L’album goldikova

Autres informations / 12.11.2011

L’album goldikova

La JDG

rising star Goldikova (Anabaa) occupe une place particulière dans le coeur des

sportsmen français et même mondiaux. Voici le film de sa carrière. Pour revivre

avec émotion la fête que représentait chacune de ses sorties.

 

CHAPITRE

1 (ANNEE DE 2ANS)

LE 17

SEPTEMBRE 2007, PRIX DE TOUTEVOIE (F - 1.600M), CHANTILLY, PREMIERE

UNE

VICTOIRE PLEINE DE PROMESSES

Pour ses

débuts, Goldikova s’engage dans le Prix de Toutevoie, qui a souvent révélé de

grandes championnes. Troisième favorite derrière une "Aga" et une

"Abdullah", Goldikova va emmener le peloton. Après avoir paru dominée

à l’entrée de la ligne droite, elle place une seconde accélération pour s’imposer

de quatre grandes longueurs. Une victoire pleine de promesses dans un bon lot,

au sein duquel figure une future gagnante de Gr1, Lady Marian (5e). Pilote de

la troisième, Shadiyna, Christophe Soumillon nous dit : « La gagnante est

repartie comme une pouliche de Gr1 lorsqu' Olivier [Peslier] l'a sollicitée au

"bâton". » Une nouvelle fois, le jockey belge se montre excellent

juge.

 

LE 8

OCTOBRE 2007, PRIX DE LA LORIE (B - 1.600M), CHANTILLY, PREMIERE

GOLDIKOVA

GAGNE SON ETOILE

Les

débuts de Goldikova ne sont pas passés inaperçus et c’est dans la position

d’une grande favorite (4/10) qu'elle arrive sur le Prix de la Lorie. Un peu

plus attentiste que lors de ses débuts, elle balaie l’opposition dans la phase

finale. Seule la bonne Seal Bay ne lui concède que deux longueurs, la troisième

pointant à douze longueurs de Goldikova. Devant cette performance sortant de

l’ordinaire, il n’y a plus de doute : Goldikova est une pouliche d’exception et

elle reçoit sa JDG rising star. Prudent, son entourage évite de lui faire

courir un Groupe à 2ans, préférant la préserver pour les joutes à venir. Un

choix décisif qui lui permettra de durer.

 

CHAPITRE

2 (ANNEE DE 3ANS)

LE 3

AVRIL 2008, PRIX DU LOUVRE (B - 1.600M), LONGCHAMP, DEUXIEME

GOLDIKOVA

DEVANCEE POUR SA RENTREE PAR AZABARA

Attraction

de la journée du jeudi 3 avril pour la réouverture de Longchamp, Goldikova part

courue dans le Prix du Louvre  (8/10).

Accompagnée d’une leader, Arbalette, elle attend, pour la première fois de sa

vie. Et pour la première fois également, elle est battue ; stupeur à Longchamp

! Goldikova est-elle vraiment la championne attendue ? Sur le moment, nous lui

accordons toujours notre confiance, d’autant qu'elle rendait 3,5 kilos à la

lauréate, Azabara, future cinquième de la Poule d’Essai (Gr1). À chaud, nous écrivons:

« La rentrée de Goldikova, même si elle n’a pu s’imposer, reste très bonne. Il

est légitime de s’attendre à la voir au départ de la Poule d’Essai des

Pouliches, où, pour le moment, elle s’annonce comme l’opposition la plus

sérieuse à Zarkava. »

 

LE 11

MAI 2008, POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1 - 1.600M), LONGCHAMP, DEUXIEME

SEULEMENT

BATTUE PAR ZARKAVA

Très en

vue derrière Zarkava, Goldikova éjecte Olivier Peslier avant d’entrer dans sa

stalle. Prémices d’une longue histoire entre les boîtes et Goldikova…Finalement,

elle part en piquant du nez et Olivier Peslier se rétablit de justesse : « J’ai

eu 19 en gym pour mon brevet ! », déclare avec humour le cavalier. Dans une

épreuve remportée en un temps record, 1’35’’20, par Zarkava, Goldikova se

montre exemplaire en prenant la deuxième place. Un classement héroïque obtenu

le même jour que la victoire de falco dans la Poule des mâles pour la casque

Wertheimer. Ravi, Pierre-Yves Bureau nous dit : « C’est une pouliche

formidable. Elle tombe juste l’année d’une grande championne ! » Tandis que

Freddy ajoute : « C’est ma meilleure pouliche. »

 

LE 8

JUIN 2008, PRIX DE DIANE (GR1 - 2.100M), CHANTILLY, TROISIEME

GOLDIKOVA

JOUE "LA GAGNE" COMME ZARKAVA

Un mois

après la "Poule", Goldikova revient tenter sa chance face à Zarkava,

cette fois sur 2.100m. Son pedigree l’autorise à tenir et son entourage arrive

avec de la confiance. C’est pourquoi, plutôt que "d’assurer la deux",

comme le font les autres participantes de l’épreuve, Goldikova attaque de loin.

