Ascot (gb) – qipco champion stakes (gr1) : cirrus is magic !

Autres informations / 16.10.2011

Ascot (gb) – qipco champion stakes (gr1) : cirrus is magic !

C’est

fait ! Cirrus des Aigles (Even Top) tient enfin sa victoire de Gr1. Le champion

de Corinne Barande Barbe est venu battre les Anglais dans leur jardin d’Ascot,

à l’occasion des Qipco Champion Stakes (Gr1). Avec l’aide d’un Christophe

Soumillon très inspiré, Cirrus des Aigles a réalisé un véritable exploit. Les

Champion Stakes, c’est l’une des courses les plus prestigieuses en Angleterre,

un vrai Gr1, avec un casting digne de son rang. Cirrus des Aigles n’a pas fait

que remporter son premier Gr1, il a battu quelques-uns des meilleurs chevaux de

la planète, et notamment le roc So You Think (High Chaparral). Beaucoup de

chevaux avaient tenté, avant Cirrus, de lui prendre l’avantage, mais s’y sont

cassé les dents. Cirrus des Aigles s’est employé et s’est montré plus dur que

le fer. Le gladiateur de Jean-Claude Dupouy et Xavier Niel a gagné son combat,

sa plus belle victoire. « C’est un moment merveilleux, nous a confié son

entraîneur. On voudrait que cette journée ne s’arrête jamais. Cirrus des Aigles

réalise le rêve qu’on a toujours pensé accomplir avec lui. Il montre qu’avec

les chevaux il faut toujours y croire et que, les courses, il faut décider de

les courir pour pouvoir les gagner. » Ses premiers poursuivants, So You Think

et Snow Fairy (Intikhab), restaient respectivement sur une quatrième et une

troisième place dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), ce qui ne fait

que relancer le débat sur la participation des chevaux hongres dans l’Arc et

les épreuves classiques. Cette année, Cirrus des Aigles est entré dans une tout

autre dimension. Il a probablement réussi un exploit qu’il n’aurait pas été

capable de réaliser les années précédentes. Christophe Soumillon a pu faire ce

qu’il voulait de lui. Bien parti, il a rapidement pris le sillage de So You

Think et a ensuite été le dernier cheval «monté» dans la ligne droite finale.

VINGT-CINQ

GRS1 DERRIERE CIRRUS DES AIGLES

Cirrus

des Aigles n’a pas le droit de courir la plus grande course du monde, mais a

tout de même la possibilité d’affronter les meilleurs chevaux de la planète.

Pour son premier succès au niveau Gr1, c’est une victoire de prestige qu’il

s’est offert. Et cette édition des Champion Stakes était bel et bien une

édition de champions, durant une réunion où seuls de vrais champions se sont

imposés. Cirrus des Aigles s’est montré le plus fort et il a battu sept chevaux

qui s’étaient déjà imposés à ce niveau. Au total, les adversaires qu’il a

devancés ont remporté vingt-cinq Grs1, l’équivalent du cumul des victoires de

Gr1 des partants de l’Arc 2011.

SOUMILLON

: UNE VICTOIRE POUR L’HONNEUR

Christophe

Soumillon a monté une course magnifique. Il avait été associé à Cirrus des

Aigles une seule fois, dans le Prix d’Ispahan (Gr1) 2011, une épreuve durant

laquelle il réalisait l’une des plus grandes performances de sa carrière,

échouant à une encolure de la championne Goldikova (Anabaa). L’entourage de

Cirrus des Aigles avait fait un choix draconien en associant Christophe

Soumillon à son champion, au détriment de Franck Blondel, son jockey habituel.

Le choix a été payant, sauf pour Christophe Soumillon qui, à l’issue d’une

règle stupide, a perdu la prime qui lui revenait de droit. En effet, Christophe

Soumillon a donné huit coups de cravache à Cirrus des Aigles, soit un coup de

trop. Les jockeys anglais étaient déjà montés au créneau pour contester cette

récente règle, qui fait une nouvelle victime. La règle stipule que les jockeys

n’ont le droit d’adresser que sept coups de cravache à leur partenaire et

seulement cinq dans la ligne droite finale. Christophe Soumillon a donné un

total de huit coups de cravache, lesquels lui font perdre les quelques dizaines

de milliers d’euros de prime qui récompensaient justement une monte remarquable.

LES

BATTUS DE L’«ARC» JOUENT LES PREMIERS ROLES

Cette

édition des Champion Stakes est partie sur la bonne jambe et Cirrus des Aigles

a d’ailleurs battu le record du parcours des 2.000m d’Ascot, ce qui ne

correspond pas au record de l’épreuve, détenu par New Approach (Galileo) lors

de l’édition 2008. Mais, à l’époque, les Champion Stakes se disputaient sur la

ligne droite de Newmarket, un parcours propice à la vitesse. Ransom Note

(Ramsom Demand) et Nathaniel (Galileo) ont donné le ton de l’épreuve. Ces deux

chevaux étaient pistés par So You Think, tandis que Cirrus des Aigles et Snow

Fairy voyageaient dans son sillage. En entrant dans la phase finale, Nathaniel

a montré ses limites, Ransom Note a logiquement baissé de pied, alors que So

You Think se lançait dans ce qu’il sait faire de mieux, viser le disque final

sans jamais baisser de pied. Il a dû s’avouer vaincu, comme il l’avait été

quelques mois plut tôt dans les Prince of Wales’s Stakes (Gr1), face à

Rewilding (Tiger Hill). Snow Fairy, elle, n’a pas été en mesure d’inquiéter les

deux premiers. Malgré un parcours sur mesure donné par Olivier Peslier, elle

s’est contentée de la troisième place, à une demi-longueur de So You Think.

