Dabirsim, le nouveau cador des pelotons

Autres informations / 03.10.2011

Dabirsim, le nouveau cador des pelotons

Dimanche

Dabirsim (Hat Trick) a remporté le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) en

causant une impression visuelle saisissante. Invaincu, en cinq courses, il est

le leader incontestable de sa promotion, en Europe. Si l’on se base sur les

plans tracés par son entraîneur, Christophe Ferland, Dabirsim ne sera plus revu

en compétition cette année. Il boucle donc sa saison avec cinq victoires en

autant de tentatives, dont deux Grs1 (Prix Jean-Luc Lagardère et Darley Prix

Morny) et un Gr3 (Prix de Cabourg). Dabirsim a battu anglais, italiens,

espagnols et français et se positionne comme le meilleur 2ans européen de

l’année. Un statut qu’il n’a pas volé compte tenu de ses différentes

prestations.

UN

DOUBLE INEDIT

Depuis

la refonte du programme des courses françaises, en 2001, qui a inclus la

suppression du Prix la Salamandre (Gr1) et le raccourcissement de 200m du Prix

Jean-Luc Lagardère (Gr1), aucun 2ans n’avait réalisé le doublé "Morny -

Lagardère". La performance de Dabirsim est donc un exploit historique. Le

dernier à avoir pris le départ de ces deux épreuves, tout en en ayant remporté

au moins une, est Naaqoos (Oasis Dream), vainqueur du Prix Jean-Luc Lagardère,

dans ce qui était à l’époque un temps record. Il avait auparavant pris la

cinquième place du Prix Morny. Le seul autre 2ans à avoir remporté le

"Morny" puis un Critérium est Divine Proportions (Kingmambo) en 2004.

Mais après son triomphe deauvillais, c’est dans le Prix Marcel Boussac (Gr1)

qu’elle avait signé son doublé. Ces statistiques indiquent que Dabirsim est au

moins de la même trempe que la championne de la famille Niarchos, qui a ensuite

remporté la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), le Prix de Diane (Gr1) et le

Prix d’Astarté (Gr1). En se référant à l’ancienne version du programme des

courses françaises, il faut remonter à l’année 1991 et aux succès d’Arazi

(Blushing Groom), pour retrouver un doublé "Morny" -"Grand

Critérium". Le champion de François Boutin a même fait mieux puisqu’il a

remporté, entre temps, le Prix la Salamandre (Gr1), mais il n’est pas resté invaincu

à 2ans, puisque battu en débutant sur la piste de Chantilly.

LE

NOUVEAU FRANKEL ?

Comparer

un champion à un autre est souvent stérile, chaque cheval ayant un profil très

différent. Mais Frankel (Galileo) et Dabirsim, sont deux phénomènes invaincus,

à 2ans, sans jamais quitter leur pays. Dabirsim a utilisé une seule fois la

tactique chère à Frankel : tête et corde. C’était en débutant et, depuis, il

toujours attendu avant de produire son effort. La seule fois où il avait été de

l’avant, il avait gagné à la manière de Frankel, en laissant ses adversaires à

dix longueurs.

UN

PROFIL FAIT POUR NEWMARKET

Si

Frankel est destiné à ne courir que dans son pays, Dabirsim pourrait bien

tenter de prendre sa succession dans les 2.000 Guinées (Gr1). Son entraîneur

n’a pas caché son désir de l’engager dans le classique anglais, comme il le

fera dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). S’il est préférable pour le

rating des courses françaises que Dabirsim dispute la "Poule", son

profil semble plus adapté au tracé de Newmarket. Dabirsim est un grand cheval,

qui ne ressemble en rien à un 2ans. Il n’a sans doute pas fini d’évoluer

physiquement et, pour déployer sa grande action, un parcours en ligne droite

est idéal. Le parcours de l’épreuve classique française se dispute avec

tournant et son arrivée est jugée au premier poteau, ce qui ne laisse aux

participants qu’une ligne droite d’environ 450m pour s’exprimer et une

probabilité d'aléas et d'à-coups bien plus élevée, surtout si on s’élance en

dehors. En outre, le parcours de Newmarket est un parcours de pure sélection,

tandis que Longchamp, bien qu’il soit lui aussi sélectif, propose de nombreux

risques. Le premier étant un mauvais tirage de numéro à la corde. Cette année,

les poulains de 2ans britanniques n’ont encore rien montré d’étincelant.

Actuellement le meilleur d'entre eux, de l’autre côté de la Manche, est

irlandais. Il s’agit de Power (Oasis Dream), un représentant de Coolmore qui a

remporté les National Stakes (Gr1), mais qui a été battu par une pouliche, La

Collina (Strategic Prince), peu avant, dans les Phoenix Stakes (Gr1).