Dès l’entrée de la ligne droite, elle relaie les leaders. Inévitable, Zarkava

lui "tombe dessus" à mi-ligne droite, 

comme Gagnoa un peu plus loin, aspirée dans le sillage de la pouliche à

la casaque verte. Courageuse jusqu’au bout, Goldikova garde la troisième place

en résistant à Proviso. Elle montre qu’en tenue, elle est sûrement un peu

limitée face à l’élite. Mais son entourage aura eu le mérite de jouer sa

chance. Sans cela, il est certain de Goldikova aurait pu terminer deuxième. «

Je suis très content, nous déclare Freddy Head. Olivier Peslier l’a montée

comme il fallait. Elle a vraiment donné tout ce qu’elle avait et n’est battue

que par deux grandes championnes. »

 

LE 6

JUILLET 2008, PRIX CHLOE (GR3 - 1.600M), MAISONS-LAFFITTE, PREMIERE

GOLDIKOVA

GAGNE SON BLACK TYPE DE TOUTE UNE CLASSE

De

retour sur le mile, Goldikova ne fait pas de quartier dans le Prix Chloé. Comme

elle en a désormais l'habitude, elle fait "exploser" le peloton quand

elle prend l’avantage. Pour sa première victoire de Groupe, Goldikova bat même

le record des 1.600m en ligne droite de Maisons-Laffitte. Un record vieux de

douze ans. L’opposition n’est pas composée de pouliches de seconde zone et les

écarts sont très nets à l’arrivée, Goldikova reléguant même Azabara (qui avait

"capturé" entre temps le Prix des Lilas, L), qui l’avait battue en

avril à Longchamp, à plus de douze longueurs. Très heureux, Freddy Head ne

tarit pas d’éloges sur Goldikova : « C’est une vraie championne. Elle n’est pas

limitée en tenue, au vu de l’action qu’elle a pour finir, mais je pense qu’elle

est tout de même meilleure sur 1.600m. Elle a un train et une vitesse qui

sortent de l’ordinaire. Dans le Prix de Diane, nous avons couru pour gagner et

avons terminé troisième. Si nous avions couru pour la deuxième place, elle aurait

été deuxième sans problème. C’est vraiment une superbe pouliche. »

 

LE 3

AOUT 2008, PRIX ROTHSCHILD (GR1 - 1.600M), DEAUVILLE, PREMIERE

APOTHEOSE

A DEAUVILLE

Pour la

première fois de son histoire, le Prix d’Astarté s'appelle Prix Rothschild.

Face un plateau relevé et européen, avec Natagora, Nahood et la 4ans Darjina –

toutes gagnantes de Gr1 –, Goldikova va, pour la première fois, enchanter

Deauville. Goldikova gagne enfin son Gr1, ce qui n'est que justice pour cette

formidable pouliche qui a pour seul handicap d'être née la même année que la

reine Zarkava. Déjà, l’entourage de Goldikova parle de Breeders’Cup après la

course et préfère éviter le "Jacques Le Marois". Tout à sa joie,

Freddy Head, qui va connaître un meeting de Deauville fabuleux avec Marchand

d’Or et Tamayuz, raconte : « Elle a tout, notamment beaucoup de vitesse. Je

m’attendais à une performance de cet ordre. Je trouve qu’elle a beaucoup

progressé depuis le printemps et surtout depuis le Prix de Diane. Elle a

beaucoup gagné en physique. La seule chose qu’elle n’aime pas trop, c'est

entrer dans les stalles. Mais, avouons-le : elle est vraiment exceptionnelle.

Sa grande force, c’est qu’elle ne se met jamais dans le rouge. Elle sait gérer

ses efforts. »

 

LE 7

SEPTEMBRE 2008, PRIX DU MOULIN DE LONGCHAMP, (GR1 - 1.600M), LONGCHAMP,

PREMIERE

LA

LEGENDE CONTINUE… ET SE POURSUIVRA A 4ANS

Pour la

première fois face aux mâles, Goldikova aura un adversaire de choc sur sa route

: Henrythenavigator, double gagnant de "Guinées". Meilleure de course

en course, Goldikova va une nouvelle fois devancer Darjina et abattre le

Navigateur, visiblement pas dans un grand jour. L’autre grande nouvelle que JDG

annonce en exclusivité ce jour-là, c’est Pierre-Yves Bureau, alors aux

États-Unis pour les ventes de Keeneland, qui nous la livre : Goldikova restera

à l’entraînement à 4ans. Quand on demande à Freddy Head s’il a le meilleur mâle

et la meilleure pouliche sur le mile en Europe, il répond en souriant : «

Certainement. Je crois en effet que j’ai les meilleurs milers en Europe cette

année avec Goldikova et Tamayuz ! ». Au cours de cette saison, Freddy Head

gagne au total neuf Grs1. Avec Goldikova, il en est au sixième et dit en riant

: « J’ai gagné six Grs1 cette année… et c’est le huitième en dix ans ! »

Revenant sur sa championne, il poursuit: « Elle est extraordinaire, c’est une

grande jument. Elle n’a rien lâché à la fin en partant vite et c’est le signe

des grandes pouliches. C’est une chance extraordinaire d’entraîner des chevaux

comme cela. Je la savais aujourd’hui aussi bien, voire mieux qu’à Deauville. »

 

LE 25

OCTOBRE 2008, BREEDERS’ CUP MILE (GR1 - 1.600M), SANTA ANITA, PREMIERE

GOLDIKOVA

PULVERISE SES ADVERSAIRES

Pour sa

première expérience à l’étranger, Goldikova s’essaye au rêve américain.

