Victoire du premier produit aqps par bering

Autres informations / 25.10.2011

Victoire du premier produit aqps par bering

En 2008,

l’étalon du Haras du Quesnay Bering (Arctic Tern) s’est ouvert aux juments de

race AQPS, alors qu’il s’était limité jusque-là aux juments pur-sang. L’éleveur

nivernais Thierry Cyprès a tenté le pari de lui envoyer deux juments AQPS,

Lettiland (Ragmar), gagnante en haies et en steeple à Auteuil et mère de la

bonne Terre Neuve (Alberto Giacometti), ainsi que Nouvelle Zélande (Kadalko),

la sœur de cette même Lettiland. « À l’époque, il est vrai que c’était un sacré

pari, nous a confié l’éleveur. Mais Bering est un reproducteur exceptionnel et

pour moi, il fallait essayer en lui envoyant des jeunes juments : c'était une

évidence. La victoire de son produit me fait très plaisir, c’est une superbe

récompense. » Nouvelle Zélande a donné un mâle à Thierry Cyprès, qu’il a nommé

Uto. Sous les couleurs de Jacques Détré et l’entraînement de Guillaume Macaire,

Uto a débuté en obstacle ce mardi 25 octobre sur la piste de Toulouse. Ce

poulain froid a laissé une très bonne impression. S’il est perfectible dans sa

façon de sauter, il dispose de beaucoup de fond, et, au terme d’une course très

rythmée, il s’est imposé avec la manière, par quatre longueurs d’avance.

L’autre AQPS fils de Bering appartient aussi au propriétaire du champion Vision

d’État, il est entraîné par Philippe Peltier et n’a pas encore débuté. Aujourd’hui,

Bering est à la retraite. Une retraite bien méritée après de longues années de

bons et loyaux services. En 2009, il a réalisé ses dernières montes. « Il n’a

sailli que trois juments cette année-là, nous a confié Vincent Rimaud, et elles

ont toutes été pleines. Nous allons d’ailleurs passer l’un de ses derniers

produits aux ventes de décembre. Bering n’a aucun problème de fertilité, mais

il souffre de lymphangite [infection des vaisseaux sanguins, ndlr] aux membres

postérieurs. On le soigne pour ça, mais il ne pourrait pas se tenir sur ses

jambes pour saillir. À 28ans, il se porte encore très bien et on préfère lui

offrir une retraite heureuse. On ne doute pas qu’au Haras du Quesnay, nos

jeunes étalons seront capables de prendre sa relève, ainsi que celles d’Highest

Honor et Anabaa. »