Elections a france galop : stabilite des grandes listes ; percee des “entraineurs-proprietaires”

Autres informations / 22.11.2011

Elections a france galop : stabilite des grandes listes ; percee des “entraineurs-proprietaires”

Les

urnes ont rendu leur verdict et, au sein des trois collèges où une bataille

avait lieu*, la même tendance se confirme : la forte progression de

l’Association des entraîneurs-propriétaires (AEP) animée par Frédéric Danloux.

Chez les propriétaires, où l’AEP présentait pour la première fois une liste,

elle obtient 20 % des suffrages exprimés et glane deux sièges au Comité de

France Galop. Ils seront occupés par Mathieu Boutin et François Doumen. Dans le

collège éleveurs, qui était aussi une nouveauté pour l’AEP, elle remporte un

siège (Élizabeth Doumen). Enfin, dans son collège d’origine, celui des

entraîneurs, l’AEP confirme son siège de 2007 (qui ira à Frédéric Danloux)…

mais, surtout, dans ce collège, l’AEP passe de 25 % en 2007 à 49 % en 2011,

inversant la tendance avec l’Association des entraîneurs qui baisse de 56 % à

33 %. En termes de siège, sa victoire est pondérée par le fait que l’AEP

n’obtient qu’un siège (comme en 2007), contre un à l’Association des

entraîneurs (un siège au lieu de 2) et un aux Entraîneurs pour le Galop

français (nouvelle liste "Rohaut", un siège). Face aux quatre élus de

l’AEP, trois forces politiques totalisent chacun cinq sièges au sein du nouveau

Comité : le Syndicat des propriétaires (en recul de 1 siège), le Syndicat des éleveurs

(stable malgré le fait que les AQPS aient, cette fois, fait alliance avec les

"P.P.") et l’Union pour le Galop français ("P.P."). L’autre

enseignement, si l’on excepte l’entrée au comité de François Rohaut, c’est

l’échec des autres listes : ni Jean-Pierre Quinson (éleveurs sans sol), ni

Marcel Chaouat  (défense des

propriétaires) ni Corine Barande-Barbe (actionnaires du galop) n’obtient d’élu

au niveau national.

*Selon

la tradition, il n’y avait qu’une liste au sein du collège jockeys.

 

FREDERIC

DANLOUX :« UN PROFOND BESOIN DE CHANGEMENT »

Le

président de l’Association des entraîneurs-propriétaires ne s’est pas éternisé

à France Galop lundi matin pour le dépouillement, car il devait filer à

Fontainebleau pour voir courir son protégé Tarraco. Tout un symbole. Le symbole

de la thématique socioprofessionnelle qui a remporté l’élection à France

Galop.  Il a confié à JDG sa première

réaction : « Les socioprofessionnels nous ont fait sentir depuis un certain

temps un profond besoin de changement. Les résultats tant nationaux que

régionaux confirment cette tendance. (…) Tout en remerciant ceux qui nous font

confiance, notre objectif est de rassembler toutes les bonnes volontés afin

d’oeuvrer dans la transparence pour défendre les intérêts de l’ensemble de la filière.

»