Après avoir longtemps attendu, Midday (Oasis Dream) a surgi pour prendre la

quatrième place, sur le fil, devant Nathaniel. Quant au double tenant du titre,

Twice over (Observatory), il a fait illusion dans le dernier virage, mais

l’effort que lui demandait son jockey était trop important pour qu’il aille

jusqu’au bout.  Il a conclu au dixième

rang.

 

LES

REACTIONS SUR LA SANCTION

CORINE

BARANDE BARBE : « CETTE SANCTION EST INADMISSIBLE.

C’est le

type d’amende qui devrait être quantifiée avant la course, et d’autant plus

pour ce genre de course. Les jockeys anglais ont déjà attaqué sur ce sujet et

cette histoire ne devrait pas s’arrêter là. À ce niveau de course, on ne peut

pas se permettre de compter les coups de cravache que l’on donne. Et encore

moins quand il y a une victoire de prestige au bout. »

CHRISTOPHE

SOUMILLON :

« C’est

un scandale ! Les panneaux de distance en Angleterre sont mal faits. D’une part

on les confond avec les panneaux publicitaires et, d’autre part, il n’y a pas

de boule de couleur indiquant le nombre de mètres à parcourir. À pleine

vitesse, on ne peut se rendre compte si on est à deux cents mètres ou à deux

cent quinze mètres du poteau. En plus j’étais derrière So You Think, qui est un

gros cheval et me cachait les indications de parcours. J’étais au courant des

nouvelles règles, j’ai fait attention, avec la volonté de les respecter, mais,

à pleine vitesse, dans une lutte intense, nous ne sommes pas des surhommes et

on ne peut pas réfléchir à tout, surtout si on ne peut pas se rendre compte à

quel endroit du parcours on est réellement. Entre Buena Vista au Japon et

Cirrus des Aigles cette fois, ça fait deux grandes victoires qu’on m’enlève

cette année. C’est honteux, on ne peut pas tout prendre à un sportif, c’est

comme si on travaillait pour rien. Surtout que, en plus, je suis aussi

sanctionné d’une interdiction de monter. Cette décision est honteuse et je

compte faire appel. »

 

CORINE

BARANDE-BARBE : « CIRRUS DES AIGLES EST LE SYMBOLE DU MERVEILLEUX »

JOUR DE

GALOP. - CIRRUS DES AIGLES TIENT SON GR1, CELA DOIT ETRE UNE GRANDE JOIE ?

Corine

Barande-Barbe. - C’est un moment merveilleux. On voudrait que cette journée ne

s’arrête jamais. Cirrus des Aigles réalise le rêve qu’on a toujours pensé

accomplir avec lui. Il montre qu’avec les chevaux il faut toujours y croire et

que, les courses, il faut décider de les courir pour pouvoir les gagner. Cirrus

des Aigles est le symbole du merveilleux.

SUR

PLACE, COMMENT AVEZ-VOUS VECU LA COURSE ?

Des

tribunes, je voyais toujours Cirrus. C’était bon signe. Quand on n’a pas à

chercher son cheval, c’est qu’il a du gaz. Quand Christophe Soumillon l’a

déboîté, je me suis dit : « Il va le faire. » Il est reparti à la fin. Cirrus a

de la vitesse et de la tenue. Cela lui a permis de venir à bout de So You

Think.

COMMENT

LES ANGLAIS ONT-ILS REÇU CIRRUS, A SON RETOUR AU PADDOCK ?

Il a été

acclamé. Comme à Vichy, où il l’a été pour la première fois. Les Anglais sont

très «sport» et ils ont reçu Cirrus en héros, comme Frankel. Le fait qu’il soit

hongre ne change rien à la valeur que donnent les sportsmen à un gagnant des

Champion Stakes. Cirrus des Aigles n’a pas de papier et fait rêver. Sa victoire

a été prise avec sportivité.

LA

VICTOIRE DE CIRRUS SAMEDI MONTRE QU’IL PROGRESSE ENCORE. QU’EN PENSEZ-VOUS ?

Oui, il

arrive de plus en plus à maturité. On le comprend de mieux en mieux et on sait

bien maintenant qu’il faut le laisser faire, ne pas chercher à le contrarier.

Cela peut paraître présomptueux, mais on a toujours pensé que Cirrus valait un

Gr1.

POURQUOI

AVOIR CHOISI CELUI-CI, PARTICULIEREMENT RELEVE ?

Cirrus

des Aigles étant hongre, il n’avait pas d’obligation, pour entrer au haras, de

gagner un Gr1 peu prestigieux. On voulait gagner un Gr1 avec lui et on voulait

que ce soit dans une très belle course. C’est pour cela qu’on n’a pas hésité à

tenter notre chance dans ces Champion Stakes.