A la decouverte du haras d’haspel

Autres informations / 05.12.2011

A la decouverte du haras d’haspel

Rénové

il y a quelques années, le Haras d’Haspel est animé par José Delmotte. Ce

passionné de l’élevage nous a rencontrés à Deauville pour nous parler de son

haras et de ses activités :

JOUR DE

GALOP. – POURQUOI AVOIR CHOISI DE VOUS LANCER DANS L’ELEVAGE ?

José

Delmotte. – Depuis plus d’une dizaine d’années, je suis éleveur. Au début,

j’étais éleveur sans sol. Puis, j’ai décidé de m’installer. J’ai repris le

haras il y a six ans. Cette exploitation n’était plus occupée depuis quinze

ans. Nous avons donc tout repris de zéro et tout rénové, en gardant

l’atmosphère du haras. On ne voulait pas lui donner un aspect trop moderne. Mon

métier, c’était promoteur immobilier et j’ai décidé de changer d’horizon. La

reconversion dans l’élevage est un long processus et ce projet est aussi un

projet familial. Ma fille travaille avec moi et est passionné par l’élevage.

C’est elle qui, d’ailleurs,  gère le

haras avec mon gendre. Moi, je suis surtout présent le week-end.

COMMENT

S’ORGANISE VOTRE HARAS ?

Le haras

est situé dans l’Orne, proche de Touquettes et de l’A28. Il s’étend sur 120 ha.

Aujourd’hui, nous avons 75 boxes, qui sont répartis en quatre unités. Nous

avons 8 boxes pour les poulinières en cours de poulinage. Une trentaine de

boxes pour les pouliches suitées, 20 boxes pour les yearlings et 12 boxes pour

les foals, qui sont associés à des logements pour les propriétaires en visite

au haras. Tout est neuf et a été pensé pour être pratique. Le haras s’étend en

longueur et il ne fallait pas perdre son temps à faire des allers et venues

d’un bout à l’autre. Également, nous avons monté 40 km de triple lice en bois.

VOUS

AVEZ PRIS VOTRE TEMPS AVANT DE VOUS LANCER. POURQUOI ?

Nous

avons attendu d’être totalement opérationnels. Tant au niveau de l’équipe, des

structures que de l’environnement. Nous avons longtemps cherché les bonnes

personnes. Aujourd’hui, notre maréchal-ferrant est Monsieur Barjot, qui est

spécialisé dans l’élevage. Il passe tous les quinze jours au minimum et est

très disponible. Nous travaillons également avec la clinique vétérinaire de

Livet et Baileys pour l’alimentation. Nous avons essayé plusieurs personnes

avant de nous fixer.

EN QUOI

PENSEZ-VOUS FAIRE LA DIFFERENCE ?

Avant

tout, nous sommes des passionnés. À la base, nous avons lancé cette activité

pour notre compte, sans clientèle extérieure. Mais si des gens passionnés

veulent s’investir chez nous et nous placer des juments, pour de l’élevage ou

pour les ventes, nous les accueillerons avec plaisir. Nous pouvons préparer les

yearlings pour les ventes et avons d’ailleurs une piste de 450 mètres en sable

pour cela, ainsi qu’un marcheur couvert. Également, par exemple, nous rentrons

les chevaux tous les jours. Cette méthode fonctionne dans les autres haras et

nous l’avons appliquée, même si c’est plus simple et moins cher de les laisser

dehors en tout temps. 

AVEZ-VOUS

COMME PROJET D’ACCUEILLIR UN ETALON ?

Nous

étions en discussion il y a peu pour un accueillir un. Nous avons d’ailleurs

les structures pour cela. Mais, désormais, ce projet n’est pas une priorité.

Nous nous focalisons sur l’élevage et les poulinière avant tout. Nous-mêmes,

nous sommes éleveurs et il nous arrive de garder des juments afin de les mettre

en valeur et de construire des familles. Pour toutes informations

complémentaires, vous pouvez contacter José Delmotte au 06 07 26 78 61, sinon,

rendez-vous sur la page Facebook du Haras d’Haspel : http://frfr.

facebook.com/pages/Haras-dHaspel/111438472257889