Cristian demuro, le surdoue italien

Autres informations / 01.12.2011

Cristian demuro, le surdoue italien

Au début

de sa carrière, il y a trente mois, il n’avait qu’un nom, Demuro, difficile à

porter dans le milieu des jockeys italiens. Chez les parieurs, un surnom lui

est bientôt attribué: Demurino, "le petit Demuro". Désormais, un

record en chassant un autre, le garçon a aussi un prénom : Cristian. C'est le

seul jockey dans l’histoire du galop européen à monter plus de deux cents

gagnants dans une saison. Cristian Demuro – qui fêtera ses 20 ans le 8 juillet

prochain– a atteint cet objectif prestigieux le jeudi 24 novembre dernier, à

Rome. Et, dans la foulée, suite à un coup de quatre dimanche, il est même

arrivé au nombre de 204 victoires. Il faut savoir qu’en Italie, les jockeys à avoir

dépassé le cap de deux cents victoires n’étaient que trois jusqu'à présent :

Gianfranco Dettori (3 fois), le tenant du record Umberto Rispoli (245 succès en

2009) et Mirco Demuro, le frère aîné de Cristian. De surcroît, le record a été

atteint en moins de neuf mois, Cristian ayant monté en janvier et février au

Japon, dans le circuit N.R.A. « J’arrive à peine à comprendre que j’ai fait

quelque chose de très important. En premier lieu, je dois remercier tous les

propriétaires et les entraîneurs qui m’ont fait confiance. Quand je suis rentré

en Italie début mars, j’avais pour objectif la Cravache d’or mais je ne pensais

pas vraiment y arriver avec plus de deux cents victoires. Le record d'Umberto

Rispoli est imbattable cette année, j’espère remporter encore des victoires

pour étoffer mon score. » Cristian Demuro reste très concentré sur son travail.

Début janvier, il partira à nouveau pour le Japon, mais cette fois pour monter

dans le circuit J.R.A., la Premier League nipponne. « Je pense rester là-bas deux

mois, avec l’intention de garder le "troisième mois" de la licence

pour l’automne, quand il y a les grandes courses. Mon objectif est de remporter

ma première course de Groupe, qui m’a toujours échappée cette année. Mon

patron, Luigi Riccardi, a remporté deux victoires à ce niveau mais j’ai un

contrat avec l’Écurie La Nuova Sbarra et dans ces courses, je n’étais pas

libre. » Mirco Demuro joue bien le rôle du frère aîné face à Cristian. « Il me

donne toujours de bons conseils et quand je fais des fautes, il me corrige ; il

est souvent très dur, comme avec lui-même. Nous sommes vraiment des frères »,

explique Cristian. Mirco, lui, parle toujours avec plaisir de son cadet : « Il

a connu des débuts plus faciles si l'on effectue la comparaison avec moi, mais c’est

vrai que tout le monde attend beaucoup de lui. Il a progressé au fil des

courses et il a une grande soif de victoires. » Le petit Demuro a un contrat

avec La Nuova Sbarra jusqu’au mois d’avril. Et après ? « J’espère le

renouveler, les rapports avec les propriétaires, Sergio et Andrea Scarpellini,

sont très bons, ils ont décidé de m’engager comme premier jockey quand j’avais

18ans… Je monte de plus en plus les chevaux de Stefano Botti et pour des

entraîneurs allemands. Cela dit, je regarde aussi à l’étranger. La France,

c’est une destination obligée pour les jockeys, il y a des grandes courses, des

champions, les meilleurs propriétaires et entraîneurs. Je ne veux pas piquer la

place de Mirco, mais la France galope toujours dans ma tête. »