Finalement, c’est le Breeders’ Cup Mile qui est choisi plutôt que le Breeders’

Cup Filly and Mare Turf. Pleine de ressources à l’entrée de la droite,

Goldikova crucifie l’opposition, s’imposant à la manière des cracks. Du travail

d’orfèvre de la part de Freddy Head et de son équipe, qui ont su entretenir la

petite flamme de nervosité. Dans le rond, Goldikova fait une nouvelle fois ces

petites "mimiques"qui prouvent son état de forme. Et vingt et un ans

après sa première victoire dans le Breeders’Cup avec Miesque, Freddy Head

réalise un nouvel exploit dans cette saison 2008 qui restera dans les annales.

Fait rare, ses propriétaires prennent la parole sur le plateau d’Equidia. Alain

Wertheimer : « Au cours de l’année, elle a fait tout ce que l’on attendait

d’elle. Elle ne nous a jamais déçus. Elle restera à l’entraînement à 4ans : il

n’y a aucune raison de la rentrer si elle peut continuer à courir au meilleur

niveau. Les chevaux peuvent parfaitement courir à 4 ou 5ans s’ils sont bons.

Quand on n’est pas un éleveur commercial, ce qui est notre cas, on peut se

permettre des challenges comme celui-ci. Et objectivement, on n’a pas souvent

l’occasion d’avoir des chevaux comme elle. » Gérard Wertheimer : « Je ne dirais

pas que le fait d’avoir appartenu à la même génération que Zarkava a été une

malchance. Si elle n’avait pas été là, et que nous avions gagné la

"Poule" ou le "Diane", nous aurions peut-être fait un autre

chemin… Donc c’est très bien comme ça. Cette victoire a une saveur

extraordinaire. Elle est sensationnelle. C’est le seul mot qui me vient. » La

conclusion revient à Freddy Head : « Ce qui me fait peut-être le plus plaisir,

aujourd’hui, c’est qu’elle a gagné alors qu’elle n’avait jamais tourné à gauche

de sa vie. Depuis sa victoire dans le Prix du Moulin de Longchamp, nous avons

beaucoup travaillé pour qu’elle s’adapte bien à ce nouveau tracé. Donc la

victoire d’aujourd’hui, c’est la somme des tous les petits réglages du matin.

Ensuite, elle a très bien pris son déplacement, elle a eu un très bon vol. Le

matin, elle s’est montrée très professionnelle, s’adaptant parfaitement à la

piste. C’est vraiment une pouliche intelligente. Pour moi, c’est un très grand

moment, dont je me souviendrai toute ma vie. Quand on arrive à un certain âge,

on connaît le prix et la difficulté des choses. Du coup, on attache plus

d’importance à des moments comme celui-ci. Et ils nous tiennent encore plus à

coeur. Cette année, j’ai gagné neuf Grs1. C’est impossible à imaginer. Tomber

sur de tels champions et que tout se passe bien… La vie m’a beaucoup gâté. »

QUELQUES

CHIFFRES DU BREEDERS’ CUP

Vingt-sept,

comme les heures du voyage de Goldikova entre Chantilly et Santa Anita ; neuf,

comme le nombre de Grs1 remportés par Freddy Head cette année 2008 (2e place

européenne derrière l’intouchable O’Brien !) ; trois, comme le nombre de Grs1

pour la seule Goldikova… et deux, comme "doublé" – un doublé inédit,

puisque Freddy Head est devenu le premier homme à remporter le Breeders’ Cup

comme jockey et comme entraîneur.

 

CHAPITRE

3 (ANNEE DE 4ANS)

17 MAI 2009,

LONGCHAMP, PRIX D’ISPAHAN (GR1 - 1.850M), SEPTIEME

NEVER ON

SUNDAY BRILLE QUAND GOLDIKOVA S’ETEINT

De

retour à 4ans, Goldikova choisit le Prix d’Ispahan pour effectuer sa rentrée.

Face à une opposition à sa portée, Goldikova s’élance avec une cote de grande

confiance (11/10). Mais il a beaucoup plu ce dimanche et le terrain, bien

qu’annoncé seulement souple (3,7) est en réalité collant voire lourd.

Désemparée sur cette surface, Goldikova connaît le premier – et seul – vrai

revers de sa carrière, terminant septième pendant que Never on Sunday s’envole.

« C’est une course à oublier », lâche Pierre-Yves Bureau, déçu, forcément, mais

inquiet aussi. Le retour à la compétition pour les juments à l’âge de 4ans est

toujours un cap difficile et beaucoup de championnes se sont éteintes à cet

âge. Sur le moment, mis à part le terrain, personne n’a d’explication. La

confiance qui entourait Goldikova laisse place aux doutes. Peut-être qu’à 4ans,

elle n’en veut plus ?

