La star

Autres informations / 12.11.2011

La star

Jamais

on ne voudrait que des pages comme celle-ci ne se tournent. Pendant quatre ans

et demi, Goldikova a habité nos vies. Elle était devenue une amie de la

famille, une proche parente. Peu importait, au fond, qu’elle gagne ou qu’elle

fût battue. Ce qui comptait le plus, c’était sa présence. Il suffisait qu’elle

soit au départ pour que la journée soit belle. Etait-elle la meilleure ? Peu

importe, à la rigueur. Goldikova est devenue un mythe de notre sport. Elle en a

dépassé le cadre traditionnel, acquérant un statut hors normes. Cela, elle le

doit évidemment à sa classe, à sa longévité, mais aussi à son caractère bien

trempé et à la disponibilité de son entourage. Goldikova était la vraie star de

notre sport. De notre sport qui manque cruellement de stars au sens moderne du

terme. Nous voudrions tellement pouvoir compter, tous les quatre ou cinq ans,

sur un tony Parker ou sur un Zidane…Surtout à partir de 4ans, Goldikova a été

un ambassadeur des courses au galop françaises. À l’étranger, mais aussi au

sein de notre société civile, faisant par exemple la "Une" du journal

Le Monde. Dommage que l’Institution des courses ne l’ait pas plus magnifiée, et

même utilisée – je n’ai pas peur de ce mot – car elle aurait pu apporter

beaucoup plus encore.  Chère Goldikova, ,

pourvu que votre belle histoire donne envie à d’autres propriétaires de garder

un cheval classique plus longtemps à l’entraînement. Je sais bien que ce n’est

pas la logique. Mais cela fait tellement de bien à notre passion. Remember

Gladiateur. Après avoir tout couru et tout gagné à 2ans et 3ans, il est resté à

l’entraînement à 4ans, suscitant une passion populaire plus jamais atteinte

jusqu'à Épinard soixante ans plus tard… Et c’est grâce à Gladiateur, première

star de notre sport, que les courses ont pris leur envol en France.