Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Qatar prix du cadran (gr1) : kasbah bliss tient enfin son "cadran

Autres informations / 03.10.2011

Qatar prix du cadran (gr1) : kasbah bliss tient enfin son "cadran

Qui plus

que Kasbah Bliss (Kahyasi) méritait de remporter le Prix du Cadran (Gr1) ? À

9ans, ce cheval hors du commun avait terminé quatrième de cette course en 2008,

deuxième en 2009, et troisième l’an dernier. Cette année, les conditions

climatiques étaient réunies pour qu’il soit enfin sacré. En effet, Kasbah Bliss

n’est jamais meilleur que sur un bon terrain, ce qui n’est pas monnaie courante

à Longchamp, en octobre. À Ascot, il avait plu juste avant le Gold Cup (Gr1),

et malgré une bonne course, le cheval avait terminé septième. Une autre

condition est nécessaire pour que Kasbah Bliss exprime tout son potentiel :

qu’il puisse attendre, pour fournir sa pointe de vitesse dévastatrice sur des

parcours de si longue tenue. Gérald Mossé s’est donc attaché à le placer en

queue de peloton, en compagnie de Ley Hunter (Kingmambo). En tête, Elyaadi

(Singspiel) et Très Rock Danon (Rock of Gibraltar) menaient à un train modéré,

suivis non loin de Gentoo (Loup Solitaire).

LES

NERFS DE GERALD MOSSE

Dans la

ligne droite, il a fallu tout le sang-froid de Gérald Mossé, car le cheval

était encore en dernière position. Mais il s’est encouragé en passant ses

adversaires, et, finalement, il s’impose nettement, devant Très Rock Danon,

qui, en bon allemand, s’est montré très dur pour conserver la deuxième place.

Ley Hunter, bon finisseur également, est venu prendre la troisième place,

dead-heat avec son compagnon d’entraînement Brigantin (Cozzene), qui a eu un

bon parcours à la corde, derrière les animateurs. Silver

Valny

(Vertical Speed), pour son premier essai à ce niveau, se comporte

remarquablement bien en prenant la quatrième place, devant Gentoo, qui semble

se retrouver, alors qu’il trouvait un terrain peu propice à ses aptitudes.

LA RAGE

DE VAINCRE DE KASBAH BLISS

François

Doumen était logiquement très ému par le succès de son cheval. « Après ses

places dans cette épreuve, il méritait vraiment ce succès. Nous l’avons

volontairement présenté avec beaucoup de fraîcheur. C’est formidable qu’il ait

encore cette rage de vaincre à 9ans. Il n’est jamais meilleur que lorsqu’il vient

dans les chevaux, comme ce fut le cas aujourd’hui. Gérald Mossé m’a dit qu’il

l’avait vraiment gagné facilement. Alors j’ai envie de vous dire : rendez-vous

l’an prochain ! Un voyage à Hongkong ne serait pas une mauvaise idée non plus…

» L’entraîneur, qui est aussi l’éleveur du cheval, revenait sur sa carrière

exceptionnelle : « Il a gagné à 2ans, à 3ans, puis toutes les années suivantes,

aussi bien en plat qu’en obstacle…C’est vraiment un cheval hors du commun ! Je

suis très fier que nous l’ayons élevé en association avec Henri de Pracomtal,

et c’est une superbe récompense pour cette grande famille des courses, de

gagner un Gr1 lors de ce week-end. » Quant à ce succès tant attendu, François

Doumen le comparait à une autre de ses grandes victoires, dans le Gold Cup de

Cheltenham : « Oui, c’est la même sensation que lorsque j’ai enfin gagné le

Gold Cup de Cheltenham, après avoir été battu deux fois. » Concernant Très Rock

Danon, qui restait sur une huitième place dans le Prix Kergorlay (Gr2), à

Deauville, où il avait été nettement battu par Kasbah Bliss et Brigantin,

Andreas Suborics confiait : « On a eu une course parfaite. En dernier lieu, le

rythme avait été trop lent pour lui. Aujourd'hui, ça lui a bien plu et il a pu

faire sa ligne droite. C'est un super stayer. »

GENTOO

SE RETROUVE

Gentoo,

le tenant du titre, s’était montré nettement moins convaincant lors de ses deux

dernières sorties. Le cheval s’est cette fois beaucoup mieux comporté, comme

l’explique Alain Lyon : « J’aurais aimé qu’il y ait plus de train et le voir

patienter, mais cela n’a pas été possible. Le bon terrain ne l’a pas servi non

plus. Dans ces conditions, le cheval réalise une bonne performance. Je pense

que je suis en train de retrouver mon cheval. La quarantaine qu’il a dû subir

après sa course au Japon l’a beaucoup perturbé. Il était seul, cherchait sans

cesse d’autres chevaux, ne mangeait plus et ne buvait plus… Donc, c’est

certain, les grands voyages désormais avec lui, c’est fini ! Son prochain

objectif est le "Royal-Oak", en espérant que le terrain soit plus

souple.. »

UNE

FAMILLE TRES "DOUMEN"

Élevé

par le Haras d’Écouves (Mme François Doumen) et son propriétaire, Henri de

Pracomtal, Kasbah Bliss est issu d’une famille que connaît forcément son

mentor. Sa deuxième mère, Gai Lizza (Gairloch), trois fois placée de Listed, a

donné six produits parmi lesquels Rajpoute (Double Bed), tombeur de Peintre

Célèbre (Nureyev) dans le Prix Niel (Gr2) 1997, et l’Année Folle (Double Bed),

lauréate de Gr3 et cinquième du Prix Saint-Alary (Gr1). Tous deux étaient déjà

entraînés par François Doumen. Mère de Kasbah Bliss, Marital Bliss (Double Bed)

a pris part à dix-huit courses, sans parvenir à s'imposer. Elle s’est toutefois

placée de gros handicaps à plusieurs reprises. Elle a un 2ans propre frère de

Kasbah Bliss, judicieusement nommé Kasbah Bis.