 

8

JUILLET 2009, NEWMARKET JULY, FALMOUTH STAKES (GR1 - 1.600M), PREMIERE

LE PLUS

BEL HOMMAGE A ANABAA

Le

hasard du calendrier a voulu que Goldikova coure les Falmouth Stakes (Gr1) le

lendemain de la mort de son père, Anabaa, un cheval que montait Freddy. Hasard

divin ou pas, Goldikova s'impose. Effacée, sa rentrée du Prix d’Ispahan (Gr1),

où le terrain ne lui avait pas convenu et où « elle avait tout laissé tomber à

l’entrée de la ligne droite », nous avait expliqué Freddy. Goldikova a gardé le

goût de la compétition et a retrouvé la saveur de la victoire. Plus que la

victoire, l’important était que Goldikova rassure. Ce qu’elle a parfaitement

réussi, en allant devant, préalablement à "l'attaque" des grands

rendez-vous de Deauville.

 

2 AOUT

2009, DEAUVILLE, PRIX ROTHSCHILD (GR1 - 1.600M), PREMIERE

GOLDIKOVA

ENTRE DANS L’HISTOIRE

Un après

sa première victoire dans un Gr1, Goldikova tente le doublé dans le Prix

Rothschild ex-Astarté. Un doublé qui n’a jamais été réussi et, pour la deuxième

fois de sa carrière, Goldikova enchante Deauville. Elle effectue une véritable

démonstration, ne rencontrant aucune opposition et reléguant sa cadette Elusive

Wave, gagnante de la Poule d’Essai, à une longueur et demie, tout en terminant

relâchée. « C’est un privilège d’entraîner une jument comme elle », lance

Freddy. Un privilège pour lequel il faut remercier les frères Wertheimer qui

ont laissé Goldikova à l’entraînement à 4ans. Désormais gagnante de cinq Grs1,

Goldikova égale Zarkava dans le duel à distance qui les oppose au nombre de

victoires de Gr1. Nous écrivons alors : « Cette victoire n’est pas

"simplement" une victoire de plus dans le palmarès de Goldikova. Son

aura ne cesse de croître et Goldikova fait partie de l’Histoire du turf, à

l’image des autres juments de légende comme Miesque, Triptych, ou, plus près de

nous, Banks Hill et Ouija Board. »

 

16 AOUT

2009, DEAUVILLE, PRIX JACQUES LE MAROIS (GR1 - 1.600M), PREMIERE

GOLDIKOVA

NUMERO 1 MONDIAL DU MILE

Quinze

jours après avoir cueilli le Prix Rothschild, Goldikova revient à Deauville

dans le "Jacques Le Marois", championnat inter-génération du mile.

C’est sans doute la victoire la plus impressionnante de sa carrière. Ébahis,

les entraîneurs des vaincus nous parlent même plutôt de Goldikova que de leurs

protégés. Six longueurs séparent Goldikova de son dauphin, Aqlaam, futur

gagnant du Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Écrasante, la supériorité de

Goldikova s’est jouée aussi derrière les stalles. Il aura fallu plusieurs

minutes de patience aux pousseurs pour réussir à convaincre la championne

d’entrer dans sa stalle. D’ailleurs, Gérard Wertheimer nous dit : « C’est

fantastique ! Que peut-on ajouter ? Maintenant, c’est à vous, les journalistes,

de faire votre travail. Mais, surtout, il est important de souligner le travail

des pousseurs. Ils ont été extraordinaires. » Impressionné également, Olivier

Peslier, qui pourtant en a vu d’autres, ajoute : « À deux cents mètres du

poteau, j’ai cherché l’écran géant sur ma droite. Je voulais savoir où nous en

étions, parce que je n’entendais plus les autres chevaux. Et là, j’ai vu

l’écart sur l’écran, et j’ai eu la confirmation que c’était bon ! » Le verdict

de cette épreuve est sans appel : Goldikova est bien le "boss" sur le

mile. Et dans le coeur de tous les turfistes, elle prend une place à part.

Chacun se doute de la chance que nous avons de pouvoir voir encore évoluer une

championne pareille à 4ans. Alors qu'habituellement, les champions du galop ont

plutôt une carrière éphémère. Très ému, Freddy parvient à nous dire : « C’est

extraordinaire ce qu’elle réalise. Surtout quand elle passe ses adversaires

d’une façon… Elle est incroyable. C’est une grande dame. Puisque vous me posez

la question, je vous dirais qu’elle est plus facile que Miesque, qui était

assez brutale. Elle est aussi mieux dans sa tête. Elle a beaucoup de coeur.

