N’enfermons pas les chevaux qui font la recette !

Autres informations / 11.11.2011

N’enfermons pas les chevaux qui font la recette !

À

l’étude du programme du meeting d’hiver de Deauville, nous avons eu la

désagréable surprise de constater une réduction du nombre de handicaps ouverts

aux chevaux d’âge (4ans et au-dessus). Il est prévu 37 de ces handicaps, soit

six de moins qu’il y a un an. Les services de France Galop justifient cet

appauvrissement très pénalisant pour les propriétaires de base : deux

"réclamer" de cette catégorie ont été créés à Deauville (ce qui porte

le nombre à 14 sur le meeting), et sur l’hippodrome de Mons, 14 handicaps pour chevaux

d’âge ont été créés dans la période. Si l’intégration au programme national

français des courses créées à Mons a bien été annoncée lors des conseils du

plat, le transfert de courses de Deauville à Mons n’a été ni discuté, ni a

fortiori adopté. Bien sûr, la relance des courses belges à Mons avec l’argent

généré en France par le PMU donne et va donner encore dès janvier et février

des occasions de courir à nos chevaux, à ceux qui font la recette. Il devra en

être de même avec les nouvelles courses de Chantilly pour les réunions P.S.F.

Mais comment ne pas constater que les handicaps de Mons sont nettement moins

bien dotés que ceux de Deauville ? Et que les déplacements sont plus longs et

plus chers pour la plupart des concurrents français? Le programme des courses

est une pyramide avec, pour le plat, à la pointe, les courses de sélection.

Cette pyramide a besoin de la base solide, que les propriétaires passionnés que

nous sommes représentent. De grâce, n’enfermons pas nos chevaux dans des

ghettos comme la concentration à Mons au détriment de Deauville semble le

montrer ! Rien ne se fera pour le Galop demain sans la réunion de tous les

acteurs. À notre place, nous voulons que les programmes prennent en compte ceux

qui font la recette, qu’ils soient traités comme ils doivent l’être. D’ores et

déjà, nous demanderons au prochain Conseil du plat qu’une enveloppe de

dédoublement assure le maintien du nombre de handicaps de 4ans et plus à

Deauville cet hiver. Les chevaux existent et les courses apporteront des enjeux

significatifs. Pour l’avenir, nous nous engageons à nous mobiliser pour que

notre catégorie de chevaux soit défendue et respectée. Gérard Samama,

Vice-président des P.P., est leur représentant au Conseil du plat. Jean-Jacques

Chiozzi, Éric Péchadre, Christian Bauer, propriétaires candidats de l’Union

pour le Galop Français