Les trois dernieres editions du qatar prix de l’arc de triomphe

Autres informations / 01.10.2011

Les trois dernieres editions du qatar prix de l’arc de triomphe

2010 :

WORKFORCE, A LA FORCE DU JARRET

Vainqueur

du Derby d’Epsom de façon impressionnante, Workforce (King’s Best) avait déçu

dans les King George and Queen Elizabeth VI Stakes (Grs1). Les doutes planaient

donc sur sa chance de remporter le championnat du monde des pur-sang. Mais le

pensionnaire de Sir Michael Stoute a brillamment démontré qu’il était un cheval

hors norme. Chanceux dans le parcours car plusieurs chevaux ont été gênés,

Workforce a repoussé tout au long de la ligne droite l’attaque incisive de nakayama

festa (Stay Gold), qui a bien prolongé son effort jusqu’au poteau. Malchanceuse

dans la fausse ligne droite, Sarafina (Refuse to Bend) a terminé fort en pleine

piste pour accrocher la troisième place. Après un parcours d’attente, Behkabad

(Cape Cross) et Fame and Glory (Montjeu) ont terminé respectivement quatrième

et cinquième.

 

2009 :

SEA THE STARS, LE TRIOMPHE D’UN ROI

Fils

d’une gagnante "d’Arc" devenue poulinière de légende, Urban Sea

(Miswaki), Sea the Stars (Cape Cross) s’est présenté en grand favori dans une

course qui avait fait le plein de partants (19), le crack de Christopher Tsui

n’ayant pas fait le vide autour de lui. Comme si les entourages des

participants voulaient pouvoir dire dans quelques décennies: « En 2010, on a

couru contre Sea the Stars… » Vainqueur des 2.000 Guinées, du Derby d’Epsom,

des Eclipse Stakes, des Juddmonte International Stakes et des Irish Champion

Stakes (Grs1), il a parachevé son oeuvre en gagnant "l’Arc" de la

même façon que sa mère. Passé à la corde, il a écrasé ses adversaires de toute

sa classe. Sa carrière s’est terminée sur ce dernier chef d’oeuvre.

 

2008 :

LA CONCRETISATION D’UN REVE NOMME ZARKAVA

Zarkava

(Zamindar), c’était un rêve. Au fil de la saison 2008, il a commencé à devenir

réalité quand elle a confirmé son succès acquis à 2ans dans le Prix Marcel

Boussac (Gr1). Lauréate de la Poule d’Essai des Poulains,  du Prix de Diane et du Prix Vermeille (Grs1),

elle a réalisé un triptyque classique extraordinaire. De 1.600m à 2.400m,

aucune femelle ne lui est arrivée à la cheville. Pas même la championne

Goldikova (Anabaa). Son impressionnante ligne droite dans le

"Vermeille", sans doute l’une des plus belles jamais réalisées par un

cheval à Longchamp, l’a propulsée grandissime favorite de "l’Arc".

Personne ne lui a tenu rigueur de ses problèmes pour sortir des stalles. Et,

après avoir mis du temps à se sortir du piège de la corde, elle a laissé ses

rivaux sur place.