Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix maurice gillois - grand steeple-chase des 4 ans (gr1) : halley fait briller les couleurs anglaises

Autres informations / 07.11.2011

Prix maurice gillois - grand steeple-chase des 4 ans (gr1) : halley fait briller les couleurs anglaises

Le

Week-end international de l'obstacle a pris tout son sens avec la victoire de

l'anglais Halley (Loup Solitaire) dans le Prix Maurice Gillois (Gr1), le Grand

Steeple-Chase des 4 Ans. Seul représentant étranger de ces deux jours à

Auteuil, le pensionnaire de Tom George a gagné son premier Groupe à l'occasion

du Gr1 pour 4ans. Endurci, cet ex-poulain tricolore venait de terminer deuxième

du Prix Triquerville (L) le 29 octobre. Il s'était bien "ouvert les

poumons" pour aborder le "Maurice Gillois". Mais de là à prendre

le pas sur l'élite des steeple-chasers de 4ans, il y avait un pas qu'il fallait

franchir. Et Halley l'a franchi brillamment, démontrant du courage à la lutte

avec Dumet (Turgeon), qui lui a opposé une vive résistance jusqu'au poteau.

Quant à la grande favorite, Tanaïs du Chênet (Poliglote), elle était dans un

jour "sans" et a terminé dernière. Entraîneur installé à Cheltenham,

Tom George nous a dit : « Nous l'avons acheté cet été et, depuis, nous n'avons

fait que de l'entretien. Il n'avait pas besoin de gros travaux pour se

maintenir en condition. Il avait couru il y a une semaine, c'était osé, mais

c'était soit cela, soit on attendait quatre semaines pour courir. Mais je n'aime

pas courir mes chevaux trop frais. C'est un cheval très facile à entraîner,

très calme dans un parcours. Un peu lymphatique le matin. Nous avons mis David

dessus car il le connaissait et son jockey habituel était à pied la semaine

passée. Il reviendra certainement en France, car cela lui réussit. » Jusqu'à sa

troisième place dans le Prix James Hennessy (L), le 8 mai dernier, Halley

portait les couleurs de Jean-Paul Sénéchal et défendait l'entraînement de

François-Marie Cottin.  Il avait déjà

cette tendance à aller de l'avant dans le parcours et son entourage ne l'a pas

contrarié en conservant cette tactique. Halley a pris la direction des

opérations, sautant parfaitement. Dans la ligne droite, alors que Tanaïs du

Chênet s'éclipsait, la lutte entre Dumet et Halley s'est engagée. Elle a été

vive, mais, très volontaire avec l'aide d'un David Cottin déchaîné, il l'a

emporté de peu. Halley est ainsi devenu le deuxième étranger à briller dans un

Groupe du WEIO, après la victoire de Tidal Fury dans le Prix Cambacérès (Gr1)

2005.

LES

"MACAIRE" REPONDENT PRESENTS

Guillaume

Macaire avait trois représentants dans ce "Maurice Gillois" : Off by

Heart (Kapgarde), Dumet et Tout Rouge (Dom Alco). Avec la déroute de Tanaïs du

Chênet à l'entrée de la ligne droite et ses trois pensionnaires bien placés,

l'entraîneur charentais a dû y croire. D'autant que Dumet venait de finir

deuxième du Prix Orcada (Gr3), la course préparatoire, et il faisait figure de

lauréat potentiel après la double barrière. Mais, encore une fois, il est tombé

sur un "os", pas celui auquel son mentor pensait, comme il nous l'a

avoué : « Parfois on gagne, parfois on perd, ce sont les courses. Je suis un

peu étonné de tomber sur un cheval plus dur que le mien. Il aurait fallu un

terrain plus lourd pour Dumet. Il a eu un parcours impeccable. Mes deux autres

représentants se comportent très bien. » Off by Heart a conclu quatrième, sur

un terrain qui ne lui convient pas vraiment. Il termine devant Tout Rouge,

auteur d'une probante rentrée avant le Prix Morgex (Gr3). Vainqueur du Prix

Congress (Gr2) l'an passé, Le Tranquille 

(Reste Tranquille) a conclu troisième, amorçant un beau retour en forme

après des performances moyennes. TANAÏS DU CHENET DANS UN JOUR "SANS"

Tout le

monde s'attendait à un succès de Tanaïs du Chênet, tant sa victoire dans le

Prix Orcada avait été impressionnante. Mais elle a dû subir sa première défaite

en steeple dans le "Maurice Gillois". Pas vraiment en course, elle

n'a jamais été dangereuse. Son entraîneur, Marcel Rolland, nous a confié : «

Déjà, en se rendant au départ, elle regardait le public et semblait vouloir

faire demi-tour. Elle n'en a pas sauté une. C'était un jour "sans",

malheureusement c'est arrivé aujourd'hui. »

UNE

APTITUDE AU SAUT TIRE DE SA MERE

L'aptitude

à l'obstacle, Halley l'a certainement reçue en héritage de sa mère, Moon Glow

(Solar One), lauréate de cinq courses en haies comme en steeple. Elle avait

d'ailleurs gagné sur les "balais" d'Auteuil. Moon Glow a été élevée

par Naji Pharaon et, clin d'oeil de l'histoire, c'est le racing manager de ce

dernier, Paul Nataf, qui a élevé Halley. Cependant, Moon Glow n'a produit qu'un

gagnant, Halley.