C’est la meilleure pouliche que j’aie jamais entraînée. »

 

3

OCTOBRE 2009, LONGCHAMP, PRIX DE LA FORET (GR1 - 1.400M), TROISIEME

GOLDIKOVA

SE PERD DANS LE PARCOURS DE LA "FORET", VARENAR S’Y REVELE

De

retour à Longchamp, où elle n’a alors gagné qu’une fois dans sa carrière,

Goldikova part courue dans le Prix de la Forêt. Elle doit s’élancer de la

stalle 14 (sur 14) et fait beaucoup d’efforts sur ce parcours sinueux pour

venir s’installer en tête. Des efforts qu’elle va payer pour finir, devancée

par Varenar et Sweet Hearth. Ce résultat est une surprise et même Freddy n’a

pas vraiment d’explication à chaud : « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Ils

sont allés à bonne allure mais, j’ai vu, en entrant dans la ligne droite,

qu’elle n’était pas elle-même. Le Breeders’ Cup Mile reste l’objectif, mais

rien n’est définitif. » À sa descente de cheval, Olivier Peslier explique : «

Elle est bien partie, mais j’ai senti à l’entrée de la ligne droite que cela

n’allait pas. Elle allait facile, mais d’habitude, elle aurait accéléré aux

quatre cents mètres, là, elle ne l’a pas fait. » Sur le moment, tout le monde

se pose des questions. Mais l’explication la plus probable est son adaptation

au tracé des 1.400m, qui reste particulier et a vu des grands chevaux s’y casser

les dents. Également, Goldikova est sûrement allée trop vite en début de

course.

 

7

NOVEMBRE 2009, SANTA ANITA, BREEDERS’ CUP MILE (GR1 - 1.600M), PREMIERE

OLDY BUT

GOLDI !*

Sur le

théâtre de son exploit de 2008, Goldikova veut entrer dans l’histoire en remportant

pour la deuxième année de suite le Breeders’ Cup Mile, comme l’a fait Miesque

avant elle. Un obstacle se dresse sur son chemin : le 11 sur 11 dans les

stalles. Le spectre du Prix de la Forêt n’est pas loin… Reprise par Olivier

Peslier en partant, Goldikova trace une ligne droite sortant de l’ordinaire

pour venir s’imposer en championne, effectuant un effort très long. Jouant le

jeu de l’interview sur Equidia, Alain Wertheimer dit : « Nous avons eu beaucoup

de plaisir mais aussi un peu d’inquiétude. Jamais elle n’avait eu à refaire

autant de terrain dans la ligne droite. Il est vrai que le 11 était une

position difficile dans les stalles. (...) L’intérêt de l’élevage, c’est de

suivre les familles sur le long terme. C’est comme nous le faisons, en nous

inscrivant dans notre tradition familiale, que l’on a les meilleures souches. »

Sur le moment, rien ne filtre sur une éventuelle poursuite de la carrière de

Goldikova à 5ans. La nouvelle sera officialisée un peu plus tard, en

exclusivité dans JDG. En attendant, Freddy parle longuement de sa championne,

déclarant, de la lumière plein les yeux : « Elle a besoin d’une piste légère

bien qu’elle soit par Anabaa. C’est un plaisir de la voir galoper. C’est un

cheval parfait. Elle a la beauté et le geste. Elle a une manière particulière

de galoper. Comme un lièvre, elle envoie ses jambes arrière très loin. Sur un

terrain qui n’est pas léger, elle n’a donc pas ses appuis. »

* Oldy

but Goldy signifie, littéralement, "Ancienne, mais en or". En

d’autres termes : "Elle a de la bouteille, mais c’est une classique

!"

 

CHAPITRE

4 (ANNEE DE 5ANS)

23 MAI

2010, LONGCHAMP, PRIX D’ISPAHAN (GR1 - 1.850M), PREMIERE

"MADAME"

GOLDIKOVA DE RETOUR ET PRETE A FAIRE TOMBER LES RECORDS

De

retour à 5ans, Goldikova vient laver l’affront du Prix d’Ispahan 2009. Plus que

la victoire, c’est la manière qui est impressionnante. Seul Byword parvient à

s’accrocher aux basques de la championne dans la phase finale. Goldikova est

meilleure que jamais pour cette rentrée où elle fait même tomber le record du

parcours. Record qui tenait depuis 1983. Fait nouveau, Goldikova a passé

l’hiver au Haras de Saint-Léonard, où « elle a montré un peu de caractère… »,

nous explique Pierre-Yves Bureau. L’année commence bien pour Goldikova qui

accroche son huitième Gr1. Sur une distance qui n’est pourtant pas la sienne,

ce qui prouve qu’elle parvient à aller au bout d’elle-même. Olivier Peslier,

qui a toujours monté Goldikova en course, confie d’ailleurs après l'épreuve : «

Elle n’a rien perdu. Le rythme régulier, avec deux leaders et le bon terrain,

ont été parfaits pour elle. C’est sûr, 1.850m, c’est un peu le bout du

monde.  On l’avait vu dans le

"Diane" où, comme ici, on avait monté offensif et où elle a été battue

à la fin. Sinon, elle aurait été deuxième. Quand elle accélère, on sent

vraiment la différence. »

 

