French fifteen : mieux que le xv de france !!! par thierry grandsir (dna pedigree)

Autres informations / 03.11.2011

French fifteen : mieux que le xv de france !!! par thierry grandsir (dna pedigree)

Le bien

nommé French Fifteen a fait mieux que nos courageux rugbymen : vainqueur lors

de quatre de ses six rencontres précédentes, il s’est imposé en finale dans le

Critérium International (Gr1), et avec la manière ! Focus sur un pedigree qui met

en valeur un jeune étalon français (Turtle Bowl), une souche Aga Khan classique

(celle de Zarkava), et un superbe croisement.

ESSAI

TRANSFORME POUR TURTLE BOWL…

Du côté

des jeunes étalons, l’équipe de France enregistre cette année deux excellentes

recrues : après Kendargent, père de deux gagnantes de Groupe, c’est au tour de

Turtle Bowl de s’illustrer en produisant un gagnant de Gr1 dès sa première

saison. Cheval de très belle stature (1,66 m), alliant cadre et distinction,

Turtle Bowl fut un miler de qualité, durable et régulier : sept victoires et

dix places ornent une carrière riche de vingt et une sorties de 2 à 5ans. On se

souvient surtout de ses succès dans le Prix Messidor (Gr3) et le Prix Jean Prat

à 3ans, de son accessit d’honneur dans le Prix d’Ispahan de Manduro, et de ses

troisièmes places dans les Queen Anne Stakes –battu de peu pour la victoire –et

le Prix Jacques Le Marois (Grs1) à 5ans. Issu d’un croisement Night Shift x

High Top comparable à celui de la championne In the Groove (gagnante de quatre

Grs1 dont les Irish 1000Guineas et les Champion Stakes), fils d’une poulinière

de haut rang (Clara Bow), Turtle Bowl est le frère utérin de trois black type :

Whitton Court (multiple placé dans nos Derbies provinciaux), Turtle Bow (double

gagnante de Gr3, seulement devancée par Kazzia dans le Flower Bowl Inv.

Handicap), et Age of Aquarius (gagnant de Gr3 et deuxième du Grand Prix de

Paris et de l’Ascot Gold Cup). Des références largement suffisantes pour lui

ouvrir les portes du haras…

NIGHT

SHIFT EN PREMIERE LIGNE…

Il ne

suscita pourtant qu’un engouement modéré lors de son arrivée au Haras de la

Reboursière et de Montaigu (où il fut élevé), notamment en raison de son

ascendance paternelle. Son père, Dyhim Diamond, fut certes un solide et

puissant sprinter, aussi durable et régulier que son fils : deux victoires

(acquises dans des Grs3) et treize places en vingt-deux sorties de 2 à 6ans.

Bien né puisque propre frère de Creaking Board (lauréate des Hollywood Starlet Stakes,

Gr1, aux USA), il entra au haras chez nous mais ne produisit que trois gagnants

de Stakes : l’excellent stayer Bannaby, gagnant du Prix du Cadran (Gr1),

Milanais, qui se plaça deuxième du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) de Naaqoos à

2ans, et turtle Bowl, sans oublier un gagnant de Gr2 sur les haies (Baan rim

Pa). Il fut transféré à 12ans en Espagne, où il est toujours stationné. Le

problème, c’est surtout que Dyhim Diamond est un des deux seuls fils de Night

Shift (sur 25 entrés au haras) à s’être montré capable de produire un gagnant

de Gr1 à ce jour, avec align en Nouvelle-Zélande. Un bien maigre score, même si

celui-ci devrait progresser grâce à Azamour (Night Shift), déjà père de nombreux

semi-classiques et de la débutante

MANDISTANA,

GAGNANTE DE SON MAIDEN PAR CINQ LONGUEURS EN CE BEAU DIMANCHE CLODOALDIEN…

Night

Shift fut souvent pris en exemple pour démontrer qu’un fils du chef de race

Northern Dancer était capable de produire des gagnants classiques malgré une

carrière de course de faible niveau. Il est vrai que ses origines étaient illustres

