L’equitation française inscrite au patrimoine culturel immateriel de l’humanite

Autres informations / 29.11.2011

L’equitation française inscrite au patrimoine culturel immateriel de l’humanite

Frédéric

Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, et le ministre des Sports,

David Douillet, se félicitent de l'inscription au patrimoine culturel

immatériel de l'humanité de l'équitation de tradition française. Le Comité pour

la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel rend ainsi hommage à cet art

français de monter à cheval marqué par l'harmonie des relations entre l'homme

et le cheval, où le dénominateur commun des cavaliers réside dans la volonté

d’établir une relation étroite avec le cheval, 

empreinte de respect mutuel. Cette inscription est le couronnement du

travail des formateurs de chevaux et des cavaliers des Écuyers du Cadre Noir,

ainsi que de leur capacité à transmettre les principes de l'équitation de

tradition française. C'est la reconnaissance d'un savoir-faire ancestral qui

fait partie de l'histoire militaire, sportive et culturelle de la France,

marquée par de grands noms, comme Jappeloup de Luze et Idéal du Gazeau, qui ont

façonné la passion des Français pour la culture équestre. Cette passion se

traduit dans la force des liens qui unissent les Français et le cheval, que ce

soit dans le sport équestre,  les

courses, le cirque ou encore le spectacle vivant avec les succès rencontrés par

Bartabas. C'est un soutien très fort à l'économie qui associe l'élevage, le

dressage et la compétition, mais aussi aux grands sites équestres français

comme les Grandes écuries de Chantilly, les haras normands et les hippodromes

historiques. Le ministre de la Culture et de la Communication et le ministre

des Sports félicitent l'École Nationale d'Équitation qui a porté collégialement

ce dossier. Cette inscription sera célébrée lors d'un colloque consacré aux

patrimoines de l'équitation française, qui se tiendra à l'École nationale

d'équitation de Saumur, en partenariat avec le ministère de la Culture et de la

Communication, du 7 au 9 décembre 2011.