Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix coaraze (b) : yang tse kiang succede a salto et rewilding

Autres informations / 09.10.2011

Prix coaraze (b) : yang tse kiang succede a salto et rewilding

En

remportant ce Prix Coaraze (B), Yang Tse Kiang (Kahyasi) a pris la succession

de deux très bons chevaux, Salto (Pivotal) et Rewilding (Tiger Hill). En 2010,

après son succès dans cette course, Salto a terminé deuxième du Critérium

International (Gr1). Quant à Rewilding, vainqueur de cette B en 2009, il a été

plus loin encore en remportant les Prince of Wales’s Stakes (Gr1) avant de

s’accidenter mortellement à Ascot, lors des «King George», cette année. Yang

Tse Kiang – qui est hongre – n’a certainement pas la même qualité que ces deux

chevaux, mais c’est un poulain qui fait ce qu’on lui demande. L’édition 2011 de

ce Prix Coaraze était ouverte et accessible. En l’engageant, son mentor,

Richard Chotard, lui a permis de gagner sa course B. « Il réalise une superbe

course, nous sommes vraiment contents de cette victoire, nous a déclaré son

entraîneur. Quand l’autre lui a répliqué à la corde, il ne voulait pas trop le

passer. Heureusement que le poulain de Carlos Laffon-Parias est venu en dehors,

ça l’a aidé à gagner. Je ne sais pas encore si je vais le recourir cette année.

» Yang Tse Kiang a attendu son heure à portée de fusil des animateurs, avec

beaucoup de ressources. Et, surtout, preuve de son bon tempérament, il était le

seul concurrent à ne pas se montrer brillant dans une course peu rythmée. Venu

très facilement à l’entrée de la ligne droite, il a dû d’abord lutter avec King

of Rock, lequel est bien reparti à deux cents mètres du poteau. Ce dernier

donnait l’impression de pouvoir gagner jusqu’à ce que Milyas termine fort en

dehors. Le protégé de Carlos Laffon-Parias a ainsi encouragé Yang Tse Kiang à

prendre l’avantage sur King of Rock, sur le poteau. Jockey du vainqueur, Thierry

Jarnet a expliqué : « Il court bien, même s’il manque de maturité. Quand il a

attaqué King of Rock, il s’est dit qu’il était bien à côté de l’autre, donc

pourquoi aller plus loin ? Mais lorsque Milyas est arrivé sur lui, cela nous a

aidés, il a bien réagi et pris l’avantage. C’est peut-être un poulain moins

précoce qu’on ne le pense. »

MILYAS

SE MONTRE DIGNE DE LA CONFIANCE DE SON ENTRAINEUR

Milyas a

débuté à Lyon-Parilly, sans vraiment avoir compris ce qu’on lui demandait.

Cette fois, il a beaucoup mieux assimilé sa deuxième leçon. Un peu pris de

vitesse par les deux premiers à l’entrée de la ligne droite, il a fini très

vite pour souffler le premier accessit à King of Rock sur le fil. Un King of

Rock dont le jockey s’est montré très (trop ?) offensif en effectuant son

parcours en troisième épaisseur. Carlos Laffon-Parias nous a dit, au sujet de

Milyas : « J’étais très confiant lors de ses débuts, mais il n’avait pu se

montrer dangereux. Olivier [Peslier, son jockey, ndlr] n’avait pas été dur et

l’avait respecté. Aujourd’hui, ce n’était pas un gros lot, mais il a très bien

fini. Je pense qu’il sera mieux sur plus long à l’avenir. 1.600m, c’est un peu

court pour lui. » Rappelons que les trois premiers ont fait nettement la

différence sur le reste du peloton, concluant huit longueurs devant les autres.

DE LA

FAMILLE DE MISS SATAMIXA

Acheté

seulement 18.000 € aux ventes d’octobre d’Arqana, en 2010, Yang Tse Kiang

appartient à la famille de la bonne Miss Satamixa (Linamix), lauréate du

«Jacques-le-Marois» (Gr1). La quatrième mère de Yang Tse Kiang, Miss Satin, est

en effet la mère de Miss Satamixa. Au niveau de Mrs Annie, troisième mère de

Yang Tse Kiang, on retrouve les noms de Mrs Akada, troisième du Prix

Saint-Alary (Gr1) ou encore de Manninamix, deuxième du Grand Critérium (Gr1).

Mikalia, mère de Yang Tse Kiang, a gagné une course. Elle a donné quatre

chevaux utiles qui ont tous gagné leurs courses. Et Yang Tse Kiang en fait

désormais partie.