Gloire aux initiatives personnelles ! par hubert harivel, eleveur

Autres informations / 20.11.2011

Gloire aux initiatives personnelles ! par hubert harivel, eleveur

Magnifique

hommage de Jour de Galop rendu le samedi 12 novembre dernier à l’une des plus

grandes championnes des courses, Goldikova, elle le mérite bien. L’idée du

jour, édifier une statue en son honneur à Longchamp, à la place de celle de

Suave Dancer, rebaptiser le Gr2 1.600m 3ans et plus du samedi de «l’Arc» Prix

Goldikova (à moins de pouvoir débaptiser un Gr1), mais aussi matérialiser les

exploits de ces cracks, tous improbables, comme Cirrus des Aigles, Dunaden,

cela devrait coûter moins de 50, 110 ou 180 millions d’euros, quoique… on ne

sait jamais. Sinon, vu la crise, mettons cela à Compiègne, les prestations y

sont beaucoup plus abordables. Idem pour Lutteur III, Mon Môme, Kauto Star,

etc. Ces très rares exceptions sont la vitrine de notre élevage au plan

mondial. Pourtant, les primes éleveurs à l’étranger sont plafonnées à 15.000 €

par an en plat (45.000 € en obstacles), une hérésie pouvant être largement

compensée par moins de primes aux assimilés nés et élevés, voire aucune si la

jument saillie à l’étranger y reste plus de deux mois par exemple. Souvent,

cela n’arrive qu’une fois dans une vie, et il ne subsiste presque rien pour les

éleveurs ayant vendu. Mais quelles révélations éclatantes ! Contradiction

totale, ces quelques globe-trotters démontrent que nous élevons des chevaux

classés parmi les meilleurs au monde. Nos courses seraient donc d’un très haut

niveau, les plus sélectives. Cocorico à notre modèle de business ! En réalité,

nous ne sommes pas compétitifs. Que valent nos courses, notre rythme, notre

sélection ? Les bons étalons sont (sélectionnés) ailleurs, nous n’avons pas

assez de juments black type et trop de mauvaises.. . d’où vient, pourtant plus

souvent qu’on nous le dit, notre salut : nombre de nos plus grands succès,

récupérés par «le système», reposent sur des éléments bien particuliers, gestes

ou acharnements individuels à saluer : bravo aux rebuts du système. Si le

Cheikh Maktoum al Maktoum n’avait pas donné Anabaa à Mr Alec Head (le poulain

souffrait du «mal de chien»),nous n’aurions jamais eu l’un de nos meilleurs (le

meilleur)  étalons depuis plus de dix

ans, ni «Goldi» à partir d’une des meilleures souches françaises, issue

d’hommes de chevaux, la famille Wertheimer. À l’opposé, si M. Lellouche n’avait

pas donné la mère (jamais couru) de Cirrus à M. Lelimouzin, croisée avec un

petit étalon Haras Nationaux réformé trop tôt (Even Top), jamais Cirrus

n’aurait réalisé d’exploits. Si la famille Decazes n’avait pas cru avec dans sa

souche «roturière» de non courus et non placés (dans le Trot, elle aurait été

interdite de reproduire, comme des milliers de juments, bien pour l’officielle

surproduction, moins bien pour sortir des cracks internationaux ou black type,

Fleur Enchantée, Green Tango, Solo Tango, etc.), jamais elle n’aurait été

récompensée en faisant naître Dunaden. Façon de parler, puisque Dunaden est le

seul de la souche à ne pas avoir droit à la prime éleveur, sans doute que, en

2006, la Sarthe ne faisait plus partie de la France, heureusement que M. Fillon

est devenu premier ministre en 2007 ! Ah, ces socialistes ! ou un coup de

Besancenot ou de Le Pen ! Si M. Doumen n’avait pas tenté (et réussi) l’aventure

en Angleterre avec The fellow, le créneau très rémunérateur de vente de chevaux

d’obstacles, surtout AQPS, aurait-il vu le jour ? Pas sûr ou alors beaucoup

plus tardivement. Liste non exhaustive. Des initiatives personnelles heureuses

(toutes ne peuvent réussir), visionnaires, mais toujours courageuses, font plus

qu’un système récupérateur, figé, protégé et répressif pour l’image et les

débouchés des acteurs français. Mais cela ne peut suffire, le système devrait

être là pour encourager ces initiatives, généraliser ce qui fonctionne,

réformer tout ce qui ne va pas, en vue d’un cercle vertueux. Les prochaines

élections ne changeront pas grand-chose au cercle vicieux, incompréhensible vu

le chiffre d’affaires du PMU. Si salut il doit y avoir, il viendra d’ailleurs

et/ou autrement. En attendant, la crise est très profonde pour la grande

majorité des acteurs, comme je ne cesse de le répéter depuis plus de quatre

ans.