé, dix ont

participé à l’arrivée et, plus généralement, les 3ans ont signé seize victoires

dans l’”Arc“ en vingt ans. Avec le poids favorable qu’ils doivent porter dans

le championnat du monde des pur sang, qui se conjugue avec leur arrivée à

maturité, ils connaissent une grande réussite le premier dimanche d’octobre.

D’ailleurs, l’excellent rating constaté en fin d’année chez les participants au

Niel fait que la course pourrait prétendre au statut de Gr1… Ce serait une

compensation étrange de la perte du printanier Prix Lupin, mais pourquoi pas ?

Après tout, le Vermeille est un Gr1. Cette année, le Prix Niel s’offre en

cercle restreint même si, avec six partants définitifs, il se tient dans les

standards de l’épreuve. Ce qui ferme cette épreuve cette année, c’est la seule

présence de quatre professionnels, deux français, André Fabre et Alain de Royer

Dupré et deux étrangers, John Gosden et Yoshitaka Ninomiya. Les chevaux

français seront en revanche deux fois plus nombreux puisque les professionnels

cantiliens présentent chacun deux 3ans au départ. André Fabre aligne le

vainqueur du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) Méandre (Slickly), ainsi que

King of Arnor (Monsun). André Fabre pourrait être présenté comme « Monsieur

Niel », tant il a remporté cette épreuve. À dix reprises, le maître entraîneur

y a inscrit son nom et cinq de ces vainqueurs ont ensuite triomphé dans le Prix

de l’Arc de Triomphe, Trempolino, Subotica, Carnegie, Hurricane Run et Rail

Link. Cette année, ses deux participants présentent un profil atypique. Méandre

a mis beaucoup de temps avant de montrer pleinement son potentiel, ce qu’il n’a

réussi vraiment à faire que le 14 juillet à Longchamp. Dimanche, il va devoir

confirmer que sa victoire dans le Grand Prix de Paris était celle du meilleur

cheval du lot. Un champion ne le devient réellement que lorsqu’il répète ses

performances. King of Arnor a eu un parcours assez similaire,  tardant à ouvrir son palmarès dans des

maidens, mais sa progression a été beaucoup plus linéaire que celle de Méandre.

King of Arnor a remporté une course D au mois de mai avant de remporter une B,

puis une Listed. À chacun de ses succès, il a montré la même chose, en

progressant légèrement. King of Arnor a pris l’habitude de courir aux

avant-postes et de repousser avec autorité ses adversaires. Il faudra donc

probablement compter sur lui pour donner le ton de l’épreuve.

LES DEUX

ETOILES DE DALAKHANI ET ALAIN DE ROYER DUPRE

Comme

André Fabre, Alain de Royer Dupré aligne deux poulains. Il s’agit de deux fils

de Dalakhani : Vadamar et Reliable Man. Ces deux poulains ont l’ambition

d’imiter leur père, qui avait remporté cette épreuve avant d’être sacré

meilleur pur sang du monde dans le Prix de l’Arc de Triomphe. Dalakhani est

d’ailleurs le dernier vainqueur du Prix Niel d’Alain de Royer Dupré, et cela ne

ferait qu’ajouter un peu plus de profondeur à cette histoire que ce soit un des

fils du champion princier qui lui apporte un nouveau “Niel”. Quelques

interrogations planent toutefois autour de la candidature de ces deux poulains.

Le premier nommé n’a plus été revu depuis sa septième place dans le Derby

d’Epsom (Gr1). Vadamar avait un peu coincé pour finir mais s’était toutefois

très bien comporté. Faut-il pour autant douter de sa tenue, comme de celle de

Reliable Man qui, après avoir remporté le Prix du Jockey Club (Gr1) en

champion, a coincé pour finir dans le Grand Prix de Paris (Gr1) ? La réponse

dimanche. Autre question au sujet de Vadamar : comment va-t-il se comporter sur

un parcours corde à droite car son entourage a déjà dit qu’il était meilleur

corde à gauche.

COLOMBIAN

AIME LA FRANCE

Si vous

en doutiez, Colombian (Azamour) est bien un poulain entraîné en Angleterre par

John Gosden. Mais il est vrai que le bai brun de la Princesse Haya de Jordanie

a couru ses trois derniers parcours en France, prenant à chaque fois de bons

accessits aux arrivées des Prix du Jockey Club, du Prix Eugène Adam (Gr2) et du

Guillaume d’Ornano (Gr2). Colombian n’a pas encore gagné en France, mais n’a

jamais fini plus loin que quatrième. Ce dimanche, il a une nouvelle occasion de

remporter un premier Groupe et il semble en avoir les moyens.