Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Qatar prix de l’arc de triomphe : un "arc" de haute volee

Autres informations / 03.10.2011

Qatar prix de l’arc de triomphe : un "arc" de haute volee

Tous les

ingrédients étaient réunis pour que nous assistions à une grande édition de

"l’Arc". Un temps magnifique, une piste très rapide, un lot homogène

et plusieurs chevaux susceptibles de donner du rythme à l’épreuve. Dès le

départ, la course est partie sur les chapeaux de roues. Treasure Beach

(Galileo), vainqueur de l’Irish Derby et deuxième du Derby d’Epsom (Grs1), a

joué le leader de luxe. Il a tout de suite assuré un rythme très élevé et ses

adversaires ne pouvaient pas se permettre de le laisser partir, puisque compte

tenu de sa qualité, il pouvait être difficile à rattraper. La course a été

limpide, sans aucun faux rythme. Treasure Beach a logiquement rétréci son

action dans la ligne d’en face et a tout de suite été relayé par St Nicholas Abbey

(Montjeu). Le rythme imposé par les protégés d’Aidan O’Brien a été tellement

soutenu que beaucoup de leurs adversaires ont été rapidement dans le rouge et

n’ont pas pu faire leur course. Dans la ligne droite finale, St Nicholas Abbey

avait toujours l’avantage et subissait l’attaque de Shareta (Sinndar) qui a,

elle, bien apprécié le rythme effréné. Danedream (Lomitas), dans son proche

sillage, est venue librement sur la ligne de tête à trois cents mètres du but.

Elle a mis un peu de temps pour s’équilibrer et, à deux cents mètres du poteau,

elle s’est bien allongée. C’est à ce moment qu’elle a cloué sur place ses

adversaires, à l’instar de Peintre Célèbre (Nureyev), se détachant du peloton

et laissant ses adversaires à cinq longueurs, signant alors le temps record de

l’épreuve en 2'24"49. Danedream a montré qu’elle avait une vitesse de plus

que les autres, plus que Snow Fairy (Intikhab) et Sarafina (Refuse to Bend),

qui sont connues pour leur fin de course tranchante.

ANDRASCH

STARKE : « A 400M DU POTEAU, JE SAVAIS QUE J’AVAIS GAGNE »

Andrasch

Starke a frappé fort dimanche. Il a gagné son premier Gr1 en France dans la

plus belle course de l’année. Après l'épreuve, il livrait ses impressions : « À

quatre cents mètres du poteau, je savais que j’avais gagné. J’ai pu avoir un

parcours superbe. Je me suis calé dans le sillage d’Hiruno d’Amour et

l’ouverture s’est faite quand il fallait. Dans le dernier tournant, j’étais

très confiant. Je voyais des chevaux commencer à reculer et moi, j’allais très

bien. Elle passait un vrai test aujourd’hui. Elle venait de bien gagner en

Allemagne, mais, ici, l’opposition n’avait rien à voir. Avant le coup, on

savait que Danedream allait bien courir, mais on signait déjà des deux mains

pour une place dans les quatre premiers. Au début, Danedream était une pouliche

qui ne montrait rien à l’entraînement. D’ailleurs, encore aujourd’hui, elle ne

montre toujours rien. En juin, si on m’avait dit que j’allais monter

"l’Arc" avec Danedream, je ne l’aurais pas cru… Quand j’ai gagné le

premier Gr1 de Danedream, Dominique Boeuf m’avait dit quelques minutes plus

tard : “ Tu as là une pouliche pour courir "l’Arc"”. Il avait raison.

Danedream continue de me surprendre. On pense toujours être arrivé au bout de

ses possibilités avec elle. Mais elle arrive toujours à se surpasser. »

A LA

DECOUVERTE DU GESTU¨T BRUMMERHOF

Danedream

a été élevée en Allemagne, au Gestu¨t Brummerhof, un haras situé dans le nord

de l’Allemagne, dans la région de Hanovre. « Brummerhof est un haras de 150

hectares, nous a confié Julia Baum, la propriétaire. Nous avons une vingtaine

de poulinières et un étalon qui est en pré-retraite, Goofalik. Le père de

Ungaro notamment. Nous n’avons pas été très inspirés avec la famille de

Danedream, puisque nous avons vendu la mère récemment et que Danedream n’a fait

afficher que 9.000 € aux ventes breeze-up l’année dernière. Mais elle n’avait

pas un physique qui pouvait faire grimper les enchères. Elle avait simplement

pour elle de bien se déplacer. » Danedrop (Danehill), la mère de Danedream, a

été vendue à Aksam Kaddham, le propriétaire de l’écurie Kaddham, dont le siège

social est basé à Fort de France, en Martinique. Danedrop lui a déjà donné deux

produits, une yearling de Gold Away, qui répond au nom d'Ignis Away, et un 2ans

entraîné par Jonathan Pease, Nuptial (Soldier Hollow).