16 JUIN

2010, ASCOT, QUEEN ANNE STAKES (GR1 - 1.600M), PREMIERE

GOLDIKOVA,

THE QUEEN

Les

frères Wertheimer rêvent de gagner avec Goldikova à Royal Ascot. Ce rêve sera

exaucé dans les Queen Anne Stakes, d’un très bon niveau en 2010. Contrainte

d’attaquer de bonne heure, car Rip van Winkle cède en tête, Goldikova donne

quelques frayeurs à ses supporters. Car, en pleine piste, l’autre favori de la

course, Paco Boy, se rapproche vivement. Mais, dans les cinquante derniers

mètres, il est évident qu’il ne refera plus rien sur Goldikova, cette dernière

prouvant une nouvelle fois son statut de très grande championne. « C'est l'un

des plus grands moments de ma vie, déclare Freddy Head. Gagner à Royal Ascot

est quelque chose de vraiment spécial et particulièrement avec une jument comme

elle. » Plus tard, l’entraîneur poursuit : « Elle était en très belle forme, la

meilleure qu'elle puisse avoir. Je pense que la course d'aujourd'hui et celle

dans le "Jacques Le Marois" sont ses deux plus belles courses et elle

était dans la même forme, mais c'est plus difficile de gagner à Ascot qu'à

Deauville où nous courons à domicile. C'est une jument très spéciale et c'est

très rare de pouvoir entraîner ou monter un cheval de ce calibre dans sa

carrière. Vous pouvez venir tôt avec elle, comme aujourd'hui, ou patienter

comme elle l'a fait aux États-Unis. Elle continue à se battre. Cinq minutes

après la course, elle ne soufflait déjà plus. » D’ailleurs, Goldikova botte,

quand Régis Barbedette veut lui mettre sa couverture juste après la

course.  La nouveauté dans ce succès,

c'est aussi la présence de Nicolas Blondeau, spécialiste en équitation

éthologique et en dressage des chevaux (lire en page 4), derrière les stalles.

Et, fait nouveau, Goldikova entre dans sa boîte de départ sans faire

d’histoires.

 

1ER AOUT

2010, DEAUVILLE, PRIX ROTHSCHILD (GR1 - 1.600M), PREMIERE

GOLDIKOVA

EGALE MIESQUE ET ENTHOUSIASME TOUT DEAUVILLE

C’est

encore frais dans toutes les mémoires… Outre le dixième succès de Gr1 de

Goldikova, qui en fait l’égal de Miesque en terme de palmarès, le Prix

Rothschild 2010 est marqué par l’ovation que reçoit Goldikova 200m avant le

poteau et à son retour aux balances. Un moment qui fait chavirer le coeur de

tous les amoureux des courses présents à Deauville ce dimanche-là.

 

15 AOUT

2010, DEAUVILLE, PRIX JACQUES LE MAROIS (GR1 - 1.600M), DEUXIEME

GOLDIKOVA

BATTUE : LE 3ANS MAKFI PREND DE L’ENVERGURE

Il a

beaucoup plu sur la Normandie. Le terrain est lourd en ce 15 août 2010. L’entourage

de Goldikova a dit qu’elle ne courrait pas si c’était le cas. Pourtant, il se

ravise. Plusieurs milliers de personnes ne sont venus que pour voir la

championne des Wertheimer & Frère et, toujours aussi sportif, son entourage

décide finalement de la courir. Après un parcours d’attente, elle ne se détache

pas comme elle en a l’habitude, sur un terrain qu’elle déteste. Makfi la double

facilement, filant vers le succès. La reine "Goldi" termine deuxième,

au courage. Malgré sa défaite, Goldikova est applaudie, notamment par tous les

membres du Haras de Saint-Léonard, celui des Wertheimer, qui sont parés de

polos avec le nom de Goldikova. Un vrai fan-club !

 

3

OCTOBRE 2010, LONGCHAMP, QATAR PRIX DE LA FORET (GR1 - 1.400M), PREMIERE

GOLDIKOVA

ET OLIVIER PESLIER ENVOUTENT LONGCHAMP…ET EGALENT LE RECORD DE DAHLIA !

Battue

par un excès de confiance dans le Prix de la Forêt 2009, Goldikova va cette

fois démontrer tout son savoir faire avec l’aide d’une monte de génie d’Olivier

Peslier. En tête au pavillon alors qu’il reste encore six cents mètres à

parcourir, son pilote décide de la replacer dans le dos de Regal Parade. La

jument comprend tout de suite l’idée de son jockey. Alchimie, quand tu nous

tiens ! Après un bon bol d’air, elle repart à l’attaque pour dominer sûrement

ses rivaux. Avec ce succès, elle arrive à onze victoires de Gr1, égalant le

record de Dahlia. On salue une nouvelle fois les "Wertheimer" de

"nous" avoir laissé la jument à l’entraînement : « À condition que

les chevaux soient assez bons, c’est une bonne chose de les laisser à

l’entraînement après leur année de 3ans. Cela permet au public de s’identifier

à eux ». Père de Freddy, Alec explique lui aussi : « En France, on a besoin de

chevaux comme Goldikova. De vraies vedettes. Il faut saluer la sportivité de

ses propriétaires. » Laissons le mot de la fin à Freddy Head qui révèle le

prochain objectif de la championne : « C’était certainement la dernière fois

que Goldikova se produisait en France, car c’est a priori sa dernière saison… »

 

6 NOVEMBRE

2010, CHURCHILL DOWNS, BREEDERS’ CUP MILE (GR1 - 1.600M), PREMIERE

SA

MAJESTE GOLDIKOVA III

Pour la

première fois de sa carrière, Goldikova va fouler la piste de Churchill Downs,

théâtre du Breeders’ Cup, après deux éditions à Santa Anita. Elle vise une

troisième victoire consécutive dans le "Mile". Un exploit unique.

