Vente osarus la teste : les ventes de yearlings d’osarus font un grand pas en avant

Autres informations / 15.09.2011

Vente osarus la teste : les ventes de yearlings d’osarus font un grand pas en avant

Grâce à

une sélection accrue des yearlings présentés, les ventes Osarus, qui se sont

tenues jeudi à La Teste,  ont enregistré

le plus fort top price depuis leur création. L’un des nouveaux venus chez les

vendeurs, le Haras de Grandcamp, présentait un mâle d’Indian Rocket (parmi ses

derniers yearlings) qui a été acheté pour 46.000 € par Jean-Claude Seroul. Au

total, cinq lots ont atteint ou dépassé les 30.000 €, dont deux achetés par

Jean-Claude Rouget. Avec les amiables, le chiffre d’affaires dépasse tout juste

le million d’euros. Le prix moyen s’établit à 10.879 €, en hausse de 20 % par

rapport à l’an dernier, alors que le médian progresse de 61 %, à 23.750 €. Le

seul point négatif est le pourcentage de vendus, qui chute à 67,41%, alors

qu’il approchait les 77 % l’an dernier. Ce paramètre est aussi à mettre en

relation avec la sélectivité accrue du catalogue. « Nous nous étions fixé comme

principal objectif d’atteindre le million d’euros de chiffre d’affaire, a

confié Guy Blasco, l’un des quatre gérants de l’agence Osarus. Cet objectif a

été atteint et nous en sommes très satisfaits. La vente a été tirée vers le haut

au niveau du modèle des chevaux. Notre but est d’améliorer d’année en année

pour confirmer la crédibilité d’Osarus. C’était une véritable vente avec de

nouveaux acheteurs. Il faut dire que ce matin, il y avait beaucoup d’animation

dans les écuries pour présenter les chevaux, ce qui est toujours bon signe. »

Présent aux ventes, Loïc Malivet, Président du Syndicat des éleveurs, nous a

livré son sentiment sur la quatrième édition des ventes de yearlings de

septembre Osarus. « Dès qu’Osarus a voulu lancer les ventes, les éleveurs du

Sud-Ouest et de l’Ouest ont tout de suite répondu présents. Le catalogue s’est

amélioré au fil des années. Celui-ci était globalement bon et la qualité des

modèles des chevaux ainsi que leur présentation étaient au rendez-vous. Cette

vente prouve que les yearlings d’Osarus sont d’une qualité supérieure cette

année comparée aux précédentes, et qu'ils peuvent trouver acquéreur. En effet,

treize yearlings ont été adjugés à plus de 20.000 €, ce qui est très

encourageant. La vente de septembre étant ancrée dans le calendrier, tous

ensemble nous devons continuer à l’améliorer. Cependant, ces résultats

encourageants ne doivent pas masquer une réalité : le coût de production des

yearlings présentés est supérieur à 11.000 €, chiffre atteint par le prix moyen

du yearling. »

 

 

 

LES

REACTIONS : COTE VENDEURS

 

ERIC

LHERMITE, HARAS DE GRANDCAMP

« Je

trouve ces ventes très satisfaisantes. La qualité était au rendez-vous, avec de

jolis modèles.  C’est très encourageant

et nous reviendrons l’année prochaine. »

 

ALAIN

CHOPARD, HARAS DES FAUNES

« Je

suis partagé. La moyenne est inférieure à mes prévisions, avec des produits

issus de l’étalon tête de liste des 2ans. S’ils étaient partis à deux ou trois

mille euros de plus, j’aurais été beaucoup plus satisfait.

 

MATHIEU

DAGUZAN-GARROS, HARAS DES GRANGES

« J’ai

été très surpris par la qualité du modèle des chevaux. Globalement, nous avons

réalisé une vente satisfaisante. »

 

COTE

ACHETEURS

 

JEAN-CLAUDE

ROUGET

« Cette

vente est particulièrement bien située dans le calendrier. Il y avait beaucoup

de produits axés sur la précocité. C’est encourageant pour Osarus et le

Sud-Ouest. »

 

FREDERIC

ROSSI

« J’ai

acheté le top price pour Jean-Claude Seroul. C’est un chic poulain, on était

trois dessus alors je ne pensais pas l’obtenir à ce prix, mais il m’a beaucoup

plu. On n’achète pas beaucoup, mais on essaye d’obtenir ce qu’il y a de mieux.

»

 

CEDRIC

BOUTIN

« J’ai

trouvé qu’il y avait une belle sélection dans le modèle. Globalement, les lots

étaient intéressants, ce qui montre que cette vente a sa place dans le paysage.

»

 

GUY

PETIT

« La

qualité des modèles est en nette amélioration, il reste désormais les pedigrees

à faire évoluer.  Mais il faut dire que

cette vente tient la route et j’en suis un fidèle depuis son commencement. »