Ulyssia royale se teste face aux meilleures pouliches

Autres informations / 14.10.2011

Ulyssia royale se teste face aux meilleures pouliches

AUTEUIL, Samedi

 

Le Prix Magne (L) est la dernière

étape qui mène au Prix Bournosienne (Gr3), voire au Prix Cambacérès (Gr1) pour les

pouliches les plus ambitieuses. Dans cette Listed, on aura l’occasion de revoir

en piste la prometteuse Ulyssia Royale (Poliglote), lauréate d’une course à conditions

en juin dernier. À cette occasion, la protégée de Jehan Bertran de Balanda avait

placé le coup de reins des bons chevaux sur le plat. Et son jockey, Christophe Pieux,

avait été séduit : « Je l’adore ! C’est un amour à monter. Elle n’est pas précoce,

mais a un gros moteur. Je ne lui ai mis que deux ou trois coups de cravache quand

j’ai vu que la victoire était possible. Elle sera encore mieux à l’automne. » L’automne,

justement, nous y sommes et la fille de la championne Ma Royale (Garde Royale),

deuxième du Grand SteepleChase de Paris (Gr1) 2005, devrait s’affirmer face aux

pouliches de sa promotion, qui ne sont pas exceptionnelles.

 

 

Fubbs et la ligne du Prix de

Chambly

La course référence en vue de

cette épreuve principale est le Prix de Chambly (L). Mais cette course a donné un

verdict faussé par plusieurs chutes, et notamment celle de Fubbs (King’s

Theatre), survenue à l’avant-dernière haie. Dans cette compétition, la pensionnaire

de Jean-Paul Gallorini pouvait envisager de terminer dans les trois premières.

Les cinq premières du «Chambly»

seront en piste samedi. Isle Enchantée (Trempolino) et Ma Prétention (Great

Pretender) avaient réalisé le jumelé. La seconde reste sur cette course alors que

la première a tenté sa chance dans le Prix Georges

de Talhouët-Roy (Gr2), où elle

a été stoppée net dans le tournant final.

 

Le coup de reins d’En Vedette

Gagnante du Prix Finot (L) au

prix d’un effort remarquable, En Vedette (Astarabad) s’essaie directement face aux

meilleures pouliches de sa promotion car elle a démontré un brin de classe pour

l’emporter dès sa «première» à Auteuil.