Montée à flanc de peloton, la jument est déboîtée à l’entrée de la ligne

droite, passe en revue le peloton, et gagne sans opposition. « Alors patron, ça

vous a plu ? », lance Olivier Peslier à Freddy Head. Une nouvelle fois, on sent

que l’histoire peut se poursuivre avec Goldikova. Que sa course à Churchill

Downs n’est pas la dernière. C’est d’ailleurs ce que souhaite Thierry Blaise :

« Regardez, elle peut courir encore un an, elle ne souffle même pas ! » Mais

Alain et Gérard Wertheimer confient à notre envoyé spécial aux États-Unis : «

Pour l’instant, nous savourons cette victoire. Il n’est pas prévu que Goldikova

revienne aux États-Unis. Elle rentre en Europe. L’un des rêves, aux courses, c’est

de battre les records. C’était notre idée avec Goldikova après sa deuxième

victoire dans le Breeders’ Cup Mile. Nous pensons que c’est important pour

marquer l’histoire d’avoir des chevaux capables de gagner trois fois la même

épreuve. C’est un record qui devient ensuite très difficile à battre pour les

chevaux qui suivront. Nous avons des chevaux depuis presque cent ans dans notre

famille, et c’est comme cela que nous prenons du plaisir. » Pour Freddy Head,

cette troisième victoire est exceptionnelle : « Gagner ici le troisième

Breeders’ Cup de Goldikova, sur la piste où j’ai gagné avec Miesque, c’est

vraiment irréel. Même dans une pièce de théâtre, on ne pourrait imaginer un

pareil scénario. Je ne peux pas dire ce qui différencie Goldikova des autres

chevaux. C’est vraiment une athlète très complète. Une vraie combattante. Elle

est très rapide et peut tenir son train très très longtemps. Elle a toujours

une autre vitesse. Elle peut toujours changer de vitesse et finir plus vite que

les autres. Elle est aussi spéciale, avec son caractère bien à elle. Je n’ai

jamais monté de chevaux aussi versatiles qu’elle. Elle est unique et les mots

me manquent pour décrire ce que je vis et la décrire elle.

 

CHAPITRE

5 (ANNEE DE 6ANS)

22 MAI

2011, LONGCHAMP, PRIX D’ISPAHAN (GR1 – 1.850M), PREMIERE

GOLDIKOVA

REPOUSSE LES LIMITES, MEME UN GENIAL CHRISTOPHE SOUMILLON N’A PU LA BATTRE

Goldikova

réalise le doublé dans le Prix d’Ispahan. Et signe une treizième victoire de

Gr1. Sa rentrée est enthousiasmante, d’autant qu’elle doit sortir le grand jeu

face à un Cirrus des Aigles au sommet de son art. Les deux chevaux les plus

populaires de France offrent une lutte magnifique. Freddy Head est sous le

charme de sa pensionnaire : « Elle a tout : la beauté, l'action... Sa victoire est

magnifique. Elle est vraiment exceptionnelle. Elle garde un moral

extraordinaire et possède des capacités physiques qui sortent de l’ordinaire.

Elle a l’action, le moteur et le courage qui vont avec. Tout est bon avec elle.

C’est une grande jument. Elle me donne des frissons. » Prochaine étape ? Ascot,

comme en 2010.

 

14 JUIN

2011, ROYAL ASCOT, QUEEN ANNE STAKES (GR1 – 1.600M), DEUXIEME

GOLDIKOVA

DOMINEE PAR CANFORD CLIFFS, L’ARME FATALE DE RICHARD HANNON

La reine

des Wertheimer & Frère s’engage pour un doublé dans ce Gr1 anglais. Mais

elle tombe sur un os, Canford Cliffs, qu’elle n’avait jamais rencontré. Un

cheval présenté par un entourage qui connaît très bien Goldikova. En effet, il

est entraîné par Richard Hannon et monté par Richard Hughes, les deux hommes

qui ont déjà couru contre "Goldi" avec Paco Boy. Ils ont donc pu

utiliser au mieux les points forts de Canford Cliffs. Sur une pointe, après

avoir attendu, le poulain devance "notre" championne, venue un peu

tôt en tête. Olivier Peslier confie à notre envoyé spécial à Ascot : « Richard

Hughes connaît Goldikova aussi bien que moi. Il savait que pour la battre, il

fallait qu’il la marque de près. C’est ce qu’il a fait et ça a fonctionné. La

jument était pourtant très bien, à six cents mètres du but, j’allais très

facilement, presque trop, et à quatre cents, il a fallu sortir et elle a placé

une superbe accélération. Malheureusement, Canford Cliffs en avait encore sous

la pédale et elle n’a pas pu redémarrer quand il est venu l’attaquer. » Olivier

Peslier n’ayant pu arriver à l’heure sur l’hippodrome à cause d’un problème de

transport, il n’a pu perdre la livre qu’il avait « en trop ». Mais malgré tous

ces évènements, Freddy Head nous a confié : « Elle est battue par meilleur,

aujourd’hui. Mais nous ne nous avouons pas vaincus si vite et espérons une

revanche. Je crois que 1.600m en ligne droite, c’est un peu le bout du monde

pour elle. »

 

31

JUILLET 2011, DEAUVILLE, PRIX ROTHSCHILD (GR1 - 1.600M), PREMIERE

100 FOIS

MERCI GOLDIKOVA !

