Cathay pacific hong kong vase (gr1) : l’incroyable histoire de dunaden

Autres informations / 12.12.2011

Cathay pacific hong kong vase (gr1) : l’incroyable histoire de dunaden

Lors de

son succès dans le Melbourne Cup, nous étions revenus longuement sur l’histoire

de Dunaden. Sa victoire dans le Hong Kong Vase est l’occasion de rappeler les

faits marquants de ce conte de fées, version cheval…

LA

NAISSANCE AU HARAS DE MAULEPAIRE

Dunaden

a vu le jour dans les herbages du Haras de Maulepaire, l’année où le comte

Édouard Decazes, descendant d’une vieille famille d’éleveurs et cousin de la

comtesse de Tarragon, a souhaité vendre son effectif. Une grande partie a ainsi

été présentée aux ventes de décembre 2006, à Deauville. Dunaden, alors foal, a

été vendu pour 1.500 € à une dame hollandaise, qui l’a ramené très vite aux

Pays-Bas, le cheval n’étant pas, de ce fait, éligible aux primes, sauf

lorsqu’il court à l’étranger ! Dunaden est un fils de Nicobar, qui faisait la

monte chez Alain Régnier. L’étalon avait été choisi en raison de son prix de

saillie très attractif, mais aussi de sa génétique, puisque fils d’Indian Ridge

et descendant de la championne anglaise Juliette Marny.

UN ACHAT

SIGNE GHISLAIN BOZO

C’est

Ghislain Bozo qui a acheté Dunaden foal en décembre 2006, à Arqana. Le courtier

de Meridian International nous avait déclaré : « Je l’ai acheté pour un client

hollandais, Hans Diehl, qui fait du débourrage-préentraînement aux Pays-Bas, et

c’est donc lui qui s’est chargé du dressage du poulain.  Mais j’étais bien loin de penser, quand j’ai

signé le bon, que j’avais acheté un futur lauréat de Melbourne Cup…»

RECLAME

PAR YANNICK FOUIN

Dunaden

a été réclamé pour 17.000 € par Yannick Fouin en mai 2009, à Strasbourg. L’entraîneur

nous avait expliqué les raisons de cet achat : « J’étais chez moi, devant ma

télévision, et ce cheval m’avait beaucoup plu. Je l’ai laissé un peu tranquille

et à ce moment-là, Alban de Mieulle cherchait un cheval entier pour jouer le

rôle de leader pour les chevaux de son propriétaire qatari. Je lui ai proposé

Dunaden qui avait tout pour remplir ce rôle à la perfection. On l’a couru une

première fois à réclamer et il a fait une superbe fin de course. Nous avons

alors préféré ne pas insister dans cette voie. Le cheval a effectué une bonne

saison. Alban a voulu le reprendre et lui donner du temps mais il a reçu une

offre d’achat, assez importante, difficile à repousser pour un cheval de

handicap. L’offre venait de Richard Gibson, pour un propriétaire étranger. Nous

l’avons donc vendu et il se trouve que le cheval a été acheté pour les

petits-enfants du propriétaire qatari d’Alban. Il restait donc dans la famille

Al Thani. »