Newmarket n’a pas fait rêver

Autres informations / 09.10.2011

Newmarket n’a pas fait rêver

Si c’est

ce que l’on a vu de mieux de l’autre côté de la Manche samedi, il y a de la

place pour les Français l’an prochain. Que ce soient les Middle Park Stakes ou

les Dewhurst Stakes (Grs1), aucune des deux épreuves n’a livré de verdict

limpide ou n’a mis en avant un cheval qui peut s’imposer comme un leader

incontesté de sa génération. Alors qu’en France on en a un, c’est Dabirsim (Hat

Trick). Seul Français en lice samedi, Family One (Dubai Destination) n’a pas

participé à l’arrivée. Jamais vraiment dans le coup, il n’était pas dans le

rythme au dip et n’a pu faire mieux que dixième. 2ans précoce, le pensionnaire

de Yann Barberot a assurément montré ses limites au top niveau, mais qui le lui

reprocherait ? Il a gagné les premiers Groupes pour 2ans en France et a gagné

plus d’argent que n’importe quel supposé classique n’ayant pas débuté ne

gagnera jamais. Il fait vivre une aventure formidable à son entourage et même

si elle ne peut plus – ce qui reste à déterminer –atteindre les sommets,

l’histoire reste belle. Pour en revenir à ces deux sommets chez les 2ans, les

Middle Park ont vu six chevaux terminer en moins de deux longueurs et les

Dewhurst Stakes ont vu la victoire de Parish Hall (Teofilo), un pensionnaire de

Jim Bolger qui, jusque-là, n’avait pas vraiment de quoi faire rêver. Autrement

dit, on a plutôt l’impression d’avoir vu des éditions à la Balmont ou Beethoven

que des victoires à la Dream Ahead ou New Approach…

 

YANN

BARBEROT : « TROP MAUVAIS POUR ÊTRE EXACT »

« On va

forcément trouver quelque chose dans la semaine, ce n’est pas possible qu’il

soit battu comme cela, aux 600m » analyse Yann Barberot, entraîneur de Family

One, à chaud, avant de poursuivre: « Il est battu trop tôt et ce n’est pas

normal. Il est parti de Deauville et il faisait chaud et, arrivé à Newmarket,

il faisait froid. Peut être a-t-il attrapé quelque chose ? En tout cas, il n’a

jamais été dans le coup. Quoi qu’il en soit, je ne resterai pas sur un échec et

je compte bien revenir un jour courir en Angleterre. » On compte également sur

vous Yann Barberot !

 

BUBBLE

CHIC : ENFIN

Bubble

Chic (Chichicastenago) tient enfin sa première victoire de Groupe. Pour cela,

il a dû voyager jusqu’à Newmarket, où il a contrôlé sûrement les Darley Stakes

(Gr3), samedi, sous la monte d’Olivier Peslier. Alessandro Botti, responsable

de l’antenne cantilienne de son père, nous a confié : « Le cheval a dormi dans

l’écurie de mon cousin Marco, à côté d’Excelebration, qui a dû lui expliquer

pendant la nuit comment il fallait faire pour gagner ! C’est super, car c’était

notre premier partant ici depuis que nous sommes installés à Chantilly… »