Hommage à kap dream : salut champion !

Autres informations / 08.11.2011

Hommage à kap dream : salut champion !

Quelques

mois après la mort de Questarabad (Astarabad), dont l’accident dans le Prix

Léon Rambaud (Gr2) lui a été fatal, c’est un nouveau crack qui s’est blessé

mortellement samedi. Arrêté au deuxième passage de la ligne d’en face, dans le

Grand Prix d’Automne (Gr1), Kap Dream (Kapgarde) a été victime d’une fracture

importante, ne pouvant être sauvé. JDG a voulu rendre hommage au champion de

Joël Boisnard en retraçant sa brève, mais brillante carrière. C’est chez Gilles

Cachot que Kap Dream a vu le jour, le 28 mai 2005. Il appartenait à la première

production de Kapgarde, vainqueur du Prix Jacques d’Indy (Gr3) et deuxième du

Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Vendu sous la mère [cf l’interview de Stéphanie

Perrier, qui l’a acheté, ndlr], Kap Dream passera deux fois sur le ring

d’Arqana, étant finalement adjugé pour 13.000€ à Gérard Margogne en décembre

2006. Direction l’entraînement de Joël Boisnard ensuite. Kap Dream ne débute

que le 14 décembre 2008 par une anonyme huitième place sur le steeple d’Angers.

Hormis les deux fois où il a été arrêté à Auteuil, il ne sortira ensuite plus

jamais des deux premiers. Après ses débuts modestes, il aligne quatre victoires

consécutives dans l’ouest,  l’une à

Saint-Brieuc et les trois autres à Nantes, en haies comme en steeple. Il est si

impressionnant dans l’Ouest, où il n’a plus de rivaux, que son entourage décide

de tenter sa chance à Paris. L’essai est concluant, il termine deuxième du Prix

de Pau derrière le bon Tyko (Robin des Champs). Après cette première expérience

réussie, il ne courra plus qu’à Auteuil. Il remporte le Prix de Chantilly sans

aucune opposition. Nous sommes alors en juin 2010 et son mentor Joël Boisnard

déclare : « Ça n’est pas dans mes habitudes de m’enflammer, mais je crois que

c’est un crack ! » Au second semestre, Kap Dream fait sa rentrée dans un

steeple à conditions, sa première course sur les gros d’Auteuil. Une nouvelle

fois, il impressionne et les amateurs d’obstacle se mettent à rêver. Nous avons

peut-être un nouveau crack sur la butte Mortemart.

UN PRIX

FONDEUR DÉCISIF

Sa

sortie suivante a lieu dans le Prix Fondeur (L). Et il ne fait plus aucun doute

que Kap Dream peut régner sur Auteuil. A la suite de sa nouvelle victoire

ridicule de facilité, JDG titre : "Kap Dream ou l’avènement d’un grand

d’Auteuil". Son fidèle pilote Jacques Ricou nous avoue : « Il aurait eu sa

place dans l’épreuve précédente [Prix La Haye Jousselin, ndlr]. Kap Dream a des

gènes de génie, c'est l’un des meilleurs chevaux que j'aie montés. » Son année

de 5ans s’arrête là. Tout est axé sur le Grand Steeple 2011. Malheureusement,

un souci de santé le contraint à oublier sa saison printanière. Il rentre

seulement en septembre, tombe dans le rond à Auteuil, court malgré tout et il

est arrêté, ce qui va entraîner la polémique que l’on sait. Lors de sa course

suivante, il prouve qu’il n’a aucune séquelle en l’emportant nettement. Son

entourage décide de rester sur les haies cet automne où, après la disparition

de Questarabad, une place de leader est à prendre. L’objectif est le Grand Prix

d’Automne. Il remporte la préparatoire, le Prix Carmarthen (Gr3) bien qu’étant

contrarié par une rivale sans jockey. Le Gr1 pour hurdlers lui semble promis.

Jusqu’à ce deuxième passage dans la ligne d’en face, où il se blesse

mortellement. Sa mort laisse un grand vide chez les chevaux d’âge d’Auteuil. La

sensation de ne pas avoir tout vu du crack.