(la championne canadienne Fanfreluche est sa propre soeur), que ses

performances étaient modestes (une victoire sur 1.200m en sept sorties au

Canada), et que sa production s’avéra excellente : 86 gagnants de Stakes dont neuf

gagnants de Gr1 parmi lesquels Daryaba (Prix de Diane, Prix Vermeille), In The

Groove (déjà citée) et le champion Azamour… A contrario, les deux opérations

successives du genou que Night Shift dut subir à l’âge de 2ans eurent peut-être

pour effet de limiter son potentiel en course... Quoi qu’il en soit, si Night

Shift et son fils Dyhim Diamond ont été en mesure de produire meilleurs

qu’eux-mêmes, Turtle Bowl semble bien parti pour les imiter ! Il sera peut-être

suivi dans cette voie par le jeune Deportivo, un fils de Night Shift stationné

au Haras des Faunes, une maison qui sait sélectionner ses étalons !

TURTLE

BOWL X ASHKALANI…

Notre

jeune champion French Fifteen est, parmi les quarante et un foals de la

première production de son père, le seul petit-fils d’Ashkalani, un miler

magnifique et de très grande classe qui défit Spinning World dans la Poule

d’Essai des Poulains et dans le Prix du Moulin de Longchamp (Grs1) à 3ans. Si

sa modeste production ne le crédite que du seul Ashkal Way (Citation Handicap)

au plus haut niveau, il semble se rattraper en tant que père de mères, French

Fifteen étant son second gagnant de Gr1 après Gabby’s Golden Gal (Acorn Stakes,

Santa Monica Handicap). Un registre dans lequel son père, Soviet Star, excelle

également  (Soviet Song, Silvester Lady,

etc.). La paire constituée par Turtle Bowl et Ashkalani est particulièrement

séduisante, et leur association n’est pas sans rappeler les pedigrees des

gagnants de Gr1 Camelot, Corre Caminos, Jukebox Jury, récital et Scorpion, des

fils de Montjeu porteurs du sang de Kalamoun du côté maternel… Explications :

Montjeu est un fils de Sadler’s Wells, trois quarts frère de Nureyev qui n’est

autre que le grand-père d'Ashkalani ; Floripedes, la mère de Montjeu, est par

Top Ville et une petite-fille de Zeddaan comme Clara Bow, mère de Turtle Bowl ;

Kalamoun, père de la deuxième mère de Turtle Bowl, est issu du croisement entre

la gagnante du Prix de la Forêt Vareta et Prince Bio comme Asharaz, deuxième

mère d’Ashkalani…Pour couronner le tout, on ne peut que souligner les

similitudes frappantes entre le pedigree de French Fifteen et celui de la

pouliche Restiadargent, impériale dans le Critérium de Maisons-Laffitte (Gr2) :

cette dernière est par Kendargent, porteur des sangs de Kalamoun et de Caro, sa

mère est une fille de Montjeu (par un trois quarts frère de Nureyev et une

fille de Top Ville), et sa deuxième mère est par Night Shift et une

petite-fille de Kalamoun! Mais le plus remarquable est que d’autres "ponts

génétiques" existent entre les deux parents de French Fifteen : Happy

Landing (mère de Dyhim Diamond) et Zarzaya (deuxième mère de French Fifteen)

possèdent Habitat, Nasrullah et Pétition dans leurs pedigrees respectifs ;

Homing (père de mère de Dyhim Diamond) et Zahra (troisième mère de French

Fifteen) sont issus du croisement entre Habitat, Pétition et Bois Roussel;

Kamiya (deuxième mère de Turtle Bowl) et Ashkalani possèdent tous deux les

sangs de Venture (Middle Park Stakes, St James’s Palace Stakes, Sussex Stakes),

de Prince Bio (Poule d’Essai des Poulains) et de Vareta ; Shaninaaz (troisième

mère de Turtle Bowl) et Fortino II (père de Caro) procèdent du croisement entre

Nasrullah et Relic…On notera en sus que Kamiya (deuxième mère de Turtle Bowl)

est elle-même inbred sur Nasrullah et sur Prince Bio, ce qui se traduit au

final par un cocktail d’inbreedings sur Habitat (5 x 5 x 4), Northern Dancer (4

x 5), Venture (5 x 5), Vareta (6 x 5), Relic (6 x 6 x 6), Grey Sovereign (6 x 5)