Chez

elle à Deauville, Goldikova remporte pour la quatrième fois ce Prix Rothschild,

un exploit unique. C’est son quatorzième Gr1 et le centième d’Olivier Peslier.

Ce sera aussi le dernier de sa brillante carrière.  Mais ça, on ne le saura que quelques mois

plus tard. Après ce succès, Freddy Head nous explique : « C’est un métronome!

Elle est toujours là, égale à elle-même. Aujourd’hui, elle était très bien.

Elle adore Deauville et le mois d’août, et le profil de la piste lui convient

particulièrement. À 6ans, elle a tendance à se relâcher une fois que le travail

est fait… De façon générale, elle est plus détendue qu’à 3 ou 4ans. Je ne

voulais pas que la course aille trop vite et qu’elle "prenne dur" à

quinze jours du "Jacques Le Marois". Là, c’est une parfaite

préparation pour l'échéance à venir dans deux semaines, et j’espère que nous

l’aurons aussi bien pour le "Jacques Le Marois". Mais il ne faut pas

croire qu’elle ne s’est pas donnée aujourd’hui. Elle est très généreuse, et

même si l’on ne bouge pas dessus, elle donne tout ce qu’elle a. Je veux surtout

féliciter mon équipe, qui effectue un travail parfait autour d’elle. Je crois

beaucoup à l’esprit d’équipe dans une écurie. C’est aussi leur succès. Olivier

Peslier remporte quant à lui son centième Gr1. C’est un coquet, et il voulait

"faire le cinéma" pour que cela tombe aujourd’hui ! Il la monte

parfaitement, car il ne faut pas croire qu’elle est toujours facile… »

 

15 AOUT

2011, DEAUVILLE, PRIX JACQUES LE MAROIS (GR1 - 1.600M), DEUXIEME

IMMORTAL

VERSE DETRONE L’IDOLE GOLDIKOVA

Il a plu

un peu avant ce Prix Jacques Le Marois. Le terrain est très souple. Goldikova

place son accélération à quatre cents mètres du poteau, mais contrairement au

passé, elle ne lâche pas ses rivaux. Immortal Verse, la jeune championne,

change de vitesse à la corde et dépose "Goldi" et Sahpresa,

troisième. Goldikova est néanmoins saluée comme une lauréate à son retour aux

balances.

 

2

OCTOBRE 2011, LONGCHAMP, QATAR PRIX DE LA FORET (GR1 - 1.400M), DEUXIEME

LA

VICTOIRE REVEE N’A PAS EU LIEU

Goldikova

s’engage pour un doublé dans ce Gr1. Après un bon parcours d’attente, elle

donne l’impression de pouvoir aller au bout, soutenue par tout l’hippodrome.

Mais le champion Dream Ahead refait mètre après mètre et terrasse

"Goldi". Abattu, Freddy Head nous confie : « Il n’y a pas vraiment

d’excuses. Peut-être n’a-t-elle plus le même changement de vitesse qui faisait

sa force. Si elle prend bien cette course, elle ira courir le Breeders’ Cup

Mile, comme prévu. » Cette fois, c’est quasi sûr, ce sera la dernière course de

sa carrière.

 

5

NOVEMBRE 2011, CHURCHILL DOWNS, BREEDERS’ CUP MILE (GR1 - 1.600M), TROISIEME

MERCI

GOLDI

Contrairement

à 2010, Churchill Downs n’a plus de Zenyatta à soutenir. C’est donc vers

Goldikova que le public américain, en mal de stars, se tourne. Bien placée dans

les stalles, elle galope aux avant-postes le long du rail, cachée. Son jockey

Olivier Peslier la déboîte sèchement à l’entrée de la ligne droite. Elle place

une première accélération, mais pas la deuxième qui fait sa renommée. Elle

termine troisième. Ému, Freddy Head nous avoue : « Je ne suis pas du tout déçu.

Ce que je ressens ? Je suis soulagé. Sa carrière se termine tout de même bien.

Vous savez, avec les chevaux, il y a tant de façons de mal finir, les problèmes

de santé, les accidents… Oui, je suis content. Je crois qu’elle a simplement

perdu un peu de sa résistance avec l’âge et les kilomètres. C’est normal. Mais,

encore une fois, je suis content. Dans la ligne droite, quand elle est venue,

j’y ai cru. Elle est toujours capable de changer de vitesse, placer une belle

accélération, mais pas au-delà d’un certain point. » Olivier Peslier est déjà

impatient de monter les futurs poulains de "sa" reine, comme il nous

le confie: « Maintenant, j’espère monter ses enfants! C’est une nouvelle

histoire qui va commencer. Évidemment, la fin de carrière de Goldikova me fait

quelque chose, parce que je m’étais attaché à elle. Ça a passé tellement vite…

Quand on reste aussi longtemps avec une partenaire comme elle, c’est forcément

difficile de se séparer. Le plus important, c’est qu’elle est intacte, en

pleine forme. »