Yann barberot : « c’est un challenge enorme ! »

Autres informations / 06.10.2011

Yann barberot : « c’est un challenge enorme ! »

Samedi,

Family One (Dubai Destination) va participer aux Middle Park Stakes (Gr1) sur

la piste de Newmarket. C’est la première fois que son entraîneur, Yann

Barberot, présente un de ses représentants à l’étranger et il est déjà le

favori des bookmakers.

JOUR DE

GALOP. – COMMENT S’EST DEROULEE LA PREPARATION DE FAMILY ONE EN VUE DE

NEWMARKET ?

Yann

Barberot. – Tout s’est très bien passé, le cheval est lui aussi très bien, il a

fait de bons travaux. Il ne faut pas oublier qu’il a commencé sa saison très

tôt et que nous sommes déjà au mois d’octobre. Il a fallu gérer son travail. Le

cheval est dans un très bel état physique, mais je me demande constamment si

j’ai bien fait les choses et encore plus quand on aborde des évènements

importants. Le cheval va voyager pour la première fois, mais il a un excellent

mental, c’est un cheval docile, alors tout devrait bien se passer.

CETTE

ENGAGEMENT ETAIT-IL VISE DEPUIS LONGTEMPS ?

Quand

nous avons compris que Family One était un bon cheval, j’ai senti qu’on allait

vite se retrouver bloqué dans le programme. Il n’y a pas vraiment de courses en

France pour des 2ans sur la distance de 1.200m. Après le “Morny”, il n’y a plus

que le choix du Grand Critérium (Gr1), mais Family One n’a pas 1.400m dans les

jambes. Alors, avec son propriétaire, quand est arrivé le moment des

engagements, nous ne nous sommes pas posés beaucoup de questions. Il fallait

engager le cheval, c’était logique.

C’EST

VOTRE PREMIER PARTANT DANS UN GROUPE A L’ETRANGER, COMMENT ABORDEZ-VOUS CETTE

EPREUVE ?

C’est un

challenge énorme pour moi. En tant que jockey, je n’ai pas eu la chance de

monter des chevaux comme lui, alors encore moins de voyager. Nous tentons un

pari très excitant, qui occupe tout notre temps. À la maison, nous ne parlons

que de Family One et Newmarket, on vit à son rythme, ce qui fait monter

considérablement la pression. J’étais assez inquiet en début de semaine parce

qu’on a perdu Ioritz Mendizabal. Je suis déçu pour lui qu’il ne puisse pas

accompagner le cheval dans cette aventure. C’est Olivier Peslier qui monte

Family One, alors nous n’y perdons pas au change, d’autant plus qu’il connaît

le cheval pour avoir gagné avec lui à Longchamp.

QU’ATTENDEZ-VOUS

DE LUI EN COURSE ?

J’espère

simplement que tout va bien se passer. J’ai une seule inquiétude le concernant.

Lors du Prix Morny, il a vraiment “pris dur” au moral. Le cheval de Christophe

Ferland l’a laissé sur place et je suis persuadé que ça peut jouer beaucoup sur

son mental. Dabirsim est un extraterrestre et j’ai peur que lorsqu’un cheval

viendra l’attaquer samedi, il se souvienne de ça. Il ne faudrait pas que Family

One se retrouve trop vite nez au vent. C’est un cheval qui a énormément de

vitesse et il aime bien finir sur les autres.

QUE

PENSEZ-VOUS DE L’OPPOSITION ?

Il y a

Bapak Chinta (Speightstown) qui est invaincu en deux courses, mais qui n’a pas

couru depuis sa victoire à Ascot en juin. Nous avons une “ligne” commune avec

Boomerang Bob (Aussie Rules), que Family One a dominé facilement dans le Prix

du Bois (Gr3), et qui a été battu à Ascot d’une longueur par Bapak Chinta.

Globalement, les 2ans anglais que nous avons vus en France ne sont pas des

phénomènes alors nous nous déplaçons avec ambition. Family One m’a offert les

deux premiers Groupes de ma carrière, 

mon premier voyage à l’étranger, qui plus est à Newmarket, le temple des

courses plates en Europe. Nous savourons déjà tout ça, mais nous ne pouvons

nous empêcher d’espérer un peu plus.