Flemington (au), melbourne cup (gr1) : les couleurs françaises vont briller a melbourne

Autres informations / 01.11.2011

Flemington (au), melbourne cup (gr1) : les couleurs françaises vont briller a melbourne

Les

courses deviennent de plus en plus internationales et l’événement qu’est le

Melbourne Cup (Gr1) en est un bon exemple. Onze chevaux qui ne sont pas

entraînés en Australie composent le champ de partants. C’est un record et aussi

quelque chose que l’on aurait pu croire impensable il n'y a même pas dix ans.

Tenant du titre, le français Américain (Dynaformer) est le leader de la

coalition européenne. Pour la première fois en 151 éditions du Melbourne Cup,

deux chevaux français seront au départ. Dunaden (Nicobar) défend l’entraînement

de Mikel Delzangles, pour qui se sera une première en Australie. La victoire

d’Américain en 2010 a donné des idées aux Français et Européens et il faut

s’attendre, dans les années à venir, à ce que de plus en plus de chevaux du

"vieux continent" tentent leur chance dans l’île du Pacifique. Quitte

à ce que cela ait un impact négatif sur les Prix du Cadran et Royal-Oak (Grs1).

Au bout du monde, le Melbourne Cup représente une victoire de prestige. En

Australie, cette épreuve a encore plus de résonance que "l’Arc".

Là-bas, on l’appelle : The race that stops a nation. Mardi, aux alentours de 5

h 00 du matin (heure française), Américain et Dunaden seront les favoris du

Melbourne Cup. Le rêve australien est à portée de main.

AMERICAIN

AVEC 3 KILOS DE PLUS

Par

rapport à sa victoire de 2010, Américain devra porter trois kilos de plus. Un

handicap qui n’est pas insurmontable, mais il devra rendre trois kilos et demi

à Dunaden. Cela n’est pas si simple, comme le signalait Alain de Royer Dupré :

« Américain semble meilleur qu’en 2010. L’an dernier, il avait couru beaucoup

plus avant d’arriver en Australie. Cette année, il arrive avec plus de

fraîcheur. Je pense qu’il s’est amélioré. Le problème reste le poids.

Logiquement, en France, battre un cheval comme Dunaden en lui rendant plus de

trois kilos semble très difficile. Mais Américain n’est jamais aussi bon qu’en

Australie. » Américain va tenter de devenir le sixième cheval de l’histoire à

conserver son titre dans le Melbourne Cup. Contrairement à 2010, Américain a

couru – et gagné – le Drake International Cup (Gr2). L’an dernier, il avait

choisi – et aussi gagné – le Geelong Cup, option choisie par Dunaden en 2011.

DUNADEN

AVEC CHRISTOPHE LEMAIRE

Voilà

une histoire qui a tenu l’Australie en haleine cette semaine : qui va monter

Dunaden dans le Melbourne Cup ? Craig Willians, qui lui a été associé dans le

Geelong Cup (Gr3), avec une victoire à la clé, a été suspendu depuis et ne peut

être présent pour le grand rendez-vous. Ce sera donc le jockey français

Christophe Lemaire qui effectuera le déplacement depuis le Japon pour monter le

pensionnaire de Mikel Delzangles.

FRANÇAIS

ET ASSIMILES

Élevé

par Paul Nataf, l’assimilé "FR" Jukebox Jury (Montjeu) sera également

du voyage. Il s’est révélé sur le créneau des stayers cet été à Deauville,

lorsqu’il a survolé le Darley Prix Kergorlay (Gr2).  Depuis, il a enregistré une autre victoire,

dans le St Leger d’Irlande (Gr1) – dead-heat. À la différence de Dunaden et

Américain, il n’a pas couru en Australie d'épreuve préparatoire au Melbourne

Cup. Ce qui n’empêche pas Jukebox Jury de détenir une première chance. Septième

de cette épreuve en 2010, Manighar (Linamix) est un cheval que l’on connaît

bien en France. Entraîné en début de carrière par Alain de Royer Dupré, il

avait enlevé à 3ans le Qatar Prix Chaudenay (Gr2). Passé depuis chez Luca

Cumani, il souffle le chaud et le froid et détient plutôt une chance d’outsider

mardi. Enfin, il est amusant de noter la présence au départ de Lucas Cranach

(Mamool), un cheval encore tout neuf. L’an dernier, il avait enlevé le Grand

Prix du Croisé-Laroche (L). Il a passé un cap cette année, courant bien deux

fois en France avant d’enlever son Gr2 en Allemagne. On s’en méfie en

Australie, où il n’est proposé qu’à 11/1.