PLUS DE

50.000 PERSONNES A LONGCHAMP

"L’Arc"

s’est disputé ce dimanche sur l’hippodrome de Longchamp sous un soleil radieux

et devant 50.250 personnes (+ 17 % par rapport à l’an dernier).

LES

REACTIONS

THIERRY

JARNET : JOCKEY DE SHARETA, DEUXIEME

« Elle

est très bien partie. Le but était de la monter devant. Elle a vraiment

beaucoup de qualité. Ce n’est qu’une 3ans et ce qu’elle fait est formidable. »

ALAIN DE

ROYER DUPRE : ENTRAINEUR DE SHARETA, SARAFINA ET RELIABLE MAN

«

Sarafina a eu un parcours normal. Elle est venue comme elle sait le faire et

elle a respiré normalement. Moi, je l’ai trouvée un peu contractée en partant.

Quant à Shareta, on sait que lorsque le terrain est léger et qu’on va devant,

c’est un avantage. C’était une course faite pour les chevaux comme elle. »

OLIVIER

PESLIER : JOCKEY DE GALIKOVA, NEUVIEME

« Après

un bon départ, nous avons évolué dans le dos de la gagnante, mais elle n’est

pas parvenue à accélérer dans la ligne droite. »

GALIKOVA

PEUT-ETRE UN PEU « PASSEE »

Éclatante

lauréate du Prix Vermeille (Gr1), Galikova (Galileo) détenait l’une des bonnes

chances de l’épreuve. Mais la pouliche n’a pu se montrer digne de son rang,

terminant à la neuvième place. Galikova n’a pas vraiment d’excuses. Elle a

bénéficié d’un bon parcours, à la corde, en milieu de peloton. Elle était même

juste derrière Danedream (Lomitas) en entrant dans la ligne droite. Mais quand

l’allemande a commencé à se rapprocher, Galikova s’est montrée incapable de la

suivre. Elle a fait un petit "bout", mais n’a pas placé

l’accélération dont elle est capable dans ses grands jours, comme le confirmait

Olivier Peslier à sa descente de cheval. Freddy Head, lui, analysait : «

Aujourd’hui, elle a couru "molle". Cela arrive parfois aux pouliches,

d'autant que Galikova a connu une saison chargée. Peut-être était-elle un peu

passée… » On se souvient que dans le Prix de Diane (Gr1), Galikova ne s’était

également pas montrée sous son meilleur jour. Mais, si elle avait du mal à

suivre en début de parcours, elle avait tout de même fourni une belle

accélération. Cela n’aura pas été le cas ce dimanche.

ED

DUNLOP :« JE SUIS TRES FIER DE SNOW FAIRY »

Snow

Fairy (Intikhab) se présentait pour la première fois devant le public français.

La championne aux quatre Grs1 d’Ed Dunlop a toujours fourni sa meilleure valeur

en bon terrain et était donc très attendue dans cette épreuve. Elle trouvait

effectivement toutes les conditions pour réaliser une grande performance, et

c'est ce qu'elle a fait. Snow Fairy est bien partie et s’est laissée

progressivement glisser au sein du peloton. Elle a évolué au contact des

meilleurs 3ans français, Galikova (Galileo) et Reliable Man (Dalakhani), avant

de les laisser sur place au moment de l’emballage final. « Je suis vraiment

ravi de sa performance, nous a confié Ed Dunlop. Cette année, c’est un

"Arc" de pouliches, ce qui est très surprenant. Snow Fairy n’a rien

perdu de sa classe et réalise la meilleure performance de sa carrière. Je suis

vraiment très fier d’elle. Elle a tout de même eu une course difficile, on va

voir comment elle s’en remet, mais la suite de son programme aura lieu en Asie,

comme l’année dernière. Elle devrait courir au Japon et à Hongkong. » Lanfranco

Dettori, son jockey, était particulièrement ravi de sa course. « Je suis

vraiment content, elle a fait une très bonne course. On était dans le dos de la

future gagnante pour finir et on n’a pas pu la suivre quand elle a vraiment

accéléré. Elle est partie comme ça, en nous laissant nous battre pour les places.

Mais Snow Fairy n’a rien lâché alors qu’elle aurait pu être écoeurée. Elle a

fait preuve de beaucoup de courage. »