Auteuil, prix georges courtois (gr2) : le grand dimanche de jean-paul gallorini

Autres informations / 28.11.2011

Auteuil, prix georges courtois (gr2) : le grand dimanche de jean-paul gallorini

Une

demi-heure après la victoire de sa championne Kotkieglote (Poliglote) dans le

Prix Morgex  (Gr3), Jean-Paul Gallorini a

vu ses deux protégés, Quarouso (Lavirco) et Remember Rose (Insatiable), prendre

les deux premières places du Prix Georges Courtois (Gr2), le temps fort de la

réunion. Au bout du suspense et au prix d’une formidable accélération, l’AQPS

de 7ans s’est offert le deuxième Groupe de sa carrière, après son succès dans

le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) au printemps. « Ce sont de très bons

chevaux, qui ont été très bien montés, a confié leur mentor. Quarouso progresse

énormément, alors que Remember Rose n’est pas encore au mieux de sa forme. Il a

été opéré d’un genou, il ne faut pas l’oublier, et dans sa façon de courir, ça

se ressent. » Vainqueur de cette épreuve en 2008, Remember Rose a donné le ton

de l’épreuve, à un rythme assez soutenu. Monté pour la première fois à Auteuil

par Gaëtan Masure, il a réalisé une course remarquable, bien qu’il ait tenté de

dérober au petit open-ditch dans le tournant de la Porte d’Auteuil, comme il

l’avait fait lors du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Mais Jean-Paul

Gallorini avait prévu ce coup malicieux de Remember Rose et avait demandé à

Nathalie Dessouter, associée à Quarouso, de venir à l’extérieur de Remember

Rose, pour l’empêcher au maximum de dérober. C’est ce qu’elle a fait et ça a

sans doute permis à Gaëtan Masure de rester en selle. Les deux "Gallorini"

se sont épaulés, se livrant ensuite une lutte sans merci dans la phase finale.

Le plus jeune en est sorti gagnant, mais le bonheur est resté intact pour tous

dans le clan de Jean-Paul Gallorini.

GAËTAN

MASURE : « JE ME SUIS REGALE ! »

Gaëtan

Masure, jockey de Remember Rose, a bien failli remporter son premier Groupe à

l’occasion de ce Prix Georges Courtois. En tête jusqu’aux abords du poteau, il

s’est fait souffler son titre sur le poteau. Mais Gaëtan Masure n’était pas

déçu à l’issue de l’épreuve ; au contraire, il jubilait : « Je me suis régalé,

ce cheval est un champion. Je pense que sans sa faute à la dernière haie,

j’aurais probablement gagné. C’est ma seule déception, mais elle est largement

compensée par le plaisir que j’ai pris à cheval et la victoire de Quarouso. Si

j’avais été battu sur le poteau par un autre, je n’aurais pas eu ce sourire. »

Rubi Ball plus dur que le "fer" En s’engageant dans le Prix Georges

Courtois, le champion Rubi Ball (Network) défiait le plomb puisqu’il tentait de

s’imposer sous 72 kg. Mais ce qui lui est arrivé sur la piste, personne ne

pouvait le prévoir et il a fallu attendre son retour aux balances pour

comprendre. Au deuxième obstacle du parcours, Rubi Ball a fait une faute

grossière. Dans son erreur, il s’est retourné le fer de l’antérieur gauche. Son

fer s’est plié en un huit. Rubi Ball a donc parcouru presque tout le parcours à

moitié déferré d’un antérieur, une gêne qui aurait dû l’empêcher de progresser

normalement. Son jockey, Jonathan Plouganou, s’est rendu compte immédiatement

de ce qui s’est passé, a hésité à arrêter sa monture, mais, comme le morceau de

fer qui dépassait de son pied était tourné vers l’extérieur, il a décidé de

continuer. « Sa troisième place est inespérée dans ces conditions, nous a

confié son propriétaire, Patrick Papot. Dès cet incident, Rubi Ball a changé

d’action, levant beaucoup plus les genoux. En fait, il se battait avec cette

gêne.» Rubi Ball n’a donc pas réalisé le même doublé que l’année dernière, mais

sa performance est extraordinaire et d’autant plus sous la montagne de poids

qu’il devait porter. Désormais c’est vers le Grand Prix de Pau (Gr3) qu’il

devrait se tourner.

SAINT DU

CHENET JOUE BIEN SON ROLE

En

entrant dans la dernière ligne droite, il n’y avait plus que quatre chevaux

capables de s’imposer. Outre Remember Rose, Quarouso et Rubi Ball, le quatrième

mousquetaire était Saint du Chênet (Poliglote) qui affrontait l’élite des

steeple-chasers pour la première fois. Après une campagne automnale sur les

"balais", Saint du Chênet tentait sa chance. Malheureusement pour

lui, le lot du "Courtois" s’est avéré mieux composé que celui de la

"Haye Jousselin". Saint du Chênet a constamment filé les animateurs,

puis est venu les attaquer pour finir. Il a livré une belle bataille et son

entraîneur, Marcel Rolland, s’est montré satisfait de sa performance. « Il n’y

a pas grand-chose à dire, le cheval court très bien, il est battu par meilleur

aujourd’hui. Le lot était exceptionnellement bon et nous avons eu une vraie

course. »

UNE

BONNE FAMILLE D’ALAIN COUETIL

Quarouso

a été élevé par Alain Couétil, il est né de Lavirco et Honey (Highlanders), une

jument qui s’est imposée à plusieurs reprises, notamment à Enghien, sous les

couleurs de la famille Papot. Ce sont d’ailleurs sous ces couleurs que Quarouso

a commencé sa carrière avant d’être réclamé pour 19.777 € par Jean-Paul

Gallorini. Quarouso est le frère utérin d'Ograndy (Cyborg), gagnant du Grand

Steeple-Chase de Bordeaux (L) et troisième du Grand Prix de Pau (Gr3). Son

propre frère, So Young, s’est révélé cette année comme un excellent cheval

d’obstacle outre-Manche, après avoir gagné des bonnes épreuves en plat à 4ans

en France. So Young s’est notamment classé troisième du Novices’ Hurdle (Gr1)

lors du festival de Cheltenham. Quarouso est aussi un proche parent de Meryl

(Garde Royale), un ancien pensionnaire de Guillaume Macaire qui s’est classé

troisième d’un Gr2 à Cheltenham.