ou encore Nasrullah (6 citations), tous vecteurs de speed…

LA

VITESSE D’UN TROIS QUARTS AILE…

Mais on

peut aussi revenir à des considérations plus simples, en remarquant simplement

que parmi les quinze étalons présents aux quatres premières générations du

pedigree de French Fifteen figurent quatorze sprinters ou milers et un seul

classique, Top Ville (Prix du Jockey Club). De quoi apporter de l’eau au moulin

d’un historien des courses qui nous rappelait récemment, dans ces colonnes,

l’intérêt de privilégier les sources de vitesse à la tenue… C’est certes faire

peu de cas de la classe pure, cette faculté d’accélération dont Top Ville sut

faire preuve comme Galileo, Montjeu, Dalakhani, Lomitas ou Sinndar (des

classiques qui comptent parmi les meilleurs étalons européens actuels et qu’il

serait bien inconscient d’écarter pour cause de tenue !), mais le pedigree de

French Fifteen est bien construit dans ce sens !

LA

FAMILLE DE ZARKAVA…

Double

gagnante à 4ans sur les 1.600m de Bordeaux-Le Bouscat, Spring Morning, mère de

French Fifteen, est une soeur utérine de quatre black type : Zaydiya

(Shernazar), gagnante du Grand Prix de Nantes (L) et deuxième du Prix Cléopâtre

(Gr3), Matin de Printemps (Kendor), multiple placé de Listed, Zeitz (Zieten),

troisième du Prix des Chênes (Gr3), et Highland Dancer (Kendor), placé de

Listed. Elle donna le jour à trois foals avant l’avènement de son jeune

champion, et tous furent victorieux à l’âge de 2ans : deux pouliches, Added Attraction

(Kendor) et By Chaparral (High Chaparral), et un mâle, Duo victorieux  (Victory Note), bien nommé puisque double

gagnant à 2ans. Elle a aujourd’hui un yearling par Muhtathir qui fut adjugé 46.000

€ à Christophe Lotoux lors des dernières ventes Arqana: vu ses origines et

l’adresse de son mentor, il serait fort surprenant de ne pas le voir remporter

sa course en 2012, pour le moins… Zarzaya, deuxième mère de French Fifteen,

connaît une magnifique saison 2011 : outre le gagnant du Critérium

International (Gr1), elle est à l’origine des 3ans Ziyarid (Desert Style),

gagnant du Prix Daphnis (Gr3) et battu de peu par Treasure Beach dans les

Secretariat Stakes (Gr1), et Volcanico (Refuse to Bend), considéré comme le

meilleur miler espagnol… C’est ce que l’on appelle une famille vivante. Zarzaya

est également la troisième mère du bon miler allemand Zarewitsch, triple

gagnant de Gr3. On soulignera que ce Zarewitsch est par Night Shift et une

fille de Doyoun (frère utérin de Dalsaan, père de mère d’Ashkalani). Une très

belle similitude avec le pedigree de French Fifteen ! Nous conclurons en

rappelant que ce dernier appartient à la descendance de la championne Petite

Étoile, laquelle enchaîna les succès classiques en son temps (1000 Guineas, Oaks,

Sussex Stakes, Yorkshire Oaks, Champion Stakes, Coronation Cup deux fois,

etc.). Sa seule fille, Zahra, eut l’heur de tracer au haras : parmi sa

descendance figurent Zainta (Prix de Diane), Igugu (lauréate de trois Grs1 en Afrique

du Sud), l’inoubliable et invincible Zarkava, et les sauteurs classiques

Zafarabad, Zaynar et Zarkandar, ce dernier étant, soit dit en passant, un

petit-fils de Night Shift…Les raisons ayant motivé le croisement entre Turtle

Bowl et Spring Morning étaient donc nombreuses, l’apport de cadre et de modèle

du père étant à ajouter à la liste.

UN MATCH

FRENCH FIFTEEN - ALL BLACK EN 2012 ?

Fort de

son succès dans le Critérium International, French Fifteen affrontera-t-il le

"tout noir" Dabirsim (Hat Trick) sur les terrains classiques en 2012

? Du grand sport en perspective!!!